Salim Koudil.
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2017

Cédric Villani:" Grâce à Macron, la colonisation s'est invitée dans la campagne"

Cédric Villani, mathématicien français, lauréat 2010 de la prestigieuse médaille Fields, l’équivalent des prix Nobel pour les mathématiques, soutient officiellement le candidat Emmanuel Macron pour la Présidentielle française de 2017. Dans cet entretien le scientifique revient sur la polémique suscitée par le fondateur du mouvement politique « En Marche! » sur la colonisation.

Salim Koudil.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

.

 Entretien réalisé par Salim KOUDIL

Quelle est votre réaction après la polémique suscitée par Emmanuel Macron à propos de la colonisation?
Cédric Villani: Pour moi, qui suis fils de "pieds-noirs", très attaché à l'Algérie et impliqué dans le Prix Audin(*), ce débat a une forte résonance personnelle. Avec ses propos, Macron s'est fait attaquer par bien des côtés : par la droite et par la gauche, par les nostalgiques de l'Algérie française comme par ses plus farouches adversaires. Pour ma partj'adhère sans réserve au message d'explications vidéo qu'il a enregistré pour préciser sa position. L'intensité de la polémique prouve que les plaies de nos deux nations sur ce sujet ne sont toujours pas refermées. Ayant donné des conférences dans presque toutes les anciennes colonies françaises, j'ai pu constater par moi-même que l'Algérie est la seule dans laquelle le sujet de la colonisation est encore si omniprésent. Il faut rouvrir ce débat transnational pour le dépasser, sinon nous pouvons y être encore bloqués pendant plusieurs décennies ! Des excuses officielles pourront constituer un début de dialogue. C'est grâce à Macron que le sujet s'est invité dans la campagne, et de cela je lui suis reconnaissant.
Certains affirment que les autorités algériennes soutiendraient le fondateur du mouvement "En marche". Qu'en pensez-vous?
Vue de l'extérieur, la politique algérienne est notoirement difficile à comprendre, et ce n'est pas à moi qu'il faut demander d'évaluer la position des autorités ! Cependant l'excellent accueil que lui a réservé le gouvernement a tout d'un signe de bienveillance. Si c'est le prélude à des coopérations institutionnelles et gouvernementales vraiment accrues, j'en serai très heureux. Cependant sur ce sujet on ne peut résumer les choses à des accords entre gouvernants : l'adhésion de la population est tout aussi importante, et j'espère surtout que la démarche de Macron est bien accueillie par les jeunes algériens et algériennes. Dans le même ordre d'idées, je soutiens sa proposition de collaborations culturelles accrues.
Pourquoi avoir choisi Emmanuel Macron pour la prochaine élection présidentielle française?
Je connais Macron depuis 2013 et j'ai eu bien des occasions de discuter avec lui; je n'ai pas de doute sur son intelligence, sa sincérité et son courage. Dans ses positions politiques je salue en lui l'engagement européen, la volonté de dépasser la délétère guérilla droite-gauche, le goût pour l'innovation et l'écologie, et le courage de formuler des propositions pragmatiques et subtiles -- car le manichéisme et les solutions faciles ne se trouvent que dans les discours populistes et les films. Mais il y a aussi son incroyable capacité à attirer des compétences issues de tous les secteurs de la société, et surtout les jeunes.

Autour de moi j'en ai vu beaucoup qui ne se reconnaissaient pas dans les partis traditionnels, et qui se sont révélés prêts à s'engager aux côtés de Macron. Ce positionnement, joint au tout récent ralliement de François Bayrou, me redonne l'espoir de voir se réaliser deux évolutions politiques dont je rêve depuis 15 ans : l'émergence d'un vrai centre indépendant, et le ravivement par la France de l'idéal européen.
Le fait de soutenir un candidat dont le programme n'a pas encore été dévoilé ne vous gênerait-il pas?
Le programme n'est pas tout : la personnalité, le positionnement et la capacité de rassemblement comptent au moins autant. À quoi sert de détailler une liste de mesures si c'est pour se rendre compte, une fois au pouvoir, que la majorité sont inapplicables ou non souhaitables ? Mais cela dit, le programme de Macron est bien plus précis que ses concurrents ne le disent ! Et un ensemble complet de propositions sera bientôt dévoilé publiquement; de très nombreux experts et sympathisants ont pris part à sa préparation, dont la responsabilité a été confiée à un économiste respecté, Jean Pisani-Ferry. Bref, il y a un programme !

Réalisé par Salim KOUDIL

@SalimKoudil

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe