salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

688 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 août 2021

Il s’appelait Ameur, elle s’appelait Aïcha

À mes aînés disparus depuis un an.

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s’appelait Ameur, elle s’appelait Aïcha
Ils étaient venus au monde dans les années trente
Aïcha est venue la première, et Ameur suivra
Et, moi-même, je l’ai suivi, en l’année quarante
Au mois de juillet 2020, Aïcha s’éleva
Au ciel, elle était une grande sœur épatante
Et, orphelins, nous, frères et sœurs, elle nous laissa
Et, voilà dix jours, une maladie fulgurante
Frappa Ameur et, au firmament, elle l’emporta 
Une de ces maladies de vieillissement, latentes
Il connaissait le pays sur le bout des doigts
Avec ses oueds, ses vallées, ses montagnes et ses pentes
Ses zones désertiques, ses métropoles, ses dachras
De l’eau, il fut une encyclopédie vivante
Diplômé de l'Institut polytechnique grenoblois
En hydraulique et génie atomique, de manière conjointe
Il avait acquis le surnom de Monsieur Aqua
Car, il avait domestiqué les eaux ruisselantes
Sa vie, à construire des barrages, il la consacra
Pour que personne ne manque d’eau courante
Pour donner vie à des terres arides jusque-là
Pari qu’il a gagné de façon éclatante
Avec la cinquantaine de barrages qu’il édifia
Il n’y avait que deux telles structures existantes
Dans tout le pays, héritées du Protectorat
Son œuvre avait débuté dans les années soixante
Par l’assainissement de la tunisoise Bouhaira
Et l’épuration des eaux usées, de tous genres, polluantes
Récupérées, recyclées pour retrouver une autre voie
Dans l’irrigation des greens et des prairies verdoyantes
En compatibilité avec les sanitaires lois
Grâce à des stations, comme celle de Chotrana, performantes
Dès qu’il y avait un problème avec l’eau, il était là
Et, il trouvait la solution correspondant aux attentes
Comme la protection des villes contre les terribles dégâts
Des inondations, avec leurs coulées de boue rampantes *
Sa vocation fut encouragée par Baba
Quand il avait entamé sa vie étudiante
Notre père s’inquiétait du manque d’eau et ses aléas
Dans notre Sud natal et ses retombées alarmantes
Il est parti un peu inquiet pour ce pays qu’il aima
Passionnément, qu’il a servi de manière militante 
Et, nous voilà orphelins, encore une fois
Je le sens ainsi, même à l’âge d’octante
Et, l’ainesse de ma fratrie, il me confia
Ils ont rejoint nos étoiles scintillantes
Ainsi est notre existence, ainsi la vie va
 
Salah HORCHANI

* https://www.leaders.com.tn/article/32251-ameur-horchani-l-eminent-expert-en-eau-est-decede

https://www.youtube.com/watch?v=1FmkYJjPMfk

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod