À l’occasion de la cérémonie du quarantième jour,

Fixée à ce samedi 16 mars 2013

 

Toi, mon camarade, mon voisin de quartier, notre ancien étudiant

L’écrivain, l’homme au savoir encyclopédique, le poète, l’analyste politique, l’orateur éloquent

Toi qui étais "le tribun des pauvres, des ouvriers et des femmes,…un constructeur de rassemblement"

Comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon, le héraut de "la Citoyenne Révolution",

Sur ta dernière demeure, au cimetière d’El Jellaz, le surlendemain de ton enterrement

Toi qui es maintenant, là-haut ou quelque part, au Panthéon des Grands

En compagnie de Gandhi et du Che avec lesquels tu fus, ici-bas, en parfaite communion

Jusqu’à partager le même charisme et la même tragique disparition,

Disparition provoquée par la lâcheté des forces de la contre-révolution

 

Toi qui as accompli, à la Faculté des Sciences de Tunis, tes premiers faits d’armes de militant

Avant d’être poussé à l’exil pour ton activisme et ton politique engagement,

Causes de ton exclusion de l’Université et de ton premier emprisonnement

Une fois à l’étranger, tu as entrepris des études qui servent au mieux ton innée vocation

Apôtre de la non-violence, Défenseur des Libertés d’expression et d’opinion,

Des Droits humains, sociaux, académiques, de création, de la femme et de l’enfant

 

Toi qui, devenu avocat, as regagné le pays pour reprendre, sur le terrain, ton pèlerin bâton

Pour défendre, entre autres, et le plus souvent sans rien attendre en retour et gracieusement,

L’opprimé, la veuve, l’orphelin, les sans voix, mais aussi tes adversaires, idéologiquement,

Les islamistes de tous bords et de toutes tendances, particulièrement,

Dès que leurs droits et leur dignité se sont trouvés menacés injustement,

Islamistes dont font partie, aujourd’hui, tes assassins et leurs exécutants,

À l’heure où le fascisme vert progresse, agresse, excommunie et tue, impunément,

Fascisme pour qui la réalisation des attentes du peuple ne figure pas parmi ses ambitions

Fascisme basé sur le mensonge, le népotisme, les activités miliciennes et la corruption

Et qui, pour s’attirer le spectre électoral le plus large, pratique le double langage, opportunément,

Manœuvres politiques que tu as démantelées dans plus d’une de tes envolées lyriques, avec brio et talent,

Assassins et leurs exécutants qui t’ont abattu,le mercredi 6 février 2013, au pied de ton immeuble, froidement,

Nahdhaouis 1), Salafistes ou membres de cette auto-proclamée Ligue de Protection de la Révolution,

Qui sont, en réalité, les " Chemises Vertes" de nos sinistres gouvernants,

Milices criminogènes, déjà impliquées dans un autre assassinat politique 2) et dans des violences contre les syndicalistes et les opposants

Ceux-là mêmes qui, le lendemain de ton assassinat et la veille de ton enterrement,

Ont poursuivi à ton encontre leurs discours de haine et de mensonge, sans aucune limitation 3) ;

Comble de l’ingratitude, de l’ignominie, de la lâcheté et de l’abjection

Qui plus est, se faisant au nom de leur, soi-disant, statut de Protecteurs de la Révolution

Ceux-là mêmes dont tu avais pris la défense, sans hésiter, il n’y a pas si longtemps,

Pendant les années Zinnochet 4), de braise, de torture, de dictature et d’oppression,

Alors que leurs amis avocats islamistes se sont défilés lâchement,

Pendant que leur Cheikh Guannochet 4) et sa Cour, à l’étranger, installés confortablement,

Avec leurs sociétés florissantes, leurs affaires juteuses et leur statut de réfugiés politiquement

De préférence dans ces pays occidentaux qu’ils honnissent, aujourd’hui, à tout moment,

Tout en étant subventionnés par les pétro-machins des monarques du Moyen-Orient,

Sponsors des mouvements djihadistes, régisseurs du salafisme international rampant,

