De la rentabilité et de l'utilité

Hier soir, tard, sur une chaîne d'infos quelconque. Une cheminote s'exprime, et lâche cette belle phrase: je ne suis pas là pour être rentable, je suis là pour être utile. Cela sonnait comme une remise en place, ou une remise en ordre du chaos mental dans lequel nous plongent les média sérieux. Peut-être que cela a déjà été dit, écrit, et peut-être depuis belle lurette. En tout cas, moi, je ne l'avais jamais entendu, propre, net. Même si je l'avais pensé, maintes fois, je n'avais jamais réussi à mettre cette idée dans une formule qui dit tout. Enfin, tout ce que pensent les gens vraiment sérieux, c'est à dire pas les gens graves, c'est à dire ceux que les entourloupes des élites ne font pas sortir des rails du bon sens.

Eh! oui, s'occuper des gens, des animaux, de la nature, les réparer, les soigner, les éduquer, les faire durer en bon état: voilà du sérieux et de l'utile.

Et que les adicts au pouvoir et à la richesse, gens de peu de maturité, aillent derechef coloniser une autre planète pour vérifier qu'il est possible de la détruire encore plus vite. Qu'ils aient enfin tout loisir, loin d'ici, de passer leur existence à acheter des trucs pas chers pour le seul plaisir de les revendre plus cher. Ou de découper des machins pour les revendre par appartements.

Et qu'ils aillent encore plus loin s'essayer à la comm à deux balles... parce que scénariser de façon aussi pitoyable la prévisible et pitoyable intervention de Macron, jeudi dans un hameau normand, c'est vraiment nous prendre pour des bouseux. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.