saclayenlutte
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2022

saclayenlutte
Abonné·e de Mediapart

De Saclay au ministère, Sylvie Retailleau marchandise l'Université

Mme Sylvie Retailleau, la nouvelle ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche dans la (très) droite lignée de l'ancienne ministre Mme Frédérique Vidal. Au travers de la création de l'Université Paris-Saclay, elle s'illustre depuis longtemps à faire de l'université un lieu de marchandisation du savoir au service des profits.

saclayenlutte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mme Sylvie Retailleau est nommée ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche par Mme Elisabeth Borne, succédant ainsi à Mme Frédérique Vidal. Une surprise ? Non. Au travers de la création de l'Université Paris-Saclay, elle s'illustre depuis longtemps à faire de l'université un lieu de marchandisation du savoir au service des profits.

À commencer par le modèle de cette université. Son statut dérogatoire, qui a considérablement réduit la part d'élu·es représentant·es du personnel au conseil d'administration, a permis à sa présidente, Mme Sylvie Retailleau, d'en décider seule les directions. Parmi celles-ci, créer une université à deux vitesses : d'une part, les étudiant·es « excellent·es » dans les écoles, les masters, et les filières « double diplôme » sélectives ; d'autre part, l' « école universitaire de premier cycle », qui n'a même pas droit à la couleur « prune » de la charte graphique de l'université : on risquerait de
mélanger !

L'objectif : briller dans le prestigieux classement international de Shanghai, où cette juxtaposition de l'ex-Université Paris-Sud avec les écoles l'a propulsée au 13ème rang mondial.

Mme Sylvie Retailleau aime parler de transition écologique comme d'un grand défi de notre temps. Mais le campus de l'Université Paris-Saclay est bâti sur une immense terre agricole de l'Île de France, parmi les terres les plus fertiles du pays, et même d'Europe, dans le seul but de regrouper
artificiellement des grandes écoles et facultés afin de viser ce rayonnement factice à l'international. Le GIEC nous donne trois ans pour inverser la tendance des émissions de gaz à effet de serre. Si le choix du lieu remonte à M. Nicolas Sarkozy, qui peut croire qu'un président accusé à deux reprises d'inaction climatique, qui choisit dans son ministère la personne ayant participé à la mise en œuvre de la construction de cette université sur ce terrain, sera à la hauteur des enjeux ?

Cette nomination est une belle récompense pour celle qui a mis en oeuvre à l'Université Paris-Saclay sans sourciller la Loi de Programmation de la Recherche, dont elle avait rédigé un rapport préparatoire, cette même loi qui a suscité une opposition très importante du monde universitaire fin 2019-début 2020 (mobilisation stoppée net par le confinement). Rappelons que cette loi institutionnalise à bien des niveaux la précarité des enseignant·es-chercheur·ses et des chercheur·ses : doctorat de droit privé qui ouvre la possibilité au privé de faire des CDD de 3 ans, « Chaires de Professeurs Juniors » qui permettent d'embaucher des docteur·rices (bac+8) pour un CDD de 6 ans sans garantie de titularisation, « CDI de chantiers » qui n'ont de CDI que le nom puisque révocables à tout instant.

Rappelons que l'enseignement supérieur français ne souffre pas d'un problème d'attractivité. Nos établissements souffrent d'un sous-financement chronique, au détriment des salaires de tous·tes les travailleur·ses de l'université et des conditions d'étude et de travail des étudiant·es. Alors même que chaque année, ce sont 6 milliards d'argent public versés au secteur privé sous forme de Crédit Impôt Recherche, dont on cherchera en vain les effets concrets sur la recherche privée. Les presque 100 000 vacataires d'enseignement à l'université qui tirent de cette activité leurs revenus principaux n'ont qu'à bien se tenir. Ce ne sera pas sous le ministère de Mme Sylvie Retailleau que leur sort s'améliorera, pas plus que celui des étudiant·es précaires, des personnels administratifs et techniques non-titulaires et/ou à basse rémunération ou plus généralement l'ensemble de celles et ceux qui contribuent, tant bien que mal et en dépit des contre-réformes destructrices de l'enseignement supérieur et de la recherche, à faire fonctionner ce service public si essentiel pour nos démocraties, comme l'a encore mis en évidence la crise sanitaire.

Le collectif Saclay en lutte

https://www.youtube.com/watch?v=Dwev76QUTVU
https://www.instagram.com/saclayenlutte/?hl=fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit