Après les élections tunisiennes 2019 : Appel aux progressistes de tous bords !

Ce sont cinq années de grande incertitude et d’embûches qui vont débuter
Avec le président élu et certains de ses soutiens, l’avenir n’est pas gai
Dont l’interdite « Ligue  de protection de la révolution », tristement réputée
Leurs agressions violentes, le jour des résultats, contre ceux qui ne sont pas de leur côté
En particulier, contre des journalistes d’El Hiwar qui ont été brutalisés [5]
Et contre le coordinateur du parti Qalb Tounes qui fut sauvagement frappé [6]
Sont dignes des régimes fachistes et ne présagent rien de bon pour notre destinée
D’autant plus que ledit président, en les  condamnant, a manqué de fermeté
Alors que, de tels agissements, il devrait prendre l’initiative de se démarquer
Et les mesures nécessaires pour remettre à leur place ses partisans excités
Lié aux engagements qu’il a pris auprès de ses électeurs, le moteur, il serait
De ceux qui souhaitent la mort de notre démocratie représentative, telle qu’elle est pratiquée
Et la transformer en démocratie participative où l’avis du « Peuple » doit primer
En vérité, Kaïs Saïed, en proposant son système, la lune, il n’a pas inventé
Mesure phare, seul point que, pendant la campagne présidentielle, il a détaillé
Où c’est le suffrage universel indirect qui désigne les députés 
Car, ce qu’il propose se situe entre le système des soviets et le Sénat français
Avec un petit zeste, façon Jamahiriya, pour que le tout soit couronné
Avec des slogans et mots d’ordre déjà vus, rappelant ceux des « jaunes Gilets»
Pour faire court, je dirai en quelques vers ce qui est, grosso-modo, avancé
Tout d’abord, le citoyen élit son représentant local, puis ce dernier
Élit son représentant régional qui élit les membres de l’ARP
L’ARP étant le Parlement monocaméral, pour les non-initiés
Plus précisément, par Assemblée des représentants du peuple, désigné
Il prétend qu’avec ce système hybride le pouvoir du Peuple est retrouvé
En le plaçant, dit-il, au cœur de la décision, en toute  souveraineté
Et que c’est la seule façon de réformer pour que la gouvernance soit purifiée
Encore faut-il qu’il nous fournisse les preuves de cette relation de cause à effet
Pour ce qui me concerne, je crois qu’avec ce système, de son député, l’électeur sera plus éloigné
Contrairement aux assertions qu’il a soutenues et qu’il a plus d’une fois développées
Qu’il s’agit d’une pure proposition populiste pour tromper le citoyen et l’amadouer
Et qu’il serait plus démocratique d’adopter le système bicaméral français, pendant qu’on y est
Dans l’entretien [7], le journaliste lui a demandé « Et si votre système, par l’ARP, est refusé !
Que ferez-vous, vous démissionnez !», il lui a répondu « au Peuple, cette situation, j’expliquerai
Et dans ce cas, l’ARP doit assumer...., et chaque partie doit assumer sa politique responsabilité 
L’ARP doit assumer sa responsabilité devant le Peuple, à l’instant ou en différé
[ Ce terme se référant aux élections législatives qui, tous les cinq ans, sont programmées]
Chacun, devant Allah, devant le Peuple et l’Histoire, sa responsabilité politique, doit assumer » [8]
Soit dit en passant, au début de la vidéo [7], il se présente lui-même « professeur à la Faculté » [9]
Comme il s’est habitué à le faire depuis que, le rôle de commentateur à la télé, il a endossé
Alors que son grade réel est « assistant non docteur», donnée, par le public et les médias, ignorée
Je respecte tous les grades de mon métier, c’est simplement un problème de transparence et d’honnêteté  
En ce qui me concerne, je considère une telle réponse comme étant une menace masquée
À priori, avant le supposé refus, le débat qui lui est afférent aurait tout expliqué
Au Peuple, et ses représentants ayant voté le refus, la question devrait être classée
Aussi, dire « j’expliquerai cette situation au Peuple ...» équivaut à dire « ce vote, je le contesterai
Et j’appellerai le Peuple à ma rescousse pour mettre l’ARP au diapason de mes idées »
À moins qu’il ait oublié la règle du jeu démocratique que notre Constitution a arrêtée
Peut-être se trompe-t-il de constitution, nous croyant déjà dans la sienne installés !
Peut-être, projette-t-il, avec ses soutiens radicalisés, contre l’ARP, se rebeller !
Parmi ses partisans excités, on retrouve ceux qui avaient attaqué l’UGTT
Attaque contre  son siège national et les membres de son exécutif qui furent violentés
Ses sièges régionaux, ses adhérents, sympathisants et responsables ne furent pas épargnés
À l’époque où Ennahdha au pouvoir, de mettre à genoux l’UGTT, elle avait essayé [10]
Il serait capable de les employer comme force de frappe pour, à sa guise, faire plier
L’ARP et l’obliger à adopter tout ce qui a trait à leur projet de société
Auquel cas, c’est avec le feu qu’il jouerait et la guerre civile serait assurée

Aussi, progressistes de tous bords, soyez vigilants, car, les risques sont  fondés
Les islamistes sont de retour, en embuscade, avec de nouveaux alliés
Et ont déjà annoncé la couleur, prouvant encore une fois qu’ils n’ont guère changé
Oubliant que la démocratie, c’est le pouvoir de la majorité
Avec le respect absolu des droits et des libertés des minorités
Ils croient être à Carthage, par président de la République interposé
Le Patrie est en danger, mobilisons-nous comme, par le passé, nous l’avons fait
Il ne reste comme garde-fou que la Société civile pour les contrecarrer
La Femme, en particulier, qui demeure un solide rempart, leur première visée
Et, encore une fois, nous empêcherons la bête immonde de nous dominer
Retrouvons-nous dans cinq ans avec une famille moderniste unifiée
Ayant tiré toutes les leçons qui s’imposent, aussi bien de ses échecs que de ses succès
Ayant jeté les égos et les ambitions personnelles dans la poubelle du passé
Appel que, depuis des mois, des années, sur tous les tons, sur tous les toits, j’ai crié
Par mes écrits, mes coups de gueule, dans des centaines de poèmes et de billets [11]
Ce qui m’a valu de la part de leur Gourou un procès à Paris que j’ai gagné [12]
Pour avoir dénoncé l’argent sale d’Ennahdha et son impact sur l’égalité
Des chances des candidats qui dans le Code électoral est postulée
À moins qu’il n’y ait, pour une raison ou pour une autre, des élections anticipées*

Salah HORCHANI

* Extrait de : 

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/131019/elections-tunisiennes-voila-ou-nous-conduit-la-desunion-des-forces-modernistes-0

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.