Qui, pour sauvegarder leurs régimes moyenâgeux, théocratiques, décadents

Ont décidé de torpiller le Printemps Arabe par la wahhabisation des pays de la région

En particulier, le régent du Qatar qui est, sur la scène internationale, le plus arrogant et le plus insolent

Et dont l’ingérence dans nos affaires est des plus insupportables et des plus accablants,

À tel point que le Politologue Bassam Tahhan le désigne franchement

Comme un commanditaire potentiel, en première ligne, de ton exécution 5) ;

Assassinat qui, d’après le Professeur Tahhan, va précipiter la chute de nos actuels gouvernants

Et dont l’impact sur les Révolutions Arabes sera si important

Que le suicide de Mohamed Bouazizi, le Martyr Diplômé-chômeur-marchand -ambulant

 

Quant à Ghannochet, le présumé responsable politique de ta disparition,

Comme l’atteste le slogan 6) le plus crié, le jour de ton enterrement,

Par cette marée humaine qui fut estimée à 1,4 million,

Ghannochet qui sera, pour l’Histoire, le premier responsable, politiquement,

De la violence que vit actuellement le pays, et ses futurs développements,

Ghannochet qui, plus que tout autre nahdhaoui, a besoin fortement

Que Dieu le guide "dans la Voie droite" 7) , dans la Droite Direction,

Ghannochet, le fervent adepte de la devise "Seule la religion est la Solution",

Alors que la tienne, Chokri, est " La Patrie pour tous et pour Dieu la Religion",

Ghannochet, l’usurpateur de notre Tunisien Printemps,

Dont il fut, avec les siens, le grand absent,

Le falsificateur de l’Histoire de notre Révolution,

Ghannochet qui est allé jusqu’à décréter "inspirateur de notre soulèvement",

Youssef al-Qardaoui, le rétrogade religieux consultant

De la Chaîne Qatarie Al-Jazeera, Palme d’Or de la journalistique falsification 6)

Ghannochet, falsificateur, aussi, de notre Histoire, principalement celle du National Mouvement,

Qui souffre, pour la modernité, d’une morbide dénégation,

Pour la restauration d’un Pouvoir Islamiste, d’une pathologique obsession,

Et pour Bourguiba libérateur de la femme tunisienne, d’une haine, viscéralement ;

N’a-t-il pas affirmé dans son livre " Entre le Coran et la réalité des Musulmans "

Que la femme est, par essence, un simple objet sexuel, fondamentalement,

Son fantasme est, depuis toujours, la destruction de l’œuvre réformatrice du Suprême Combattant 8)

Ghannochet, qui, comme tous les gourous, souffre d’une maladive prétention,

N’a-t-il pas déclaré : "Je suis surtout un serviteur de l’humanité et pas seulement des musulmans"9),

Il est pour lesdites Milices, qui constituent les bras armés de son Mouvement,

Le Guide suprême, qui a été désigné divinement, dont on baise le front,

Acte d'allégeance absolue de l’adepte à son maître, dans la symbolique des Frères Musulmans,

Le stratège, l’idéologue, le parrain, le protecteur, le chef final de la décision

À ces Milices, il voue une profonde admiration, une nostalgique affection

N’a-t-il pas affirmé, plus d’une fois, qu’elles représentent "la Conscience de la Révolution,

Qu’elles lui rappellent sa jeunesse et qu’elles annoncent une Culture inédite", mondialement

Jusqu’à disculper les assassins de Tataouine 2) , en œuvrant pour leur libération,

Et, comble de tout, jusqu’à en faire des Martyrs, en exigeant leur réhabilitation ;

Et ce, par le biais des Cadres d’Ennahdha et ses Constituants,

Comme le confirme un Communiqué du Conseil de la Choura d’Ennahdha 10), dans l’une de ses recommandations,

Considérant leur forfait comme simple acte relevant de l’administratif assainissement,

