Présidentielles tunisiennes 2019 : L’heure est grave ! Appel à tous les modernistes !

Finalement, l’Instance chargée des élections a, en tout, rejeté
71 candidatures, en leur donnant la possibilité
Pour faire recours avant que la liste définitive ne soit arrêtée
Au total, seulement 26 candidatures ont été validées
Dont celles de tous les principaux favoris qui ont été présagés
Voilà donc 26 partants ayant pour point de mire la ligne d’arrivée
Disons, plutôt conformes à la classe politique, après la Révolution, née
Avec 24 hommes en face de deux femmes, l’égalité des genres n’est pas respectée
La plupart d'entre eux exercent ou ont exercé  des politiques responsabilités
Certains s’y trouvant par conviction, d’autres se croyant dans une cours de récré
Le danger de l’irruption violente de candidats populistes ne devrait pas être négligé
Il y a même un candidat qui a déclaré que, à la politique, rien, il ne comprenait
Et un autre monocordisé qui a affirmé, à des élections, il n’a jamais participé
Et cet écrivain qui, en 14, seulement 0,8 % des voix, avait récolté
Habitué des plateaux télé, pour qui l’action est difficile, mais, la critique aisée
Qui pense que « Chafik Jarraya, le baron de la contrebande, devrait être récompensé
À sa sortie de prison, et, pour son patriotisme, par une médaille, gratifié »
Il y aussi ce candidat universitaire qui a dit avoir attendu le OK
De son épouse et de ses filles pour, dans la bataille présidentielle, se lancer
Alors qu’il venait juste de quitter le dernier parti auquel il avait adhéré
Pour le slogan de sa campagne électorale, celui de Mitterrand, il a plagié  
D’aucuns ayant tendance à oublier que le rôle d’un président est de rassembler
Et, nombreux parmi eux sont issus d’un même parti qu’ils ont depuis abjuré
Une dizaine est issue des deux partis qui, depuis 2014, nous ont gouvernés
26 qui vont entrer en compétition pour décrocher le carthaginois trophée
Dans un climat de méfiance à l'égard des politiques , au « dégagisme » fédéré
Compétition qui va comporter plusieurs luttes fratricides, à n’en pas douter
Entre concurrents partageant les mêmes idées, mais, par leurs égos, dominés
La campagne s’annonce plus une guerre de personnes qu’une guerre de programmes ou d’idées
Bien que ces candidatures soient un droit par la  Constitution légitimé
Il n’en reste pas moins que le nombre de candidats demeure élevé
Induisant chez bon nombre de citoyens inquiétude et perplexité
Rendant leur choix difficile et pouvant, à l’abstention électorale, les pousser
Déjà, avec plus de 220 partis, notre paysage politique est saturé
Et les près de 16.000 candidats aux législatives le rendent surpeuplé
Alors qu’au Parlement, seulement 217 sièges attendent à être adjugés
Trop, c’est vraiment trop, pour notre démocratie naissante, à encaisser
Pour dire vrai, aucun des candidats parmi les 26 ne sort vraiment du lot pour forcer le respect
Et, c’est pour leurs familles, politiques et idéologiques, qu’il va falloir voter, en vérité
Si l’on laisse de côté les marginaux, le reste des candidats peuvent, grosso-modo, être groupés
Dans trois familles – démocrato/moderniste, islamiste et populiste - soit une trinité
Dont chaque élément, par le rôle qu’il prête à l’individu dans la société, est caractérisé
Quant à nous autres modernistes,  nous sommes profondément préoccupés
Du grand nombre de candidats issus de notre famille qui ne pourrait
Que conduire les voix de notre  socle électoral à s’éparpiller
Et, par suite, aucun parmi eux, au second tour, ne pourrait accéder
Laissant le champ libre à un second tour entre candidats illuminés
Et le projet d’Adolf  Mourou aura de fortes chances de se réaliser
Alors, adieu à tout ce dont on a rêvé, à commencer par la liberté de pensée
Et, entre nous les hommes et nos mères, sœurs, conjointes,…toute femme, l’égalité
À moins que, conscients de ce que nous réserve  cette destination-danger
Ils ne trouvent, finalement, les moyens pour que leurs violons soient accordés
Ils ne se ressaisissent pour parvenir à un consensus autour d’un seul appelé
Qui portera les couleurs de la famille moderniste, toutes tendances représentées
Et nous avons jusqu’au 31 août pour que ce salut soit réalisé
Alors,  l’espoir mentionné dans le titre de ce poème * deviendra réalité
S’ils restent rivaux, tous, nous sommes perdants, quant au consensus, il nous fera gagner
Ah si seulement ils comprenaient, et, sur leur dispersion, ils revenaient
Ne pensant qu’à l'intérêt du pays : en tant qu’hommes politiques, grandis, ils sortiraient
La Nation reconnaissante leur serait, et, par nous tous seraient considérés
Pour la prochaine échéance, les électeurs modernistes s’en souviendraient
Sinon, s’ils se maintenaient, c’est un suicide collectif qu’ils nous offriraient
Au sein de leur famille d’idées, ils se sentiraient humiliés, stigmatisés
Et seraient, comme coupables de sa catastrophique déroute, du doigt, montrés
Leurs espoirs personnels et ambitions politiques seraient, pour toujours, enterrés
Et, par la faute de leurs égos surdimensionnés, le pire serait assuré
Avec le risque qu’il s’éternise, ce que la Patrie ne leur pardonnera jamais
Alors, modernistes de tous bords, avant qu’il ne soit trop tard, faites leur raison garder
Je m’adresse en particulier aux « Hraier Tounes »**,  « Femmes et demies » appelées
Par le regretté Sghaier Ouled Ahmed qui, lui, ce dont elles sont capables, le sait
En conclusion de cet appel, je tiens à dire que je suis profondément affligé
Par le comportement de grands militants de ma famille qui n’ont pas hésité
À soutenir tel ou tel candidat après que l’Appel ci-dessous ait été diffusé
Alors que le problème de l’heure est de réduire leur nombre à une unité

Addendum ajouté le 26 août 2019 

1. Une heureuse initiative !

Une heureuse initiative dans ce sens, ce 26 août, a été lancée
Par des citoyennes et des citoyens de milieux politiques variés
Appartenant à la famille démocratique et moderniste, en particulier
Qui ont soumis l’Appel à un consensus dont on trouvera ci-dessous l’énoncé
Aux candidats de la même filiation idéologique admis à se présenter
Aux élections présidentielles, d’après la liste, par l’Instance, arrêtée

2. À propos de l’incarcération de Nabil Karoui

Juste un petit mot sur l’arrestation du candidat Nabil Karoui, le magnat de la télé
Qui, dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent, a été, le 23 courant, incarcéré
Suite à une plainte déposée contre lui, il y a trois ans,  par l’association I-Watch, affiliée
À Transparency International, et cela, après que l’affaire ait été opportunément réactivée
De façon précipitée, ces toutes dernières semaines et après un long silence, depuis début juillet
Et, aujourd’hui, accusations et contre-accusations, communiqués et contre-communiqués
Échangés entre ses partisans, ses adversaires, le pouvoir et les débatteurs ne sont plus à compter
Avec des charges croisées de « mafia », de « dictature »,…, la scène électorale s’est détériorée
Enflammant les plateaux télé et créant sur les réseaux sociaux fake news, soutiens et tollés
La justice n’a pas dit encore son dernier mot, attendons la fin du feuilleton, pour se prononcer
Pour qu’un mandat soit lancé, encore faut-il l’existence d’éléments faisant, de sérieux soupçons, porter
Aussi, ma position dans cette affaire n’est pas définie, mais, la coïncidence entre les calendriers
Électoral et judiciaire génère des interrogations légitimes sur ce qui s'est vraiment passé
Dans tous les cas, l’incarcération sans condamnation n’est pas un signe de bonne santé
Pour la démocratie, et, il en est de même des accusations, contre le système, non justifiées
On aimerait bien que cette même justice, dans le cas de l’argent sale d’Ennahdha, soit si zélée
Que le procès de sa sinistre SSS - Section Sécuritaire Secrète – soit  activé
Que les assassinats des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi soient élucidés
Et que les responsabilités de l’envoi de nos jeunes vers le djihad soient déterminées

Lâimage contient peut-être : texte

Salah HORCHANI

* Il s’agit du poème intitulé « Tunisie, présidentielles 2019 : Le choix de leur "oiseau rare"   est un réel espoir ! », dont est extrait ce billet, paru sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/110819/tunisie-presidentielles-2019-le-choix-de-leur-oiseau-rare-est-un-reel-espoir

** « Hraier Tounès » peut être traduit par « Les femmes libres de Tunisie ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.