des économistes attérés pas si attérés que cela...

Commentaire de l'article sur le nouveau manifeste des économistes attérés

je n'ai pas encore lu le nouveau manifeste (je vais le faire) mais à la lecture de l'article, il est probable que je partage cette analyse ; car les "économistes attérés" se sont enfermés comme la plupart des intellectuels dans le cadre du capitalisme, qu'on l'appelle néo-libéralisme ou pas, cela reste du capitalisme, dont le fonctionnement repose toujours sur les mêmes schémas : la recherche à tout prix et à n'importe quel prix (y compris humain) du profit.

Il y a pourtant des solutions simples pour s'orienter vers d'autres voies et une autre société dont le fondement ne serait plus l'argent, mais le bien être de tous les humains et faire la démonstration que oui un autre monde est possible à la condition d'arrêter de "tortiller les fesses" tout en restant dans le même système : dans un premier temps celles qui m'apparaissent comme plus efficaces : 

- imposer non seulement l'interdiction des licenciements mais surtout le temps de travail partagé entre tous avec un salaire permettant de vivre décemment (avec bien entendu une réelle égalité des salaires hommes-femmes)

- l'échelle mobile des prix et des salaires

- la réappropriation du politique par le citoyen qui passe par la proportionnelle intégrale, le contrôle des décisions prises en notre nom et la révocabilité permanente des élus qui faillissent à leurs tâches et à leurs promesses

Cela s'appelle un programme de transistion qui nécessiterait pour l'obrtenir une mobilisation générale (et pas une unité nationale) en clair la lutte des classes

à partir de là on pourrait réfléchir à un autre monde possible sans tomber dans les errements du pseudo communisme (qui n'en a jamais été) basé sur une économie planifiée (c'est à dire selon les besoins des populations, définis collectivement) et dans le cadre de la liberté d'expression à tous les niveaux et du libre choix des citoyens ; cela s'appelle aussi la révolution et ça passe par une réelle prise de conscience  de la nécessité impérieuse de changer et non pas par des divagations intellectuelles qui ne changent rien et si nous ne sommes pas capables ou nous ne voulons pas devenir capables ce sera la barbarie, déjà là, comme on sait, que ce soit par le terrorisme des Etats ou par le terrorisme d'une poignée d'intégristes;  et la guerre généralisée (qu'on  l'appelle comme on veut) donc la barabarie généralisée. Il a fallu plusieurs années pour préparer dans les esprits la première guerre mondiale n'est-t-on pas en train de nous vendre la prochaine puisque rien n'est fait pour régler les causes qui sont less ferments de la barbarie à laquelle le monde est confronté, sans oublier d'ailleurs une forme de barbarie qui est celle,  infligée en raison de ce système capitaliste, de mourir de faim ou d'être sous alimenté. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.