1. En oubliant les morts et blessés de notre Révolution, révolution qu’il a vécue en spectateur de l’étranger, il a déclaré :

“UNE RÉVOLUTION EST ASSEZ FACILE” (minute 0:50 de la source [1], ci-dessous);

 

2. En oubliant notre martyr Lotfi NAGDH [2], il a déclaré:

“NOUS AVONS EU DEUX ASSASSINATS POLITIQUES” (minute 1:16 de la source [1], ci-dessous);

 

3. En oubliant nos hôtels désertés et la perte de centaines de milliers d’emplois liés au tourisme, il a déclaré :

“LE TOURISME N'EST PAS SI MAUVAIS QUE ÇA, PUISQUE, NOUS AVONS DE NOMBREUX VISITEURS EN PROVENANCE DE LIBYE ET D’ALGÉRIE” (minute 3:41 de la source [1], ci-dessous);

 

4. En oubliant que le taux de chômage est égal à près de 18% et que plusieurs entreprises sont en train de fermer, et à contre-courant des rapports des experts internationaux et nationaux, dont ceux de la Banque centrale de Tunisie, il a déclaré :

“ LA SITUATION ÉCONOMIQUE N'EST PAS SI MAUVAISE QUE ÇA ” (minute 3:48 de la source [1], ci-dessous).

 

Salah HORCHANI

 

[1] Source: حوار على قناة CNN في برنامج Market place Middle East

https://www.youtube.com/watch?v=62gYRVXA-KU

[2] Depuis l’arrivée des islamistes au pouvoir en Tunisie, en octobre 2011, il y a eu trois assassinats politiques, et non deux comme l’affirme le Président Marzouki, visant des personnalités de l’opposition : le premier est celui de Lotfi NAGDH, mort, le 18 octobre 2012, sur son lieu de travail par lynchage, le deuxième est celui de Chokri BELAÏD, abattu, le 6 février 2013, à la sortie de son domicile, devant sa famille, par balles tirées à bout portant par deux exécutants circulant à moto et le troisième est celui de Mohamed BRAHMI abattu, le 25 juillet 2013, lui aussi, à la sortie de son domicile, devant sa famille, par balles tirées à bout portant par deux exécutants circulant à moto.

Les responsables présumés du lynchage de Lotfi NAGDH, qui sont actuellement en état d’arrestation, appartiennent au parti islamiste au pouvoir Ennahdha, à son allié le CpR (le Congrès pour la République, parti du Président Marzouki) et aux Ligues de Protection de la Révolution (la milice d’Ennadha, protégées du Président Marzouki et de son parti) : ceci explique peut-être cela !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Au 25-09-2013,  Lotfi NAGDH n'est toujours pas un "assassiné politque" pour le Président-voyageur Moncef Marzouki

 

Le président de la République provisoire, Moncef Marzouki, s’est dit « épouvanté » par l’éventualité d’ un troisième prochain assassinat politique* en Tunisie a près ceux de Chokri Belaid et de Mohamed Brahmi.

Dans une interview à Reuters en marge de l’assemblée générale de l’ONU, à New York , il a estimé que ce sera alors un ouragan politique qui bouleversera tous les équilibres.

Il a fait remarquer que 2014 comptera parmi les années les plus difficiles pour la Tunisie, car la machine économique est totalement paralysée et le pays aura à relever d’énormes  défis économiques.

 Source:

http://www.africanmanager.com/155965.html

 

Salah HORCHANI

* mis en gras par moi-même