Suite à l’attaque terroriste, qui a eu lieu au Djebel Chaambi, le mercredi 16 juillet 2014, à l'heure de la rupture du jeûne du ramadan, faisant 15 tués et une vingtaine de blessés parmi les soldats tunisiens, le parti islamiste Ennahdha a organisé le 18 juillet 2014 une marche contre le terrorisme, après la prière du vendredi, de la mosquée Al Fath, mosquée fondamentaliste et quartier général cultuel national des terroristes (leurs chefs y prêchaient), jusqu’à l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis ; marchaient à la tête du cortège, côte à côte, les djihadistes Noureddine Khademi*, ministre des affaires religieuses de la Troïka (à gauche sur la photo) et Sadok Chourou, constituant islamiste extrémiste**; djihadistes qui sont allés jusqu’à l’extrême de la perfidie, sans aucune pudeur et avec un aplomb inouï, en haranguant leurs troupes, dans des discours enflammés, pour les inciter à lutter contre le terrorisme !

C’est de cette mosquée qu’est partie, aussi, juste après la prière du vendredi 11 février 2011, alors qu’elle était, à l’époque, sous la responsabilité de l’Imam Noureddine Khadmi, non encore ministre, la première marche de salafistes-djihadistes dans l’histoire de la Tunisie, à ma connaissance *. Et, avec l’avènement du pouvoir islamiste en Tunisie, le Ministre des affaires religieuses Noureddine Khadmi a remis, avec la bénédiction de son parti Ennahdha, des centaines de mosquées à travers le pays (le quart des mosquées existantes, dit-on) à des imams salafistes-djihadistes pour en faire des centres d’endoctrinement, de recrutement, d’entrainement et même de dépôts d’armes.

Cette marche confirme, encore une fois, de façon on ne peut plus claire le principe selon lequel la mauvaise foi (!) et le double-langage sont des attributs qui caractérisent les islamistes de tous bords ?

 

Note ajoutée le 26 mars 2015 :

Voir, aussi, mon article intitulé « Attentat terroriste du Bardo - CES NAHDHAOUIS QUI SONT  "FRÈRES MUSULMANS"  AVANT D’ÊTRE TUNISIENS ! » et paru sous le lien suivant :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/230315/attentat-terroriste-du-bardo-ces-nahdhaouis-qui-sont-freres-musulmans-avant-d-etre-tunisiens

où il est question, également, de la participation des islamistes à des manifestations contre le terrorisme, suite à l’attentat terroriste du Bardo, notre « Attentat Charlie » à nous et en plus grave, qui a eu lieu en cet horrible mercredi 18 mars 2015.

 

Salah HORCHANI

* Au sujet de Noureddine Khadmi, voir, par exemple, mon article intitulé «  Noureddine Khadmi, le ministre-prédicateur- djihadiste tunisien, en une photo et quelques mots ! », paru sous le lien :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/191113/noureddine-khadmi-le-ministre-predicateur-djihadiste-tunisien-en-une-photo-et-quelques-mots

**Ainsi, pour  Sadok Chourou, les sit-inneurs et les grévistes méritent «la récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays », déclaration faite en séance plénière de l’Assemblée Nationale Constituante, le lundi 23 janvier 2012 ; voir,  à ce sujet, le lien suivant :

http://www.kapitalis.com/tribune/7972-tunisie-peut-on-se-taire-apres-lappel-a-la-violence-de-sadok-chourou.html

De plus, Sadok Chourou est très proche du groupe terroriste Ansar ach-Sharia, à tel point qu’il fut l’un de ses principaux invités d’honneur, avec Noureddine Khadmi, d’ailleurs, lors du premier Congrès de ce groupe qui a eu lieu à Kairouan, en mai 2012 ; qui plus est, ce groupe est présumé responsable des assassinats politiques et des exécutions de nos policiers, gendarmes, soldats et citoyens perpétrés depuis ledit Congrès.

Enfin, Sadok Chourou avec son acolyte Habib Ellouze, un autre constituant islamiste ultra, qui était, aussi, présent lors de ladite marche et au premier rang, celui-là même qui avait déclaré, le 9 mars 2013, « Dans les régions où il fait chaud, les clitoris sont trop grands et gênent les époux... L'excision est une opération esthétique pour la femme », celui-là même qui, quant à sa position vis à vis du djihad, avait déclaré, dans un entretien accordé le 13 mai 2013 à l’hebdomadaire Assabah Al Ousboui : « Si j'étais jeune, je serais parti pour le djihad »***, constituent la preuve humaine vivante que le Majlis el-Choura (l'instance décisionnelle d'Ennahdha qui est, à la fois, son parlement et son comité central) est largement dominé par les ultras, et cela, malgré les déclarations des dirigeants de ce parti, à tous vents (surtout, vents occidentaux !), qui défendent l’idée qu’Ennahdha prône un islam ouvert et tolérant, idée qui est d’ailleurs au diapason de la motion adoptée le 15 juillet 2012, par le dernier Congrès du dit parti, affirmant son engagement "centriste" et "modéré". En effet, lors des élections  des 100 membres du Majlis el-Choura issu de ce Congrès, Sadok Chourou fut élu premier, avec 731 voix sur 943, et Habib Ellouze cinquième, avec 674 voix. Il faut ajouter une précision à cela, à savoir, Sadok Chourou et Habib Ellouze furent Présidents d’Ennahdha : le premier d’octobre 1988 à mars 1991 et le second de juin à septembre 1991. Aussi, tout le baratin de ce parti n’est que leurre ! 

*** Voir l’article au titre significatif « Tunisie - Ennahdha : vol au-dessus d'un nid de faucons », paru sous le lien suivant :

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2748p049.xml0/tunisie-anc-sadok-chourou-ennahdhatunisie-ennahdha-vol-au-dessus-d-un-nid-de-faucons.html

ainsi que l’article intitulé « Tunisie. Habib Ellouze qualifie l'excision d'opération "esthétique"... » paru sous le lien suivant :

http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=10089

Pour le djihad, voir le billet intitulé «Habib Ellouze : "Jeune, je serais parti pour le jihad "», paru sous le lien suivant :

http://www.tunisienumerique.com/tunisie-habib-ellouze-jeune-je-serais-parti-pour-le-jihad/176960

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Suite à l’attaque de l’hôtel Imperial  Marhaba à Sousse, les souteneurs de Pigalle ont manifesté, ce Samedi 27 juin 2015, encore une fois*, mais,  cette fois-ci à Sousse, contre la prostitution, conduits par leur parrain  Ali Larayedh (voir photo ci-dessous), secrétaire général du parti islamiste tunisien Ennahdha, ancien ministre de l’intérieur et ancien chef du Gouvernement.

*Pour d’autres fois, voir, par exemple, les deux liens suivants :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/190714/tunisie-marche-islamiste-contre-le-terrorisme-cest-comme-si-les-souteneurs-de-pigalle-manifestai

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/020515/les-islamistes-conferent-sur-le-terrorisme-c-est-comme-si-les-souteneurs-de-pigalle-conferaient