Recommandation qui représente, en réalité, un "Permis de Tuer" livré à ses exécutants,

Un blanc-seing remis aux assassins potentiels, un encouragement,

Comme tu l’as relevé, toi-même Chokri, le mardi 5 février 2013, la veille de ton exécution

Lors d’un débat en direct, en prime time, sur une Chaîne de télévision,

En affirmant que "[ce Communiqué] contient un feu vert officiel pour les violences et les agressions"

 

Toi dont la longue expérience de militant, la détermination et l’abnégation,

La fougue, le charme, le sourire et la force de l’argument,

La voix chaude, le regard révolver et le verbe toujours pertinent

Ont fait souvent trembler les politicards, les tartuffes et tous les marchands de religion

Et nous ont insufflés, plus d’une fois, l’espoir, dans les périodes de découragement

 

Ton assassinat s’inscrit, Chokri, dans un pacte programmé d’intimidation,

Liant les Salafistes et les Nahdhaouis, les deux frères de sang,

Consistant à établir la culture de la peur, afin de réduire au silence les opposants,

Afin d’empêcher l'autre de penser différemment

Dans le but de remporter, par la terreur, les prochaines élections

D’ailleurs, comme tu le sais, c’est au milieu d’un salafiste rassemblement,

Qui eut lieu, voilà bientôt un an, devant le Manoubistan 11),

Que les Tunisiens ont découvert un barbu accusant de traitre, de mécréant

Notre ami Habib Kazdaghli, le Doyen de cet Établissement,

Accusation qui signifie, dans le jargon des Salafistes, un appel à agression

Du reste, tes assassins ont fait paraître après ta disparition

Une Liste Noire où tu figures avec Habib et d’autres opposants

 

Permets-moi, Chokri, d’exposer, succinctement,

Pour le lecteur non averti, la suite de ces informations

Le Barbu en question est un "Émir" djihadiste, ancien de l’Afghanistan,

Dont le nom de guerre est Abou Iyadh al-Tounsi, chef de l’extrémiste Mouvement

Appelé « Ansar Al-Sharia », inconnu jusqu’à cette apparition,

Mais, bien connu dans les services anti-terroristes internationaux et de Renseignements,

Ayant fait ses classes dans le giron d’Ennahdha, produit deuxième génération

De l’appui fourni au wahhabisme saoudien par l’Occident,

Cet "Émir" a reconnu, devant les caméras d’Hannibal Télévision,

Être le cerveau de la barbare invasion

Subie par la Faculté des Lettres de la Manouba, son Personnel et ses Étudiants

Et, depuis, lui et ses troupes, sèment partout la terreur, impunément,

Encouragés par la passivité des Forces de l’ordre, face à leurs agissements,

Et leurs tergiversations pour arrêter les responsables de ces déferlements

Rien n’y échappe : réunions publiques, Facultés et même écoles pour enfants,

Péripatéticiennes, ambassades, bars, hôtels, festivals, expositions,…

Leurs victimes préférées sont les Femmes, les Journalistes, les Artistes, les Partis d’opposition

Les agressant, les empêchant de s’exprimer et sabotant leurs manifestations

Violence ayant même conduit au lynchage 2) ,12) et à de nombreux blessés grièvement,

Et, aussi, aux vandalismes, aux incendies, aux destructions,

Du Patrimoine archéologique, culturel et religieux de la Nation,

Y compris les Mausolées Soufis avec leurs vieux manuscrits du Coran

Violence allant en augmentant, avec la bénédiction des gouvernants

Qui observent impassiblement la détérioration de la situation,

Complicité qui a conduit, Chokri, à ton exécution

Quant à Abou Iyadh, bien que recherché par toutes les polices, soi-disant,

Depuis l’attaque de l’Ambassade américaine, il a pris la clé des champs,

En apparaissant, de temps en temps, lors de prêches, d’interviews, d’enterrements,…

