images?q=tbn:ANd9GcQCC3qLQcEcypVKMah51F2DIyyTXk5RZLJ7OauRHf0SqUiGuehgYvjI7MCM

Noureddine Khadmi, ministre de la République, un des importants maîtres d’œuvre de l’islamisation rampante de l’État, dans les bras d’Abou Iyadh al-Tounsi (nom de guerre pris dans les camps djihadistes d’Afghanistan et du Pakistan, de son vrai nom Seif-Allah Ben Hassine), Chef du mouvement salafiste djihadiste tunisien Ansar ach-Sharia, maître d’œuvre présumé d’assassinats politiques et d'exécutions terroristes post-Révolution en Tunisie. Et dire que ce ministre-prédicateur-djihadiste est toujours ministre !

Noureddine Khadmi est ministre des affaires religieuses, sans interruption, depuis l’avènement du pouvoir islamiste en Tunisie. Il fut auparavant  Imam de la mosquée fondamentaliste  El Fath, une des premières mosquées tenues par les salafistes, fréquentée assidûment par Abou Iyadh al-Tounsi, où il avait l’habitude de faire des prêches enflammés, porteurs de haine, de violence et d'exclusion, jusqu’à sa mise en cause dans l’attaque, qui a eu lieu le 14 septembre 2012, contre l’Ambassade des États Unis d’Amérique et de l’École américaine à Tunis, mise en cause qui en a fait, grâce à la pression de l’Oncle Sam, le fuyard , soi-disant, le plus recherché par toutes les polices du pays. C’est de cette mosquée qu’est partie, juste après la prière du vendredi 11 février 2011, alors qu’elle était, à l’époque, sous la responsabilité de l’Imam Noureddine Khadmi, non encore ministre, la première marche de salafistes-djihadistes dans l’histoire de la Tunisie, à ma connaissance, avec leurs fanions noir et blanc, banderoles et slogans anti-juifs appelant à l’aversion et au meurtre, marche qui avait pour but de saccager la Grande synagogue de Tunis voisine [1] ; agression qui a été empêchée, sans l’intervention des forces de l’ordre, par les citoyens du quartier ( c’est comme ça que je t’aime, mon Peuple !). Noureddine Khadmi est, aussi, célèbre pour ses prêches incitant à la violence et au djihad de par le monde, particulièrement en Syrie, pour qui le djihad est "un devoir sacré et une action prophétique" [2], à tel point qu’il fut baptisé "l’Imam du djihad ", Imam qui a fait ses classes, pendant plusieurs années, dans les sphères de l’Islam wahhabite de l’Arabie saoudite et des pays du Golfe, qui n’a manifesté ni compassion, ni empathie pour le lynchage de Lotfi Nagdh ou pour les victimes des terroristes, que se soient Chokri Belaïd, Mohamed Brahmi ou les policiers et militaires sauvagement exécutés et mutilés.

Comment Noureddine Khadmi, ses acolytes et leur parti (Ennahdha, le parti islamiste tunisien au pouvoir) peuvent-ils encore avoir l’audace de poursuivre  leur comédie en feignant leur volonté de vouloir participer à un consensus politique garantissant la civilité de l’État ? C’est encore leur stratégie de dissimulation qui perdure, stratégie qui a trompé oh ! combien d’interlocuteurs,  principalement étrangers,  et leur dernier Projet de loi rétablissant le régime des Habous [3], à propos duquel notre ministre-prédicateur-djihadiste  ne cesse de déclarer à qui veut l’entendre  « Les Habous sont une demande populaire et le régime des Habous ne menace nullement la civilité de l'État» [4], alors que les Habous constituent, en réalité, un ingrédient important de l’islamisation progressive de la société [3], confirme, encore une fois, leurs desseins cachés portés par leur immuable slogan « La Sharia-rien que la Sharia-toute la Sharia ».

 

Salah HORCHANI

[1] Voir la terrifiante vidéo suivante :

http://www.dailymotion.com/video/xh1kq7_manifestation-islamofachiste-devant-la-synagogue-de-tunis_news

on remarque que les barbes n’avaient pas eu encore  le temps de pousser !, et pour cause, cette scandaleuse marche a eu lieu moins d’un mois après la fuite de  Zinochet.

[2] Voir, par exemple :

http://www.businessnews.com.tn/Noureddine-Khademi-appelait-les-Tunisiens-au-jihad-en-Syrie-(vid%C3%A9o),520,36990,3 

[3] 1. Le régime des Habous, aboli au lendemain de l’indépendance par le Président Bourguiba, pour raison économique et morale, est un système économique et foncier pervers, jetant, insidieusement, l’une des bases d’un État religieux dans l’État civil. Voir, à ce sujet, l’article intitulé « Un État religieux dans l’État civil », paru sur le lien :

http://www.lapresse.tn/13112013/74859/un-etat-religieux-dans-letat-civil%C2%A0.html

      2. Étude sur le Projet de loi sur les Habous préparée par l’Association Tunisienne de Droit Constitutionnel (Page Facebook) :

a. Le lien ci-dessous contient un dossier sur les Habous constitué de coupures de presse, d'études, ...., les pages 1 à 10 sont en arabe et les pages 10 à 39 sont en français :

http://www.chawki.gaddes.org/resources/Habous.pdf

b. Les arabophones qui souhaitent consulter ledit Projet peuvent le trouver sur le lien suivant :

http://www.chawki.gaddes.org/resources/55_2013.pdf

      3. Journée autour du projet de réinstauration des Habous en Tunisie

L’Association Tunisienne de Droit Constitutionnel organise une journée autour du projet de réinstauration des Habous (appelés, aussi, Awkafs) en Tunisie après leur abrogation depuis cinquante ans. Des intervenants traiteront des points de vue de l'historien, de l'islamologue, du sociologue, du juriste en droit public, du juriste en droit privé, du fiscaliste et du praticien des Habous. Cette journée se tiendra au siège de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, le samedi 23 novembre 2013, à partir de 9:00h.

a. Page Facebook de ladite journée :

https://www.facebook.com/events/361566003989843/

b. Programme :

[4] Voir, par exemple :

http://www.businessnews.com.tn/khademi--adopte-dans-les-pays-avances-le-regime-des-habous-ne-menace-nullement-la-civilite-de-letat,520,42254,3

   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.