salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

690 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2016

Dixième congrès d’Ennahdha - La nouvelle entourloupette de Rached Ghannouchi*

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les nahdhaouis doivent dorénavant, obligatoirement, choisir entre être exclusivement : 

1. un frère-politique,
2. un frère- prédicateur,
3. un frère-associatif.

Ainsi, pour le renforcement de l’efficacité de leur mission et faire passer leur moyenâgeux message le plus largement et le plus profondément possible auprès de la population, il n’y a plus de frères généralistes, il n’y aura désormais que des frères spécialistes !

Armés de cette nouveauté stratégique, les ténors nahdhaouis crient haut et fort – dans tous les médias, sur toutes les tribunes, sur tous les plateaux télé,…-  à qui veut les entendre que leur parti Ennahdha est désormais, avec cette spécialisation, un parti civil, sans oublier d’ajouter, ayant pour repères, références et sources l’Islam, et sans omettre de le comparer aux partis démocrates-chrétiens des pays de l'Europe occidentale, en affirmant : à l’instar des partis démocrates-chrétiens de l’Occident, Ennahdha est maintenant un parti musulman démocrate et non islamiste. Ainsi, Rached Ghannouchi a déclaré dans une interview accordée au Figaro : « Ennahda est un parti civil. Au même titre que la CDU, qui est un parti chrétien et démocrate»1) . S’il en est ainsi, « Le Pape et moi sommes un, par suite je suis le Pape», comme l’aurait dit Bertrand Russell. En réalité, le congrès n’a jamais dit qu’il sépare le religieux du politique, il a dit qu’il sépare la politique de la prédication qui continue à faire partie intégrante de son ADN, mais, qu’il abandonne à «sa» société civile.

C’est ce que l’on appellera la séparation entre politique et religion à la sauce frériste !, résolution que Rached Ghannouchi a fait adopter en grande pompe, le weekend dernier, par le dixième congrès d’Ennahdha, en la présentant comme étant un révolutionnaire principe assurant «la séparation entre politique et prédication».

Autrement dit, Rached Ghannouchi veut nous faire croire qu’un cheeseburger peut être sans fromage et un lablabi sans pois chiches !

Et dire qu’il a déclaré dans une interview accordée au journal le Monde, le 19 mai 2016, à  la  veille du congrès : « Il n’y a plus de justification à l’islam politique en Tunisie»2)  .

Sainte Taqiya3), quand tu le tiens !

Salah HORCHANI

* Il s’agit là du résumé de mon prochain article intitulé « Dixième congrès d’Ennahdha ou les fourberies de Ghannouchi », article où il sera montré, entre autres, que ladite «séparation entre politique et prédication» - adoptée par ledit congrès et présentée comme étant un produit révolutionnaire «Made in Tunisia» (dixit Rached Ghannouchi) - n’est que l’application des directives de l’Organisation internationale des Frères musulmans, comme il est explicité dans l’article suivant paru dans le quotidien Al-Quds al-Arabi (en arabe : القدس العربی) :

http://www.alquds.co.uk/?p=535793 ,

concernant Jamel Hichmet, un des principaux théoriciens des « Frères», dont le titre est : «Les frères vont annoncer prochainement la séparation, du parti, du volet prédication ».

Pour les non-initiés, Al-Quds al-Arabi est, d’abord, le plus important quotidien en arabe indépendant diffusé à partir d’un pays non arabe et visant toutes les populations arabophones. Ensuite, bien que l’édition papier du journal paraisse, simultanément, à Londres, New York et Francfort, à raison de 50 000 exemplaires chaque jour, Al-Quds al-Arabi est domicilié à Londres, ville d’adoption de Rached Ghannouchi et ville de résidence de son international  Cabinet d’avocats conseils Carter-Ruck. Enfin, c’est le journal  en langue arabe de référence le plus suivi, dans les milieux des affaires et dans les chancelleries, de part le monde entier. En conséquence, compte tenu du sérieux et de la notoriété du journal Al-Quds al-Arabi, la prétention de Rached Ghannouchi - de présenter la nouvelle orientation de son parti instituant  la «séparation entre politique et prédication» comme étant un pur produit de son cortex - illustre, de manière magistrale, le peu d’estime et/ou de connaissance qu’il a des facultés intellectuelles de ses auditeurs, lecteurs,…, en général, et des Tunisiens, en particulier, en matière de se documenter et de séparer entre un politique honnête et un politique fourbe; à moins qu’il soit complètement aveuglé  jusqu’aux neurones par la Sainte Taqiya3).

Note ajoutée le 26 avril 2018 : l’article annoncé ci-dessus sous le titre «Dixième congrès d’Ennahdha ou les fourberies de Ghannouchi » est paru finalement  avec le titre «Municipales tunisiennes : Monsieur Simon Slama, vous dites qu’Ennahdha a changé !», sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/260418/municipales-tunisiennes-monsieur-simon-slama-vous-dites-qu-ennahdha-change-0

1)http://www.lefigaro.fr/international/2016/06/22/01003-20160622ARTFIG00280-rached-ghannouchi-l-etat-tunisien-n-est-pas-laique.php

2)http://www.lemonde.fr/international/article/2016/05/19/rached-ghannouchi-il-n-y-a-plus-de-justification-a-l-islam-politique-en-tunisie_4921904_3210.html

3) Voir la note [2)] de mon poème intitulé « Dis-moi ! Les islamistes, comment les reconnaît-on ? » et paru sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/271015/dis-moi-les-islamistes-comment-les-reconnait

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis