Saïd Benmouffok
Professeur de philosophie au lycée Jean Zay d'Aulnay-sous-Bois (93) - Cofondateur de Place publique
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2019

Saïd Benmouffok
Professeur de philosophie au lycée Jean Zay d'Aulnay-sous-Bois (93) - Cofondateur de Place publique
Abonné·e de Mediapart

A la table commune !

Et si le vivre-ensemble débutait par la convivialité d'un banquet citoyen ?

Saïd Benmouffok
Professeur de philosophie au lycée Jean Zay d'Aulnay-sous-Bois (93) - Cofondateur de Place publique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Interrogé sur les difficultés du vivre-ensemble, Joann Sfar répondait avec humour le 11 octobre dernier au micro de France Inter : « Je pense qu’il faut manger ensemble, et après, quand on a bien mangé, on peut se disputer au moment du café. » L’auteur du Chat du rabbin nous livre ici une intuition pleine de bon sens. Le sentiment d’appartenir au même monde doit commencer par les choses les plus simples : s’asseoir à la même table dans un moment de convivialité. La première forme du commun consiste à se faire « commensaux », des personnes partageant le même repas. A l’échelle d’un quartier ou d’une commune, ce geste devient plus qu’un temps de plaisir, il est un évènement citoyen.

Cette intuition s’inscrit en fait dans l’histoire longue qui fit de Paris le cœur de notre République. Elle révèle une tradition aujourd’hui en sommeil, celle des « banquets républicains ». De la fête révolutionnaire de la Fédération, aux banquets civiques du 14 juillet, c’est à la table commune que la liberté, l’égalité et la fraternité ont scellé leur alliance. C’est tout un imaginaire politique qui s’invente alors avec les agapes citoyennes. La nourriture et la boisson partagées sont les fondements d’un monde commun. Citoyens aisés ou gens de peu, croyant au ciel ou n’y croyant pas, autour d’un même repas nous sommes d’abord les membres d’un seul et même peuple, voisins, amis, habitants d’un même territoire. C’est pourquoi, par ces temps de troubles identitaires, de montée du racisme et de l’intolérance, nous proposons de donner un nouveau souffle à cette tradition républicaine. S’asseoir à la même table, quelle réponse plus belle offrir à tous les fauteurs de haine ?

Des remarquables initiatives existent déjà, comme la République des Hyper Voisins dans le XIVème arrondissement, qui a réuni 1000 personnes à la même table en septembre dernier. Dans le sud de la France, la commune de Montélimar organise quant à elle un banquet de 5000 convives chaque année, dont le succès ne se dément pas. Pourquoi ne pas en faire de même à Paris ? Dès le retour du printemps, chaque arrondissement pourrait initier un banquet citoyen. Ce projet doit être l’occasion d’y associer le plus grand nombre d’acteurs associatifs, qui constituent aujourd’hui le tissu solidaire de notre ville. Sur un boulevard ou dans un parc, qu’une immense tablée soit dressée dans l’espace public, pour que les Parisiens y partagent le repas, que les enfants jouent ensemble, que les adultes se reconnaissent comme citoyens de la même ville, et que l’on puisse dire encore et toujours : Paris est une fête ! A l’heure où les différences de toutes sortes s’érigent en barrières infranchissables, il s’agit d’oeuvrer modestement et concrètement à renforcer ce qui nous lie les uns aux autres. Alors citoyens, citoyennes, à la table commune !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal
Conditions de détention : une demi-victoire pour les prisonniers de Nanterre 
Vendredi 2 décembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a ordonné quelques mesures pour améliorer la vie quotidienne des détenus au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine. Trois organisations dénonçaient « l’inertie manifeste des autorités » et réclamaient des décisions plus draconiennes.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant