Le gouvernement s'essouffle

Cela fait plus d'un mois maintenant que le gouvernement et ses représentants occupent et bloquent sans relâche les plateaux télé, les émissions radio ainsi que les colonnes de la presse écrite. Beaucoup d'entre eux se disent prêts à y passer Noël , le jour de l'an, l'Aïd et Soukkot.

Cela fait plus d'un mois maintenant que le gouvernement et ses représentants occupent et bloquent sans relâche les plateaux télé, les émissions radio ainsi que les colonnes de la presse écrite. Beaucoup d'entre eux se disent prêts à y passer Noël , le jour de l'an, l'Aïd et Soukkot. Tant et si bien que certaines franges de la population, exaspérées par ce qui s'apparente à une prise d'otages, envisagent ouvertement de les en déloger. Il faudrait dans ce cas faire appel à des forces de l'ordre épuisées, quoique requinquées par la prime exceptionnelle de 300 euros qui leur a été octroyée. Mais les Costumes Bleus ont d'ores et déjà prévenu qu'ils iraient dans ce cas occuper d'autres plateaux que BFM, LCI et FRANCE INFO, mentionnant Gulli, Disney Channel, voire Baby Tv. Comptant parmi les plus radicalisés, Monsieur Philippe, Madame Belloubet, Monsieur Castaner et Monsieur Ferrand envisagent de se relayer pour occuper en permanence les plateaux de la chaîne Equidia. Il se murmure que dans ces circonstances, un nouveau mouvement pourrait être créé qui s'appellerait La République Au Trot (LRAT).

Cette perspective soulève bien des inquiétudes dans la population, qui redoute à juste titre une montée aux extrêmes, dans un contexte marqué par des violences inédites perpétrées par le gouvernement et ses affidés dans le but de restabiliser les institutions. Aussi, les appels au calme et à la responsabilité se multiplient en direction des plus hauts responsables de l'état. Il leur est souvent fait remarquer qu'ils ont déjà beaucoup obtenu au cours des quarante dernières années et que l'heure est désormais à l'apaisement et à la négociation. Certaines propositions, comme l'ouverture de cahiers de condoléances adressés au peuple français passent en vérité très mal dans l'opinion, de même que certains slogans tels que "Smicards démission !" ou "les gueux sont foutus, les richards sont dans la rue !". 

Réunis en AG à la Rotonde, dans le quartier de Montparnasse à Paris, les personnalités les plus proches de Monsieur Emmanuel Macron n'ont pu que constater que les chiffres de la mobilisation étaient en baisse: moins d'un ministre sur trois, et un député sur quatre seulement affichent clairement leur intention de se rendre à l'anniversaire du Président, le 21 décembre, dans la salle des fêtes de l'Elysée pourtant remise à neuf pour la modique somme de 500 000 euros. Est-ce le signe que le mouvement s'essouffle ? Que la République en Marche boitille ? En tout cas, le gouvernement ne pourra plus ignorer longtemps les appels pressants et qui fusent de toutes parts à se structurer et à s'organiser. Le peuple a besoin d'interlocuteurs crédibles avec qui négocier, pour qu'enfin cessent les violences inadmissibles auxquelles nous assistons depuis des semaines.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.