Parallèlement, les Islamistes essayent de semer la discorde et la division,

Entre les diverses classes, sociales et politiques, de la population,

Et de détourner de sa première vocation

L’ANC 13), à savoir, comme son nom l’indique, l’écriture de la nouvelle Constitution,

En la transformant en une machine liberticide de salafisation,

Au service de leurs fantasmes et de leurs aspirations,

-À coups de manœuvres, de subterfuges, de magouilles et de féroces acharnements

Ainsi, combien de fois la Sharia poussée à la porte, grâce à la mobilisation

Des Démocrates de tous horizons et de la Société Civile, conjointement,

Revient par la fenêtre, portée par les nahdhaouis, à chaque occasion-

Où est discuté, essentiellement, le principe de civilité de l’État et son interprétation ;

Sans oublier leur arsenal de " bombes à retardement",

Explicité dans le Programme de l’Union Mondiale des Savants Musulmans 14),

Qui va être exposé, devant l’instance spécialisée de l’ONU chargée de la CEDAW 15), le mois courant,

Union dont Ghannochet est le Secrétaire Général Adjoint et Youssef al-Qardaoui le Président,

Bombes prêtes à tout instant, à tout moment,

À être mises ou remises sur la table des négociations,

Caractéristiques du choix de société qu’ils souhaitent imposer à nos enfants,

Dont fait partie le " Conseil Suprême Islamique" et sa constitutionnalisation,

L’atteinte du sacré et sa criminalisation,

L’abandon des Droits de la femme célibataire et de son enfant,

Ainsi que du Droit à l’avortement,

Et même le viol conjugal, la polygamie et leur légalisation

Quant aux Textes législatifs existants, relatifs à l’adoption,

Qui font de la Tunisie le seul pays arabo-musulman la légalisant,

" [Ennahdha] compte les changer, car ils ne correspondent pas [dit-elle] à notre religion",

Les changer par des Textes où "la kafala [la tutelle ou la délégation de l’autorité parentale] remplacera l’adoption"

Simultanément, ils placent, leurs pions dans les postes-clés de l’administration,

En prévision de son noyautage et du truquage des prochaines élections,

Afin d’assurer leur mainmise sur les rouages de l’État et sa définitive islamisation

Et faire de notre Tunisie une Somalie, un Iran, un Soudan ou un Afghanistan

 

Toi qui avais dit que notre Tunisie appartient à tous ses enfants, sans exception,

Tunisien par la naissance, la terre, le sang, la culture ou l’adoption

Alors que selon Ennahdha, la Tunisie n’appartiendrait qu’aux Islamistes, d’ici et d’ailleurs, exclusivement,

Ton combat fut de faire triompher les valeurs de notre Révolution ;

Valeurs de Liberté, Dignité, Justice Sociale et Tolérance, principalement ;

Valeurs puisées aux racines de notre modernité, à son plus profond

Et au plus profond de notre culture, trois fois millénaires, de nos traditions,

Trinité qui fait l’exception tunisienne dans le monde arabo-musulman

Trinité que ces fous de Dieu dédaignent et essayent de dénaturer à leur façon

Trinité qui se situe aux antipodes de leur Projet de Société et de leurs intentions

Qui se résument en la mainmise islamiste sur le pays et son wahhabisation

 

Ce jour de triomphe auquel ton sacrifice aura largement contribué pour son avènement,

Ce Jour du " Grand Soir", point oméga de notre lutte, viendra, Chokri, inéluctablement

Cependant, ne soyons pas dans le déni de réalité, le chemin est encore long, très long

Et la Démocratie ne peut être instaurée, sans sacrifices, en quelques saisons

Mais, l’optimisme étant "la Foi des Révolutions",

La liberté finira toujours par s'imposer progressivement,

Alors, notre Tunisie sera pour les peuples opprimés, une réelle source de démocratique inspiration

 

En attendant, que les Modernistes de toutes orientations

Et de tous bords surmontent leurs égos et achèvent leur rapprochement

Qu’on se le dise : c’est l’unique alternative pour faire revenir le Printemps !

