1. Le Qatar, Financier d’Ennahdha (Parti Islamiste Tunisien au Pouvoir) 

Georges Malbrunot  et Christian Chesnot ont confirmé, dans la page 198 de leur dernier livre٭, l’information rapportée par certains médias selon laquelle Rached Ghannouchi, le Guide Suprême d’Ennahdha, aurait reçu 150 millions de dollars de la part de l’Émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa al Thani.

٭ Georges Malbrunot  et Christian Chesnot :  Qatar : les secrets du coffre-fort  (Michel Lafon,  Paris, date de parution :  14 mars 2013).

 

 

 

2. La phrase du jour

Le Qatar, après avoir pourri les Printemps arabes, achète, maintenant, le Printemps français !

 

 

3. S.A. Cheikha Mozah, Première Dame du Qatar, élue Membre de l'Académie Française des Beaux-Arts

 

 

Source :

http://www.academie-des-beaux-arts.fr/membres/index.html

 

N.B.

a. Son Altesse est, à la fois, Présidente de la Fondation arabe pour la Démocratie  et l’une des trois épouses de l’Émir du Qatar !, le Qatar, dont le régime, les libertés et les droits des citoyens (en particulier, ceux des femmes) se situent à des années-lumière du Printemps arabe, pays de l’apartheid, par excellence, où vivent, trois fois plus d’hommes que de femmes,  à cause du fait que 65% de ses habitants  sont  composés par la sous-classe d’une population de travailleurs immigrés, à quasi-totalité masculine :

http://www.qsa.gov.qa/eng/PopulationStructure.htm

sous-classe  ghettotisée, marginalisée dans la vie de la cité et surexploitée,  travaillant dans des conditions violant les règles les plus élémentaires des droits sociaux et du travail, le Qatar, pays non  francophone, devenu, depuis octobre 2012, par décision inattendue, membre associé de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), et ce,  sans être passé par le statut d'observateur, comme l’exige la règle convenue, fait qui risque de déstabiliser, aussi, l’OIF en lui faisant perdre sa spécificité !, le Qatar qui n’a pas hésité à condamner à la perpétuité le poète Mohammed al-Ajami, alias Ibn al-Dhib, pour avoir écrit en 2011 un poème ayant pour titre "Poème du Jasmin" où il rendait hommage à la Révolution Tunisienne, exprimant l’espoir que le changement puisse toucher d'autres pays arabes en clamant "nous sommes tous la Tunisie face à une élite répressive" ; voir à ce sujet, sur le Lien ci-dessous, le Communiqué d’Amnesty International intitulé « Qatar: Outrageous life sentence for " Jasmine poet" » :

http://www.amnesty.org/en/news/qatar-outrageous-life-sentence-jasmine-poet-2012-11-29

 

b. Ce qui a conduit l’Association des libres penseurs de la Tunisie à écrire :

« La femme de l’Émir du Qatar membre étranger de l'Académie Française des Beaux-Arts ... Que ne ferait pas La France pour assouvir les fantasmes des  "nouveaux riches" !! Échanger sa grande culture, son passé, son patrimoine, sa dignité, avec des incultes pour quelques sous ... C'est lamentable… ».

 

 Salah HORCHANI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.