"True Warriors": 20 minutes avant le carnage

"True Warriors" est la troisième projection du FICA (estival international du film d’Alger). Il a été présenté au public dimanche, lors de la séance de 16h30. Réalisé par deux journalistes allemands Ronja von Wurmb-Seibel et Niklas Schenck, Ce documentaire plonge dans un espace afghan jonché par la peur et la violence.

 

 

 © Salim KOUDIL © Salim KOUDIL

 

"True Warriors" tourne principalement autour d'une pièce théâtrale jouée, le 11 septembre 2014, par des acteurs locaux, devant un public en majorité composé d'afghans,  et sur la scène du Centre culturel français de Kaboul. Au programme une pièce autour d'un attentat suicide et au bout (plutôt bien avant la fin), une explosion survenue au fond de la salle. Aussi incroyable que ça puisse être c'était un kamikaze qui est venu se faire exploser! Plusieurs victimes, des morts, des blessés, du sang, des traumatismes...

Les réalisateurs sont restés sur les lieux une année et demi pour avoir les témoignages des acteurs de la pièce et de ceux qui étaient parmi le public. une "ambiance" qui a replongé les spectateurs de la seule Ibn Zeidoun dans les affres de la décennie rouge. Les algériens comprennent le vécu des afghans puisque leur quotidien était le même. 

Le débat a également tourné autour d'un laps de temps qui restera énigmatique, les 20 minutes qu'a duré la pièce avant l'explosion. Le kamikaze était au fond de la salle, assis, à voir le jeu des acteurs. A quoi il pensait en regardant cette pièce autour d'un attentat suicide? Ces 20 minutes n'ont-elles pas pu lui faire changer d'avis? De sauver sa vie et des autres victimes? Tant de questions qui resteront sans réponses...L’esprit de « Khalil » (le dernier roman de Yasmina Khadra) n’était pas loin, mais l’engagement des afghans, les rescapés de l’attentat-suicide, est toujours là…

Salim KOUDIL

Polytechnicien-Journaliste

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.