Qui plus est, pour nous, c’est "le Cercueil ou l’Union" 16)

 

Toi, Chokri, bien que physiquement,

Sans retour, tu es désormais absent,

Sache qu’en réalité, dans la lutte et dans l’action,

Tu seras toujours en nous, présent,

Aussi longtemps que le soleil brillera au firmament

À travers ce que tu nous as légué, implicitement,

Comme règle de conduite, comme testament

À travers tous les combats que tu as menés, ta vie durant,

En dépit de ce que tu as subi en représailles, menaces de mort et agressions,

De la part des Régimes déchus ou de celui que nous subissons actuellement

 

Ceux qui t’ont assassiné, Chokri, ignorent que ne meurent pas les monuments

Les trois balles qui t’ont atteint, tirées à bout portant,

Devant ton domicile, représentent la plus haute distinction

Qui a fait dire à Salah, ton père, "Je ne suis pas triste, je viens d’offrir mon fils à la Nation"

Sache, Chokri, que parmi nous tu vivras, éternellement,

À travers tous ceux qui se sont nourris du souffle de tes engagements,

À commencer par tous les tiens ; spécialement

Besma, Nada et Neyrouz, ta compagne et tes jeunes enfants,

Qui, malgré la douleur et les terribles souffrances du moment,

Ont su, avec noblesse, honorer ta mémoire dignement,

Le jour de ton ultime voyage, jour, dans notre Histoire, du plus grand rassemblement,

En nous gratifiant de la plus belle leçon de courage et de dévouement

À la Patrie, à notre Peuple, aux objectifs de notre Révolution,

Révolution dont tu demeures, à jamais, l’une des icônes et l’un des principaux artisans

 

Salah HORCHANI

 

Notes

L’expression "le Rossignol de la Liberté", qui figure dans le Titre, a été empruntée à l’Événement "Artistes contre le crime...Chokri BELAÏD, le rossignol de la liberté" ; voir à ce sujet :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/180213/tunisie-artistes-contre-le-crimechokri-belaid-le-rossignol-de-la-liberte-0

1) Nahdhaouis : partisans du Parti Islamiste Tunisien Ennahdha au pouvoir.

2)http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/191012/propos-du-crime-de-tataouine-les-islamistes-tunisiens-sont-passes-de

D’après les derniers éléments de l’enquête, Lotfi Nagdh, dont il est question dans ce lien, fut lynché à mort.

3) Voir à ce sujet, par exemple :

http://www.businessnews.com.tn/Imed-Deghij-des-LPR-menace-ceux-qui-demandent-la-chute-du-gouvernement-(vid%C3%A9o),520,36169,3

4)Pour les sobriquets Zinochet et Ghannochet, attribués respectivement au Général-Président déchu Zine-el-Abidine Ben Ali et au Président-Fondateur d’Ennahdha Rached Ghannouchi, voir le Lien suivant :

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/tunisie-pinochet-zinochet-et-le-129173

5)http://french.irib.ir/analyses/interview/item/241170-bassam-tahhan,-politologue-et-professeur-de-strat%C3%A9gie-et-de-g%C3%A9opolitique

6) Ledit slogan est : "Ya Ghannouchi ya saffah, ya kattal laroueh ! " (Oh ! Ghannouchi sanguinaire, oh ! Assassin) ; voir, à ce sujet :

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/tunisie-funerailles-de-chokri-130465

7) Le Saint Coran, Sourate 1, Verset 6 :

اهدِنَــــا الصِّرَاطَ المُستَقِيمَ = Guide-nous dans la Voie droite.

8) "le Combattant Suprême" est le titre donné à Habib Bourguiba par ses partisans.

9) http://www.telquel-online.com/node/1187

10) Le Conseil de la Choura d’Ennahdha : c’est son Comité Central.

