Islamophobie quand tu nous tiens!

Parce ce qu’à l’ignorance, il faut répondre par la connaissance. Parce qu’à la haine il faut répondre par l’humour et l’Amour encore et toujours, alors nous écrivons cette tribune.

  Parce ce qu’à l’ignorance, il faut répondre par la connaissance. Parce qu’à la haine il faut répondre par l’humour et l’Amour encore et toujours, alors nous écrivons cette tribune.

  Rappelons que la violence ne date pas d’hier. Dans les premiers temps de l’immigration, un contexte social hostile, voyant se développer les ratonnades en France, pousse certains musulmans à opter pour l’assimilation. En effet, la pression politique, la violence physique et symbolique, la peur et la précarité économique ne leur permettent alors pas d’envisager autre chose. Au niveau politique on leur présente alors l’assimilation comme la seule bouée de sauvetage qu’ils puissent espérer attraper. Certains la saisissent et s’en sortent, d’autres sombrent quand même.

  A l’heure de la mondialisation et de générations de citoyens de confession musulmane ayant fait souche en France, le temps n’est plus à l’assimilation mais bien à l’internalisation comprise en termes d’autonomie du religieux vis à vis du politique comme des cultures. Vous l’avez bien compris, en ce qui concerne les français de confession musulmane l’entre-deux n’est plus à être entendu en termes de mal assis le « cul entre deux chaises » comme cela a pu être le cas par le passé. Non cette époque est bel et bien révolue pour la majorité de ces citoyens. Merci Comforama! L’entre-deux à l’heure de la mondialisation est plutôt à être entendu dans son sens étymologique d’intérieur-de-deux en mode bien installés dans leur canapé identité modulable multicolore dans leur maison qu’est la France. Les principes de pluralité et d’égalité en repose-tête devant Netflix à regarder Banlieusards de Kery James et Leila Sy qui leur rappelle que les jeunes de banlieue ne sont pas condamnés à l’échec ; à lire du De Musset qui dit que tous les hommes sont menteurs et que toutes les femmes sont perfides mais qu’il n’y a au monde une chose sainte et sublime c’est l’union de ces deux êtres si imparfaits; à rire des blagues d’Inès Reg en rêvant à des paillettes dans leur vie et des moulures au plafond ; à méditer du Rumi qui leur dit qu’ils sont  nés avec des ailes et qu’il faut apprendre à les utiliser et s’envoler ; ou encore à méditer les dires du Prophète Mohamed qui dit qu’un sourire est une aumône. En gros, pépères quoi !

  Mais alors pourquoi faut-il que des populistes pseudo politiques, journalistes, autres intellectuels et leurs disciples viennent à tout bout de champs les importuner en vomissant leurs propos haineux sur leur jolie canapé au lieu de venir s’asseoir avec eux ? Il y’en a même qui ont tenté d’y mettre le feu et de déchiqueter certains des éléments un par un! Un élément de réponse est qu’ils sont jaloux, qu’en vrai ils sont dépités parce qu’ils kiffent leur canapé. C’était les derniers en promo. Sinon un autre élément de réponse serait que les principes de pluralité et d’égalité posés continuent aujourd’hui d’être mis à mal par des partisans d’une hiérarchisation des cultures et des expressions religieuses au sein de notre société. Le fruit d’une relation platonique, un flirt de plusieurs années avec les discours de l’extrême droite ou des mecs du style génération identitaire. Il faut avouer qu’il est plutôt pas mal le petit Aurélien ! On pourrait comprendre que l’on puisse être tenté !

   Dans le contexte de la mondialisation, ouverture aux autres magasins de meubles concurrents, genre Ikea, Istikbal, Richbond et de la peur d’une supposée disparition de l’Etat-Nation largement instrumentalisée, la référence à une identité culturelle dominante du pays menacée par certains comportements posés comme étrangers, vient au niveau politique légitimer un certain mépris voire une suspicion vis à vis de ces citoyens français de confession musulmane. Appelons un chat un chat : cela vient légitimer l’islamophobie. Au niveau médiatique cela se traduit sur les grandes chaines d’informations en continue par une forme d’harcèlement morale notamment à l’encontre des femmes musulmanes en les portant comme presque responsables de tous les maux de la France et en dénigrant à longueur de journée devant la France entière leur dernier burkini ou hijab préféré ! Franchement ça se fait pas ! Pourtant rien à voir avec des choix vestimentaires, cette islamophobie n’hésite pas à venir légitimer des amalgames faits notamment entre hijab, burkini, islam et terrorisme. Une salade de fruit !

     Parmi les origines de cette islamophobie décomplexée se trouve le fait que pendant des années les valeurs multiculturelles de la France ont été dévoyées en un mute-culturalism qui est une forme de racisme culturel ne disant pas son nom. Ce dernier se base sur une volonté de certains populistes et pseudos intellectuels de culturaliser le religieux. Une culture réduite à des éléments distinctifs de la société vidés de leurs valeurs et de leur liberté au sein de l’espace public. De là découle le fait que les Français de confession musulmane, fussent-ils dans leur bon droit, sont soumis à la répression pour toute expression et visibilité de valeurs religieuses au sein de l’espace public qui serait jugée comme déviante et rebelle. Limite on se croirait dans le film Divergente !

     Le plus grave dans tout cela, ce n’est pas leur canapé qu’on tente de foutre en l’air et qu’ils ont dû laver, recoudre et rapiécer. Le plus grave dans tout cela c’est leur maison qu’est la France où s’accumulent des tâches noires au plafond et de sang sur les murs. Il y’ a même de farouches acharnés qui, de concert avec des terroristes d’un autre type, cherchent à faire vaciller à coup de pelle les murs porteurs de notre Etat de Droit afin de le faire basculer dans la guerre civile. Et tout ça sous les yeux de nos enfants. Normal !

     Une minorité de perdus de la République voudraient faire croire qu’ils sont éperdus de notre République. Tout comme d’autres perdus de Dieu voudraient faire croire qu’ils sont éperdus de Dieu. Ceux-là même qui ne cessent de les trahir et de nous trahir. Ceux-là même qui ne semblent ne reconnaitre ni nos lois ni nos valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Eh bien ne leur en déplaise les citoyens Français de confession musulmane ont fait, font et feront France ! Parce que je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai .

Salima Bouyarden, Docteur de l'Université de Strasbourg
Spécialisée sur les questions de l'Identité, de l'Islam et de la Mondialisation

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.