Tunisie-Présidentielles 2019 : Tartour ou le Robert Menard du sud de la Méditerranée

Lâimage contient peut-être : une personne ou plus

L’inflation de candidats  illuminés
Je veux dire, islamistes et assimilés
Y compris Moncef Tartour, le Névrosé
Friand des plateaux d’Al-Jazeera télé
Dont il est chroniqueur-vedette attitré
Ex-droits-de-l’hommiste à l’égo surdimensionné
Qui fut déjà leur « oiseau rare » par le passé
Et, sous son règne, l’extrémisme fut honoré
Qui, aux milices islamistes libyennes , a livré
Baghdadi Mahmoudi, leur ex-ministre premier
Réfugié chez nous, il se croyait en sécurité
Qui, avec son fameux « Livre noir », a violé
Les archives nationales pour ses propres intérêts
Alors que, le Palais de Carthage, il occupait
Crime pour lequel il aurait du être jugé
Et, le Tartour, alias Moncef Marzouki, a déclaré
Que les trois compères, dont sont donnés, ci-dessus, les CV
«Qui sont des révolutionnaires dotés d’une grande intégrité
Très proches de moi », ainsi l’ex-droits-de-l’hommiste les a qualifiés
« Membres du courant démocratique et social », a-t-il explicité
Pourraient, à son propre profit, leur candidature, retirer
Déclaration qui confirme sans aucun doute que le Névrosé
Est le Robert Menard du sud de la Méditerrané
C’est sur les ondes d’Express FM que cela s’est passé
Et pour être complet, dans ce cadre, il convient d’indiquer
Que, le lendemain, le Névrosé, sur sa page Facebook, a posté
Un démenti sur ses propres déclarations ci-dessus exposées
Et Hamadi  Jebali, au micro de Mosaique FM, s’était étonné
Par la déclaration radiophonique que le Névrosé lui avait imputée
Affirmant que  « Si Moncef, dans les dites réunions, par son absence, a brillé »
Et que, jamais au grand jamais, il n’a pensé, de sa candidature, se désister
Et cela au profit de quiconque ; même s’il s’agit d’un grand frère aîné respecté
Et qu’il s’était « étonné qu’il se soit abaissé à ce niveau », a-t-il ajouté
« Par  cette mentalité et par ce niveau minable », il s’est trouvé choqué
En affirmant que cela montre que l’on est encore loin du niveau désiré
Ce qui reste à Tartour, s’il tient, dans ce concret présidentiel, à exister
C’est de travailler l’électorat des dits compères et de, vers lui, l’attirer
Il n’a pas attendu cette proposition pour le faire, c’est déjà commencé
En incluant, de prime abord, celui d’Ennahdha, en faisant tout pour l’aguicher
Ainsi, lors d’une intervention en direct sur sa chaîne Al-Jazeera pour s’exprimer
Sur la mort de Morsi, survenue alors que, devant un tribunal, il comparaissait
Il a éclaté en sanglots, le visage entre les mains, avec des soupirs saccadés
Scène qui a fait le tour de toutes les pages islamistes et fut largement commentée
Auprès de l’électorat islamiste, on ne pourrait pas faire mieux comme publicité
Alors que, sur l’exécution de nos martyrs, on ne l’a jamais vu, la moindre larme, verser
Mais, contrairement à 2014, Ennahdha a comme «oiseau rare» un encarté
Ses chances sont donc minimes, aussi, il est prêt à vendre son âme au diable pour retrouver
Son pouvoir perdu, ses complicités et re-goûter aux fastes du Palais
Dont l’abandon l’a rendu aigri, et il n’arrive pas à s’en dégriser
Ainsi, le 29 août, il a fait on ne peut plus clair un direct appel du pied
À l’électorat islamiste en dévoilant, s’il était élu, sa priorité :
« La loi sur l’égalité dans l’héritage, à la poubelle, je la jetterai »
Dixit le Névrosé, une fois, a-t-il dit, au Palais de  Carthage, retourné
Par «respect de la foi » des Tunisiens et pour que leur cohésion soit préservée
Pensant que pour l’égalité successorale, ils ne sont pas encore prêts
Et cela, sur les plateaux d’El Hiwar Ettounsi, dans une émission très écoutée
Montrant par là  que la Constitution, il ne l’a pas encore assimilée
« Les citoyens et les citoyennes sont égaux en droits et en devoirs » est stipulé
Dans son article 21, Constitution qu’il a lui-même cosignée
Il a poussé le bouchon jusqu’à diffuser une vidéo intitulée
«Message de Moncef Marzouki aux islamistes», les exhortant, pour lui, à voter
Leur signifiant tous les efforts qu’il avait fournis pour les défendre et les protéger
Leur rappelant que, dans leurs moments difficiles, il ne les avait jamais abandonnés
Leur promettant de les « soutenir jusqu’à ce que les menaces qui [les] frappent soient levées»
En réponse, les dirigeants d’Ennahdha, à se désister en faveur de Mourou, l’ont invité
En lui rappelant que c’est grâce à eux qu’en 2011, à la présidence provisoire, il fut porté 
Quant à la SSS - Section Sécuritaire Secrète – d’Ennahdha, tant décriée
Il juge que ce n’est qu’un «épouvantail politique inventé pour effrayer»
L’électorat salafiste et djihadiste, il essaye aussi de le labourer
Ce qui confirme encore une fois que, de Robert Menard, il est un parfait cloné
Lui qui, voilà  vingt ans, pour l’égalité dans l’héritage, il était un pionnier
Robert Menard, aussi,  il y a vingt ans, comme un homme de gauche, était regardé  
Quant à moi, j’affirme que c’est contre ce quintette qu’il faut se mobiliser :
Mourou, Tartour, Saïed, Jebali, Makhlouf, en résumé
Sans oublier l’ex-nahdhaoui, Hatem Boulabiar dont les chances sont limitées
Je disais donc, l’inflation de candidats illuminés
Qui ont le même électorat sur qui compter 
Va les conduire à s'entre-tuer
Comme Tartour et Jebali viennent de le prouver
Espérons qu’il soit ainsi pour les députés
Situation qui me laisse rêver :
Un bon moyen de s’en débarrasser
Réellement, la victoire est à notre portée *

Salah HORCHANI

* Extrait de :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/110819/tunisie-presidentielles-2019-le-choix-de-leur-oiseau-rare-est-un-reel-espoir

Source de la photo :

https://www.facebook.com/watch/?v=1425189404298987

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.