11) Voir, par exemple :

http://www.leaders.com.tn/article/affaire-kazdgahli-chroniques-du-manoubistan?id=10418

12) La Vidéo suivante montre le lynchage deLotfi Nagdh (âme sensible, s’abstenir !) :

http://www.youtube.com/watch?v=Q65Z-F9Ys0Y

13) Assemblée Nationale Constituante.

14) Pour les arabophones, voir le lien suivant :

http://www.ikhwanonline.com/Article.aspx?ArtID=140528&SecID=360

15) Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes :

http://www.francophonie.org/IMG/pdf/Convention_elimination_discrimination_femmes.pdf

16) J’ai emprunté l’expression "le Cercueil ou l’Union" au titre "l’Union ou le Cercueil ! " d’un Article de mon ancien élève et Collègue Ali Gannoun, Professeur - Directeur de Recherche à l’Université Montpellier 2.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

«Heureux le Martyr», un docu sur l'opposant tunisien Chokri Belaïd

Présenté en ouverture de la deuxième édition du Festival International du Film des Droits de l'Homme (FIFDH), le documentaire «Heureux le Martyr...» rend hommage à l'opposant tunisien Chokri Belaïd, tué en bas de son domicile le 6 février dernier à Tunis.

Un film sur l’opposant tunisien Chokri Belaïd, tué en bas de son domicile, le 6 février dernier à Tunis, sera  présenté en ouverture de la deuxième édition du Festival International du Film des Droits de l'Homme (FIFDH).

« Un "Che" à résonance berbère »

Le réalisateur tunisien Habib Mestiri (Chroniques d'une Révolution) dresse dans son film le portrait de Chokri Belaïd, homme politique et avocat tunisien, l'un « des leaders de la gauche tunisienne dont le sang a fédéré les Tunisiens pour s'opposer de nouveau à la violence et à la tyrannie », explique-t-il.

Produit par Nasreddine Shili, le film de 90 minutes rassemble les témoignages de proches de l’opposant tunisien : « De parents, de copains, camarades, mais aussi d'adversaires politiques », précise sur sa page Facebook le cinéaste qui a voulu« décrire la naissance d'un nouveau mythe : un "Che" à résonance berbère. »

Basma Belaïd, personnage central du documentaire

Le film se polarise autour de la veuve de l’opposant, Basma Belaïd, qui décrit le parcours de son époux depuis son plus jeune âge jusqu'à son assassinat, le 6 février dernier. « Pleurer, j’aurai le temps ; maintenant, il faut lutter », avait-elle déclaré lors d’une conférence de presse à Paris quelques jours après l’assassinat de son mari, qu’elle décrivait comme « un personnage aimé et écouté. »

Chokri Belaïd, « symbole d'un combat pour la liberté »

« Il n’a jamais cessé de travailler sur le terrain, avec les gens. Il a toujours essayé de décortiquer les discours politiques sur les plateaux télé en essayant de rendre les notions et les idées politiques toujours plus accessibles. Il avait son point de vue sur la situation en Tunisie et apportait des solutions sur les problématiques économiques et sociales du pays », expliquait Basma Belaïd, soulignant que son défunt mari était devenu « le symbole d’un combat qu’il a mené pour la liberté, pour l’égalité et l’équité sociale. »  

Intellectuel et artiste

« Heureux le martyr... » présente également le témoignage du père de Chokri Belaïd, Salah, qui se souvient des débuts militants de son fils à l'université. Sa sœur Najet dépeint quant à elle l'homme intellectuel et artiste, rappellant qu'il a fondé la Maison de la culture de Jebel Jloud, une structure qui organise des débats mais aussi des ateliers de poésie et de théâtre. Le spectateur découvrira également des extraits montrant l'opposant en train d'interpréter des morceaux du chanteur-compositeur égyptien Cheikh Imam.

 

Source :

http://www.jolpress.com/heureux-le-martyr-documentaire-chokri-belaid-tunisie-habib-mestiri-basma-belaid-article-821840.html#.UvKrxK3W64c.twitter

 

Salah HORCHANI