Deuxième tour de la présidentielle tunisienne 2019 : Mon choix

Lâimage contient peut-être : 2 personnes, costume

Nabil Karoui, Kaïs Saïed, et le logo d’Ennahdha

Les candidats moderno-progressistes ont été complètement laminés
La famille démocratique, avec toutes ses composantes, s’est trouvée effondrée
Était-elle à la hauteur ? Les électeurs ont exprimé par leur vote qu’ils en doutaient
L’Appel que nous avons lancé «au profit du candidat fédérateur le mieux placé»
Est resté lettre morte, leurs égos démesurés ont finalement primé
Ils ont préféré se suicider dans la division, ignorant les leçons du passé
Oubliant les claques successives que, depuis 2011, nous avons encaissées
Plaçant leur rage d’arriver au-dessus de la Nation et de ses intérêts
N’étant pas parvenus à un consensus, ils se sont présentés tous dispersés
Alors que leurs scores ajoutés aurait placé ce candidat fédérateur premier
Notre famille a prouvé qu’elle ne sait faire de la politique que divisée
Les égotismes de ses candidats ont achevé d'éparpiller les coulées
Lors de ce premier tour présidentiel qui, pitoyablement, les a tous balayés
Division qui nous a offert pour le second tour deux populistes confirmés
Le premier est laïque, accusé de fraude fiscale, mais, innocent présumé
Jusqu'à ce que la justice établisse définitivement sa culpabilité
Le second est un « oiseau rare » d’Ennahdha, voire salafiste, avec faux-nez
Comme, ci-dessus et ailleurs *, avec ses déclarations et interviews, je l’ai montré
Ce n’est pas son  « oiseau rare » désigné, mais, une doublure bien camouflée
Dans son habit d’«indépendant» - l’original a été, par les urnes, dégagé -
Avec sa voix mécanique, dénuée d’émotion, qui caractérise son phrasé
Et j’invite les lecteurs à lire, dans ce cadre, mon poème ci-dessous mentionné**
Surtout ceux parmi eux qui croient que Kaïs Saïed est respectueux des libertés
Et des droits et qu’il est un fervent défenseur, en particulier, de ceux des minorités
Croyant que l’essence de la démocratie est, avant tout, leur respect par la majorité
Qu’il est aussi respectueux du fondement citoyen de l’État et de sa civilité
Énoncés dans l’article 2 de la Constitution, qui n’admet aucune révisibilité
Respectueux également de son article 21 qui stipule, entre femmes et hommes, l’égalité
Pour moi, Kaïs Saïed peut être tout, sauf ça, comme je l’ai prouvé dans mes poèmes précédemment cités
Au sujet de la peine de mort, de l’homosexualité, de l’égalité femme homme, en particulier
Prétextant une soi-disant «volonté du peuple» pour que certains droits humains soient rejetés
Mais, de quel peuple parle-il ? S’agirait-il de ses partisans, ses semblables et leurs alliés
Il n’hésite pas à argumenter par la Sharia ses positions sur des questions de société
Et souhaite que, dans la Constitution, comme principale source des lois, sa primauté soit instaurée
Ce qui représente une remise en question des acquis républicains, par la Révolution renforcés
Et a conduit certains à le considérer comme étant un sous-marin par Ennahdha téléguidé
Qui plus est, notre démocratie représentative actuelle, il souhaite la démanteler
Au profit d’«assemblées du peuple», par les jamahiriyas du colonnel Kadhafi, inspirées
D’ailleurs, à toutes les questions qui lui ont été posées concernant son programme, ses alliés, ses projets,…   
Il a toujours répondu : le peuple décidera, le peuple veut, le peuple a autorité
Aujourd’hui, il faut tenir compte des valeurs, par la société tunisienne, intériorisées
La Constitution de 2014 a confisqué la volonté du peuple, puisqu’elle est minée
Par les blocages, car, par les partis, elle a été édictée ; maintenant, il s’agit de concrétiser
La volonté du peuple à travers la Constitution qui doit traduire ses valeurs et sa volonté
Qui doit donner les moyens juridiques au peuple d’être un acteur réel, maître de sa destinée
Avec d’autres instruments constitutionnels, le peuple, souverain, sera, enfin, institué
Les élus ne sont pas choisis par le peuple, mais par les partis qui, en tête de liste, les ont élevés,…
Depuis qu’il s’est lancé dans la campagne présidentielle, au mot « peuple », il s’est abonné
Faut-il rappeler que Kaïs Saïed n’a point participé à la Révolution du 14 janvier
Il n’est apparu, comme les islamistes, que quand Ben Ali, en Arabie saoudite, s’est réfugié
C’est un révolutionnaire de la vingt-cinquième heure, pur produit de ses interventions télévisées
Ainsi, sans hésitation, mais sans enthousiasme ni gaieté, mon choix s’est fixé sur le premier
Choix du moindre mal, en tout cas, ce qui est sûr, un choix contre le pire qu’on pourrait imaginer

Note ajoutée le 10 octobre 2019 : Ma consigne de vote

VOTEZ  POPULISTE  LAÏCISÉ
MÊME DE BLANCHIMENT ACCUSÉ
CAR, INNOCENT PRÉSUMÉ
JUSQU'À CE QU'IL SOIT, COUPABLE, DÉCLARÉ
PAR  UN  TRIBUNAL  BIEN  INFORMÉ

PAS  POPULISTE  ISLAMISTISÉ
OISEAU  RARE  DE  QUI  VOUS  SAVEZ
QUI,  PAR EFFRACTION, S’EST  IMPOSÉ
PUR PRODUIT DE LA TÉLÉ
DE  QUI,  IL  N’Y  À  RIEN  À  TIRER
VOIRE, C’EST UN  RÉEL  DANGER
POUR  NOTRE  TUNISIANITÉ
CELUI-LÀ MÊME QUI A AFFIRMÉ
VOTER MASSIVEMENT POUR LUI, C’EST DONNER
DE NOUVEAUX HORIZONS À TOUTE L’HUMANITÉ ***

Salah HORCHANI

* Il s’agit de mon poème intitulé « Élections tunisiennes 2019 : Dis-leur, Eya, dis-leur ! », paru sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/280519/dis-leur-eya-dis-leur

** Ce billet fut publié comme Addendum à mon autre poème intitulé «Tunisie, présidentielles 2019 : Le choix de leur "oiseau rare"   est un réel espoir !», paru sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/110819/tunisie-presidentielles-2019-le-choix-de-leur-oiseau-rare-est-un-reel-espoir

*** https://www.businessnews.com.tn/kais-saied-refuse-toujours-de-faire-campagne,534,91739,3

https://www.youtube.com/watch?time_continue=191&v=tY3u0QyroWs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.