LA VIE VIE ROMANESQUE DE SIMON LIBERATI

CHAPITRE 1 : SIMON LIBERATI, ARTISTE DEPUIS 1960

     Anne Liberati met au jour Simon un beau jour du mois de mai 1960.  André et Anne LIBERATI vivront avec Simon dans des HLM des beaux quartiers, à deux pas du Bon Marché, appartement à loyer si modéré qu'ils ne l'ont toujours pas quittéle à ce jour. Simon aura ainsi été un enfant pauvre des quartiers riches, André étant un modeste employé de bureau. Quant à Anne, Simon, le temps de la célébrité venue, déclara qu'elle avait été danseuse de caractère aux Folies Bergères. Mais à la sortie de son dernier roman, "EVA BRAUN",   il précisa qu'Anne n'avait travaillé aux Folies que trois semaines.

      Il y a fort peu d'HLM dans les VI ème et VII èmes arrondissements. Simon a dû ressentir  un manque cruel de statut social dès la petite enfance. D'autant plus que ses parents connaissaient du beau monde : si son père Ansré subsistait dans un petit bureau, il se  considérait avant tout comme un poète, roche notamment d'Aragon. Le meilleur ami d'André, ami depuis l'enfance marseillaiseillaise, n'était autre que le sulfureux patron d'Elf Alfrique André Tarallo. Il y avait aussi la sœur de Jacques Cartier-Bresson, un pénaliste aux mœurs douloureuses,tout ceci ayant appris à Simon très tôt que si l'argent était important ( ét toute sa vie il voudra la monnaie), le réseau l'était tout autant.

Différences de classes:  peut- être-a-t-il-échangé sur ce sujet, un demi-siècle plus tard, avec le meilleur ami de sa seconde épouse, Christian Louboutin, lui-même fils de concierge (information que Pierre Le Tan diffuse depuis trnte cinq ansdans tout Paris, comme  par ailleurs toute indiscrétion , défaut commun avec Simon).

Mais le chausseur des stars devait être dans l'enseignement public - Eva avait rencontré Christian au lycée, m' avait dit sa mère Irina. André ét Anne avaient eux opté pour le collège Stanislas à Montparnasse, établissement privé sous contrat de bon niveau. J'y passais, quand j'étais à Louis le Grand, lépreuve de piscine de mon bac.

    Mais  je ne rencontrais pas Simon à Stanislas, il en fut renvoyé. Ses parents l'inscrivèrent alors au cours Marcel Proust, rue des Écoles, et je rencontrais Simon un matin au Balzar où j'avais mes habitudes, étant à l'éoque,sous le nom d'Alban, une sorte de bouffon du bouffon, je veux parlet de Jean-Edern Hallier, son QG principal était bien sûr la Closerie mais Jean-Edern aimait beaucoup le Bazar et particiculièrement un serveur chiraquien (nous sommes en 1977, j'avais 16 ans, Jean- Edern  31) avec lequel Jean -Edern discutais des heures sur un rapprochement RPR-PCF avec son goût habituel de la provoc et du scotch.

    Mais laissons là Jean-Edern et revenons à Simon. Un matin, dans la salle du Balzar, le vois rentrer, s'installer près de moi, me sourire, et ce fut, je crois, un coup de foudre . D'amitié. D'amour. Je l'ai foudroyé. Il m'a foudroyé. La magie durera quelques décennies.

      Je ne dévoile rien ici. La page Wikipedia de Simon LIBERATI indique que " son ami Sadi Nouri est une sorte de muse" , "source d'inspiration certaine",..Et nous avons partagé plusieurs logements. Et Simon parle beaucoup. Et Simon écrit.Sur sa vie essentiellement.

      En effet, alors qu'Eva Ionesco n'a jamais été Marina dans "Anthologie des apparitions" ( l'inspiratrice s'appelait Sophie Kokhanowski, surnommée Miss Punkette, était ma petite amie et se suicidera très jeune, tel que c'est écrit, vous n'avez peut-être pas envie de me rencontrer)  j'ai inspiré dans ce roman le personnage d'Ali. Dans "'Nada Exit", je suis Ahmed, l'amant du narrateur : "Quand Ahmed m'enculait, j'avait très mal". En corrigeant les épreuves, j'ai ai vexé par cette plainte de l'enculé, mais une amie lesbienne m'a fait justement remarquer que si Simon s'était  plaint de ne rien sentir, c'eût été pire. Je fais enfin de la figuration ( le délitement du lien?) dans les "118000 essais assommants romantiques littératours" et dans "EVA CRAVEN" sous le saubriquet de la SHABANOU.

Comme je commence à avoir une ampoule au pouce (et  je tape  avec un doigt), voici la bande annonce   du prochain chapitre de "La vie romanesque de Simon LIBERATI(telle qu'il se la raconte)"

-le frère de Simon Liberati

-Louis ARAGON, PARRAIN DE SIMON

-- LES PARTOUZES  DES  PARENTS DE SIMON

--quand le père de Simon, André LIBERATI, veut s'engager dans la DIVISION CHARLEMAGNE DE LA WA FFEN SS

-SCOOP : SIMON ETAIT PEINTRE, découvrez sa peinture!

,

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.