salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

690 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juil. 2012

Quelques prouesses de l’âge d’or du régime et de la popularité de Bourguiba

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L’époque qui a suivi la naissance du CSP  [Code du Statut Personnel, Code  promulgué le 13 août 1956, moins de cinq mois après la proclamation de l’Indépendance du Pays] fut l’âge d’or du régime et de la popularité de Bourguiba, avant que le système ne sombre dans le pouvoir personnel et la dictature, avec sa police politique, ses milices et sa répression. Cette popularité permettait à Bourguiba d’entreprendre des prouesses de communication inimaginables aujourd’hui. Ainsi, après avoir développé l’idée selon laquelle pour gagner la bataille du développement, bataille qu’il appelle le Grand Djihad, il est permis de ne pas jeûner, pendant le mois de ramadhan, il lui est arrivé, pendant ledit mois et lors d’un discours télévisé, en direct avant l’heure de la rupture du jeûne, qu’on lui serve un jus de fruit qu’il boit, aussi en direct, devant les téléspectateurs. D’ailleurs, à cette époque, j’étais interne au Lycée Sadiki-Khaznadar et l’administration avait pour consigne de contraindre, du moins d’encourager, les élèves à ne pas jeûner. Ainsi, au mois de Ramadhan, à l’heure du petit déjeuner et du déjeuner, nous étions, tous, obligés d’aller au réfectoire et les surveillants s’employaient, avec insistance, à convaincre les jeûneurs de manger. Il est arrivé, aussi, à Bourguiba d’enlever le voile aux femmes voilées qu’il rencontrait, lors de ses sorties officielles à travers le pays ; scènes filmées et diffusées, en boucle, lors des Journaux télévisés ; cf., par exemple, la vidéo ci-dessous :

http://www.dailymotion.com/video/x1g5sb_bourguiba-les-femmes... »*.

* Extrait de mon Article intitulé : « Tunisie : Le Combat pour la Dignité des Femmes se poursuit », paru sous le Lien :

http://www.legrandsoir.info/tunisie-le-combat-pour-la-dignite-des-femmes-se-poursuit.html

Et c’est au cours de la période de cet âge d’or que le génie d’Habib Bourguiba, moderniste et visionnaire,  a permis de poser les fondations de la Tunisie moderne, la hissant au rang de l’exception du Monde musulman  dans le domaine de la modernité et des droits des femmes, reconnue depuis par toute la sphère politique et médiatique mondiale.

 Salah HORCHANI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier