Le Président provisoire de la République tunisienne, toujours soucieux, et cela,  longtemps  longtemps avant son accès à la Magistrature suprême, de défendre, tous azimuts,  les libertés fondamentales de la femme tunisienne, comme il l’a fait, entre autres, en prenant la défense des droits des niqabées, plus d’une fois, ainsi que  le prouve, par exemple, sa profonde et mémorable  déclaration  faite il y a près d’un an,  le 16 mai 2013 à l'occasion du Dialogue national, en pleine période d’examens universitaires, à savoir :

« Je ne peux pas comprendre et je n’accepte pas que l’on empêche les étudiantes de passer leurs examens en portant le niqab » *,

choqué par la thèse défendue par l’honorable constituant Brahim Kassas, lors de la séance plénière tenue par l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), aujourd’hui  jeudi 1er mai 2014, séance consacrée au vote de la loi électorale, thèse selon laquelle la place de la femme se trouve à la maison pour s’occuper de ses enfants et « pour laver les pieds de son mari (…) Le prophète a déclaré que si la femme devait se prosterner pour quelqu'un, ça serait pour son mari, c'est la religion, et la femme n'a pas le droit de contester. Au lit, elle ne peut  tourner son dos qu'avec l'autorisation de son mari. C'est la religion, c'est la religion, que les efféminés aillent au diable !». » ** (dixit ledit constituant),

tient à marquer sa ferme protestation contre ces déclarations et invite les constituants appartenant au groupe du parti le CPR [nda : Congrès Pour la République] de l’ANC, parti dont il est le fondateur et le Président d’honneur, à geler leur participation aux travaux de l’ANC  jusqu’à ce que le constituant  Brahim Kassas retire ses propos et présente des excuses à la femme, en général, et à  la femme tunisienne, en particulier.

À cette occasion, le Président provisoire de la République tunisienne invite son allié de toujours, le parti Ettakatol et à sa tête Mustapha Ben Jaâfar [nda : à la fois, Président d’Ettakatol et de l’ANC ] à une réunion commune, avec le CPR, et ce, afin d’arrêter les actions à entreprendre au cas où   le constituant  Brahim Kassas  ne se plie pas à la condition annoncée.

Dans tous les cas, le Président provisoire de la République tunisienne, en tant qu’ancien constituant, demande, par la présente, au Président Mustapha Ben Jaâfar de lever l’immunité parlementaire du constituant  Brahim Kassas et, en tant qu’ancien Président et actuel Président d’honneur de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH), invite la LTDH à porter plainte contre ce constituant  goujat.

Et, pour terminer, le Président provisoire de la République tunisienne tient, en cette circonstance, à faire son mea-culpa en présentant ses excuses auprès des femmes tunisiennes pour avoir essayé de les diviser, lors de son discours d’investiture le 12 décembre 2011, en les classant en niqabées, voilées et "sefirats" (nda : terme péjoratif pour désigner  les femmes non voilées, en les assimilant à des  dévergondées***) ; qui plus est, en marginalisant les dernières citées.

Fait au Palais de Carthage, à l’ombre d’un palmier, sur la Colline de Byrsa, en ce premier mai de l’an I de la deuxième République tunisienne, en deux exemplaires authentiques portant la toute nouvelle signature du Président.


Signé : Mohamed Moncef ben Mohamed Ahmed Bedoui-Marzouki, alias Tartour

Président provisoire de la République tunisienne

 

Salah HORCHANI

*Voir, par exemple, l’article ( et ses 52 réactions, à ce jour) intitulé «Qu'en pensez-vous, Monsieur le Président tunisien MARZOUKI, vous qui êtes grand défenseur du droit du port du niqab partout ? », paru sous le lien :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/110214/quen-pensez-vous-monsieur-le-president-tunisien-marzouki-vous-qui-etes-grand-defenseur-du-droit

Voir, aussi :

http://www.leconomistemaghrebin.com/2013/05/17/dialogue-national-protestation-contre-les-propos-de-marzouki/

**http://www.businessnews.com.tn/Brahim-Kassas-tente-d%E2%80%99agresser-physiquement-Mehdi-Ben-Gharbia-(Vid%C3%A9o),520,46075,3

*** http://www.espacemanager.com/tunisie-premier-discours-et-premiere-bourde-de-moncef-marzouki.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Dernier article du Président Moncef Marzouki, daté du 22 avril 2014, en tant que scribe d’Al-Jazeera *

Vous remarquerez que :

1. l’une des deux photos illustrant cet article expose le Président Moncef Marzouki cravaté ;

2. le Président Moncef Marzouki parle dans cet article, publié dans un média qatari, de liberté: c’est comme si je publiais dans un média nazi un article parlant des horreurs de la Shoah !

Sacré Président Moncef Marzouki !

*http://www.aljazeera.net/opinions/pages/de37500e-2b51-425d-bf7d-96c69c3ac0ff

 

Salah HORCHANI