salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

690 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2012

Tunisie : Il faut sauver le Doyen Kazdaghli !

Tous devant le tribunal de la Manouba (sur la route de Oued Ellil), le  jeudi 5 juillet 2012 à 9h, pour soutenir le Doyen Habib Kazdaghli, symbole d’une courageuse résistance aux Salafistes !

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tous devant le tribunal de la Manouba (sur la route de Oued Ellil), le  jeudi 5 juillet 2012 à 9h, pour soutenir le Doyen Habib Kazdaghli, symbole d’une courageuse résistance aux Salafistes !

Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM), accusé d’avoir agressé une étudiante enniqabée, doit comparaître, le jeudi 5 juillet 2012 à 9h, devant la Chambre Correctionnelle du Tribunal de Première Instance de la Manouba. Alors que la réalité est autre, puisque, soutenue par les Salafistes qui avaient élu domicile, depuis le 28 novembre 2011, dans  la FLAHM, ladite enniqabée s'est introduite, de force, en compagnie d’une autre enniqabée, dans le bureau du Doyen, a détérioré le mobilier et les dossiers qui s'y trouvaient après avoir bousculé le Doyen. 

Ces infractions ont été constatées par le Procureur de la République auprès du Tribunal de Première Instance de la Manouba, dans l’après-midi du 6 mars 2012. Ce même jour, le bureau du Doyen avait été la cible de plusieurs jets de pierres. Ces incidents ont eu lieu au lendemain du verdict rendu le 5 mars 2012,  par le Conseil de Discipline de la FLAHM,  concernant  six étudiants salafistes,  auteurs, en janvier 2012, de graves dépassements. Quant à la  revendication principale des squatters-salafistes de la FLAHM, dont la quasi-totalité est étrangère à l’Université, c’est la levée de l’interdiction du port du Niqab dans l’enceinte de l’Institution.

Dans ce cadre, un historique exhaustif des événements survenus, pendant l’année universitaire en cours, à la FLAHM, événements provoqués par les Salafistes,  peut être trouvé dans mon Article (et ses 120 Commentaires actuels) intitulé : « La nouvelle tendance du Ministère tunisien de l’Enseignement Supérieur ! » et se trouvant sur le Lien suivant :

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-nouvelle-tendance-du-ministere-107454

Le Lien Facebook du dit Rassemblement du jeudi 5 juillet 2012 à 9h  est :

https://www.facebook.com/events/257427884362789/

QUE VIVE NOTRE UNIVERSITÉ LOIN DES TÉNÈBRES !

Salah HORCHANI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI