Génération NON désenchantée

Wikistage Algiers 2018, une rencontre de polymathes organisée par les élèves-ingénieurs de l’Ecole Nationale Polytechnique, et le tout une énième preuve que cette jeunesse algérienne est pleine d'espoirs. il suffit juste qu'on lui fasse confiance et qu'on lui ouvre les portes chez eux, pour ne pas aller taper sur celles d'autres pays. ...

Public du Wikistage Algiers 2018 © Salim KOUDIL Public du Wikistage Algiers 2018 © Salim KOUDIL

«Avant de vous avoir entendu, j'étais convaincu que pour réussir, il fallait quitter le pays mais maintenant j’ai des doutes ». Un témoignage lancée par une étudiante à l’un des speakers de  Wikistage Algiers 2018 organisé ce jeudi à l’Opéra d’Alger. Une réaction qui donne le ton de l’atmosphère qui a régné lors de cet événement, qui a fait remplir la salle (près de 1400 places) organisé de bout en bout par les membres du CAP, le club estudiantin de l’Ecole Nationale Polytechnique d’Alger. Si les étudiants présents au Wikistage et aspirant à quitter le pays étaient nombreux avant d’assister aux différentes interventions , leur nombre a du surement diminuer. S’il fallait noter au moins un seul « bienfait » à cette rencontre, il s’agit d’avoir booster le moral des jeunes.

Redouane Tahmi (directeur des études de l'Ecole Nationale Polytechnique) © Salim KOUDIL Redouane Tahmi (directeur des études de l'Ecole Nationale Polytechnique) © Salim KOUDIL

De l’avis des présents, entre étudiants, enseignants universitaires, et autres invités,  cette cinquième édition de Wikistage Algiers a été une totale réussite!. Organisé autour du slogan « Act to Impact », l’événement a en premier lieu a montré que si la jeunesse algérienne est tentée par « partir ailleurs », c’est surtout parce qu’on ne l’incite pas à rester. Les jeunes étudiants qui ont organisé Wikistage Algiers 2018 ont démontré qu’ils étaient capables des plus grands défis pour peu qu'on leur donne l'occasion et qu'on leur fasse confiance. Une personne du public confiait:« incroyablement surprise de toute l’énergie dégagée et de l’excellente organisation. C’est fluide et loin d’être protocolaire et le tout dans une excellente ambiance». Un autre déclaration, allant dans le même sens, a été lancé par un enseignant-invité, qui avait du mal à cacher son enthousiasme « ce Wikistage est digne des plus grandes écoles internationales, c’est vraiment une fierté de voir ces jeunes innover et organiser un tel événement ».

En plus de l’organisation, il y avait également la qualité des orateurs (speakers) et également de l’excellent animateur Imad-Eddine Lamouri. Ce dernier a su, tout au long de la durée du Wikistage (près de six heures), faire l’ambiance tout en modérant les différents panels, allant même jusqu’à étaler ses talents de pianiste.

Imad-Eddine Lamouri © Salim KOUDIL Imad-Eddine Lamouri © Salim KOUDIL

Ainsi plusieurs speakers se sont relayés sur la scène. Chacun, à sa manière, suscitait de moult réactions du public. Trois d’entre d’eux se sont réellement distingués. Le premier est Nabil Melah, PDG de «Merinal » (un laboratoire 100% algérien), qui a défendu, avec l’art et la manière, le label DZ. Riadh Touat a également su faire vibrer la salle. Ce jeune pharmacien, et réalisateur de la web-série « Wesh derna » (Alors, que ce qu'on fait), est revenu sur son parcours de celui qui est revenu au pays après l’avoir quitté. Son « performance » atypique a enchanté le public, qui l’a longuement applaudi.

Nabil Melah © Salim KOUDIL Nabil Melah © Salim KOUDIL

 

Riadh Touat © Salim KOUDIL Riadh Touat © Salim KOUDIL

Mais celui qui mériterait sans aucun doute le titre du « meilleur speaker Wikistage Algiers 2018 » est sans aucun doute Hadj Khelil. Ce dernier, fondateur de « Big Mama » (une start-up spécialisé en Big Data), a fait un one-man-show de haute facture. Avec des messages souvent subliminaux, Hadj Khelil a su galvaniser les jeunes et les moins jeunes .L’entrepreneur (né à Alger, et installé en France, diplômé de "Sup. Eco" de Paris et d'Oxford)  qu’il est a ainsi pu capter du début à la fin l’attention d’un public ravi d’être à « the place to be ».

Hadj Khelil © Salim KOUDIL Hadj Khelil © Salim KOUDIL

La musique était de la partie. La première « touche » fut celle d’un groupe composée d’un orchestre composé par des étudiants de « Polytech ». Leur prestation a été longuement applaudi par le public. La seconde « figure » était celle du chef d’orchestre Salim Dada, qui a tenu à présenter la musique en tant qu'acte d'engagement . La dernière était l' "oeuvre" de la guest-star Djam (Djamil Ghouli, ex membre de Djmawi Africa)  dont le concert a clôturé le wikista ge en apothéose.

L'orchestre de l'ENP © Salim KOUDIL L'orchestre de l'ENP © Salim KOUDIL

Toutefois la grande surprise des organisateurs était un certain Zaki Allal qui a reçu une longue standing-ovation du public. Non pas parce qu’il est médecin (diplômé de l’université d’Oran), non pas parce qu’il est entrepreneur (fondateur d’une start-up), mais parce qu’il est un excellent pianiste. Durant le laps de temps du "morceau" (de son propre répertoire) joué par Zaki Allal  un silence total régnait dans la salle de l’Opéra.  A défaut de faire danser (ce n’était pas le « ton » adéquat), sa musique a vraisemblablement su « toucher » les présents et les incessants applaudissements à la fin de sa présentation en étaient la meilleure preuve.   

 © CAP © CAP

 © CAP © CAP

C’est dans une bonne ambiance que s’est terminée cette 5e édition du Wikistage Algiers. Une véritable « fusée » d’espoir lancée de l’Opéra qui vient égayer le cœur des 1400 personnes présentes.  Une preuve que cette génération est loin d'être désenchantée. 

Salim KOUDIL

@SalimKoudil

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.