salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

690 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2012

Pour le Parti Islamiste Tunisien Ennahdha, la Sharia n’est qu’une partie remise !

Le Cheikh  Rached Ghannouchi, Président-Fondateur et Guide Suprême du  Parti Islamiste Tunisien  Ennahdha au Pouvoir, a déclaré, plus d’une fois, avant la formation du Gouvernement issu de l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante : «  Nous sommes tous d’accord pour conserver l’Article 1 de la Constitution (de 1959) qui déclare que l’Islam est la religion et l’Arabe la langue officielle du pays  » et qu’«  il n’y aura pas d’autres références à la religion dans la Constitution  ».

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Cheikh  Rached Ghannouchi, Président-Fondateur et Guide Suprême du  Parti Islamiste Tunisien  Ennahdha au Pouvoir, a déclaré, plus d’une fois, avant la formation du Gouvernement issu de l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante : «  Nous sommes tous d’accord pour conserver l’Article 1 de la Constitution (de 1959) qui déclare que l’Islam est la religion et l’Arabe la langue officielle du pays  » et qu’«  il n’y aura pas d’autres références à la religion dans la Constitution  ». Cette dernière déclaration date du 4 novembre 2011, une dizaine de jours après les élections et une cinquantaine de jours avant la formation du dit Gouvernement, à une époque où le Parti Ennahdha, n’ayant pas obtenu la majorité absolue aux élections de ladite Assemblée, évitait d’effaroucher la base des Partis qui sont ses alliés, aujourd’hui, dans la Troïka au pouvoir. Et,  quelques jours avant ces élections, il a déclaré, lors d’un débat avec un Moderniste, comme il apparait dans l’Article, intitulé ”From Arab Spring to post-Islamist summer”, rapporté dans le     Lien ci-dessous : « Le spectre islamique va de Ben Laden à Erdogan (le Premier Ministre turc actuel)(…)Pourquoi allons-nous adopter des modèles qui se situent loin de notre pensée, comme celui des Talibans ou le Modèle Saoudien, alors qu’il y a d’autres modèles Islamiques à succès qui sont plus proches de nous tels que les modèles turc, malaisien ou indonésien et qui combinent Islam et Modernité ».

http://www.thehindu.com/opinion/lead/article2529040.ece

Mais, en marge du débat à l’Assemblée Nationale Constituante qui s’est tenu le 28 février 2012, le Guide Suprême a déclaré : « L’Article 1 de la Constitution (de 1959)  stipule que ’’la Tunisie est un État libre, indépendant et souverain ; sa religion est l’Islam, sa langue l’Arabe et son régime la République’’, et il pourrait mentionner que la Sharia est la source principale de la législation tunisienne  ». Il jetait, déjà, aux oubliettes ses belles promesses électorales et feignait d’oublier que  dans les Constitutions Turque, Malaisienne et Indonésienne, il n’est nullement question de  Sharia, qui plus est, la Turquie fait partie de la douzaine de pays par le monde qui sont constitutionnellement laïques.

Cette dernière déclaration est, en réalité, sa profonde conviction et montre la constance de sa position vis-à-vis de la Sharia, étant donné qu’il a affirmé clairement et sans aucune ambigüité, voilà plusieurs années avant la Révolution de Jasmin, que « la lutte pour la liberté est seulement une étape pour appliquer la Sharia », comme le certifie la vidéo suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=0NaK2XUk8kI&list=UUTpPtJ7eY72JoyjzeIh6fhg&index=40

Mais,  Nicolas Machiavel, précurseur de la realpolitik , était passé par là, lui qui avait affirmé, en 1532, en substance,  dans son ouvrage « Le Prince » que «le seul but d'un prince devait être la recherche du pouvoir, indépendamment des questions religieuses et morales ». En effet, lors d’un Meeting populaire, organisé le dimanche 25 mars 2012 par Ennahdha, le Cheikh  Rached Ghannouchi  a annoncé, dans le cadre de la rédaction de la nouvelle Constitution,  la décision d’Ennahdha de reconduire tel quel l'Article 1 de  la Constitution de 1959, sans faire mention, aucune, à la Sharia et a déclaré, comme le montre la Vidéo ci-dessous :

«Si nous maintenons notre demande concernant la Sharia, nous ne sommes pas sûrs que, lors du vote, nous aurons  les  51%  (…) l’Article 1 (de  la Constitution de 1959) est  suffisant pour qu’aucune loi non conforme à l’Islam ne puisse passer (…), après tout, il n’y a pas de différence entre l’Islam et la Sharia, c’est exactement la même chose(…) il y a des gens qui ont peur de la Sharia(…) ils ne sont pas encore prêts à aller plus loin pour l’instant (…), mais le temps viendra où les Tunisiens seront convaincus que la Sharia  est ce qu’il y a de mieux, il ne faut pas se presser, celui qui n’est pas convaincu aujourd’hui, il le sera demain, si demain il ne sera pas convaincu, son fils, lui, le sera ». 

https://www.youtube.com/watch?v=4jY7N9g3D7I&list=UUTpPtJ7eY72JoyjzeIh6fhg&index=31

Comment s’y retrouver, dans ce double langage et ces multiples volte-face ?

Doit-on voir, aussi, l’ombre de Machiavel, depuis cette décision, soi-disant, consensuelle  d’Ennahdha, dans le péril extrémiste brun-vert importé, déviance de notre Sainte Religion, étranger à notre bien-vivre-ensemble séculaire, qui essaye, de plus en plus, de gangréner notre Tunisie, de détruire  notre « tunisianité », basée sur les valeurs  d’échange, d’ouverture et de tolérance, issues d’une civilisation  trois fois  millénaire ? Sa stratégie, combinant discours de haine et violence crescendo, bénéficie de  la bénédiction du Pouvoir  d’Ennahdha, Pouvoir qui a montré, par ailleurs, son amateurisme, son inexpérience, son incompétence et son ignorance, aussi bien pour gouverner le Pays que pour respecter les aspirations de ceux qui ne sont pas de son bord,  jusqu’à les traiter de collabos de Zinochet, d’ennemis du Peuple, d’athées, de mécréants, d’ennemis de Dieu et de je ne sais de quel autre nom d’oiseau d’un autre temps tel que « anarchistes staliniens »,…, Pouvoir qui n’ a pas hésité à matraquer, sauvagement, le 7 avril 2012, les Diplômés-Chômeurs, puis, le 9 avril 2012, les Militants de la Société Civile, en général,  et de  Sidi Bouzid, en particulier , principales composantes du fer  de lance de notre Révolution de la Dignité, de la Liberté et de la Démocratie, Révolution  que la quasi-totalité de nos Gouvernants  Islamistes d’aujourd’hui ont vécue en spectateurs  et, pour beaucoup parmi eux, de l’étranger, dont leur Guide Suprême.

Salah HORCHANI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condition de la Femme en ce début de deuxième millénaire - Deuxième partie
[Rediffusion] À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, je mets ici en lumière le fait que hommes cis s’octroient un droit sur le corps de la femme, soit de manière assumée, soit de manière insidieuse à cause, entre autres, du patriarcat et de la culture du viol. Les violences sexistes et sexuelles sont un fléau. La culpabilisation des victimes est un cauchemar lancinant.
par Adélaïde DUVAL
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflète, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart