salomis
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2014

LE TROUBLE DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

salomis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Abdenour DZANOUNI

Falloudja, bombardements chimiques au phosphore des américains (Novembre 2004)

Intéressons-nous aux marines américains de retour de l'Irak, ou précédemment du Vietnam, et mal accueillis aux USA, aux paras français revenant du même Vietnam ou de l'Algérie et pas mieux reçus en France, aux soldats britanniques ou canadiens en campagne en Irak ou en Afghanistan et retournant aux brumes et au froid déprimants de leur pays, aux mercenaires saoudiens quittant le soleil énervant d'Algérie et trouvant la douceur de l'asile à Qatar et un peu partout en Europe, aux prêtres et miliciens Huttus, auteurs du génocide, fuyant les collines et vallées funestes du Rwanda pour se réfugier dans les églises accueillantes de cette Europe magnanime et généreuse, aux militaires allemands de la Deutsches Heer ou de la Wehrmacht défaits et prisonniers à l'issue de la première et seconde guerre mondiale, aux soldats israéliens du Tsahal de retour du Liban ou de Gaza, les chargeurs vidés et les bombes larguées... Qu'ils soient dans la honte ou dans la parade, dans l'examen de conscience ou l'allégresse du retour, que se passe-t-il dans leur tête? 

Massacre de Sabra et Chatila (1982)

par le héros d'Israél, Ariel SHARON.

S'attendent-ils à être admirés tels des héros, entourés et pressés de questions par leurs famille et amis? Ils se voient ignorés et traités de radoteurs, juste bons à ressasser le passé."Ne me raconte pas ta guerre!" entendront-ils souvent quand ils voudront parler. Quel violence inouïe que ce déni du droit à la parole et de se raconter! Car enfin, pourquoi refuser d'écouter  ceux qui, obéissant aux ordres, ont donné la mort à des êtres qu'ils ne connaissaient pas ou qui  ont même vu parfois mourir sous leurs yeux d'autres qu'ils connaissaient.

Les soldats du Tsahal de retour du Liban.(Aout 2006)

 Au delà de la compassion ou du rejet qu'ils peuvent inspirer, voilà l'un d'eux mis à nu , interrogé et ausculté dans une pièce aseptisée, au fond d’une caserne anonyme. Après l’entretien, pendant qu’il se rhabille, le professeur et son assistant tiennent conférence. Ecoutons les discrètement...

Professeur : Au rapport, docteur !

Assistant : Rien de bien nouveau, professeur. La solitude, l'absence du désir sexuel, l'impuissance et la tristesse chronique sont les symptômes relevés chez le patient. Ce sont là des troubles communs aux soldats de retour du théâtre des opérations.

Professeur : Autrement dit,  des dégâts collatéraux du stress post traumatique de la guerre.

Assistant : Tout à fait, professeur ! Nous constatons chez le patient les habituels cauchemars, insomnie et déchaînement de violences fréquents…

Professeur : Ce sont là les manifestations pathologiques ordinaires de ces traumatismes…

Assistant : Effectivement, Professeur ! Mais l'événement répété de mises à mort en masse a pu laisser des traces traumatiques affligeantes dans le cerveau du patient.

Professeur : Humm ! Pas de politique, docteur ! Relevez les symptômes et laissez-moi les interpréter.

Assistant : Bien sûr, professeur. Vous avez remarqué le repli du patient sur sa communauté d’armes. Cette agrégation communautaire ou corporatiste serait-elle un phénomène aléatoire ou persistant?

 Professeur : C’est plutôt une tendance lourde.

Assistant : Nous constatons aussi chez le patient une addiction à l’alcool, à la drogue et même à la prière pour surmonter la terreur des cauchemars et pouvoir dormir…

Professeur : Ce sont là des facteurs aggravants du traumatisme qui peuvent rompre, à tout moment, les digues retenant la violence du sujet...

Assistant :... Cette violence explose fréquemment dans les sphères conjugales ou publiques.

Professeur : Contenez-vous à votre sphère de compétences, jeune homme. Votre patient trouve dans ces crises l'adrénaline de substitution à celle sécrétée par les violences de la guerre.

Assistant : Professeur, nous relevons que ces crises sont cycliques et interviennent à intervalle mensuel régulier.  

Professeur : Vous pensez à la perception périodique de la pension qui déclencherait de manière cyclique les souffrances mentales? Cela pourrait faire l’effet d’une « madeleine de Proust » pour les souvenirs de guerre. Mais plus prosaïquement, la perception de la pension, elle-même, donne les moyens de s’abreuver et de se shooter, docteur.  

Assistant : Affirmatif, professeur ! Question : pouvons-nous établir une corrélation entre ces crises symptomatiques et une addiction à la brutalité et au spectacle de la mort, contractée sur le terrain des opérations, professeur?

Professeur : Ainsi qu’avec l'addiction à la peur et au meurtre…Au paroxysme du manque chez le sujet sevré, le suicide  fait fonction de catharsis. Spectacle, ultime et fusionnel, de l'acte de tuer et de se tuer? La boucle est bouclée.

Assistant : Passionnant, professeur ! La prochaine fois, est-ce que nous étudierons quelle fonction adaptatrice ou réparatrice ont la parole et le rêve dans le dispositif biologique post-traumatique?

Professeur : Inutile, Rien ne vaut, comme remède, le renvoi du soldat sur de nouveaux champs d’opérations.

Quittons cet office médical, au fond de cette caserne, et faisons un zoom arrière pour embrasser un champ de bataille plus vaste, celui de la guerre médiatique. Là, la presse écrite correspond à l'infanterie, la radio à la cavalerie et la télévision à l'aviation et chaque titre ou chaîne a plus de puissance de feu qu'une division armée. L'argent de cette armée est fourni à flots par un dispositif d'agences publicitaires jumelées à des instituts de sondage de complaisance. Aux ordres eux-mêmes, des éditorialistes politiques sont les généraux à la tête de cet armement redoutable et de meutes de programmateurs, de journalistes, d'animateurs, d'amuseurs et de fous du roi sans âme. Et qui sont leurs victimes? Téléspectateurs, auditeurs, lecteurs, cibles massives des campagnes médiatiques, subissent des dégâts psychologiques dont le caractère pernicieux réside dans leur invisibilité immédiate et donc dans la latence de leur manifestation post-événement.

Examinons les conditions générales dans lesquelles les agressions médiatiques provoquent les traumatismes en question. Nous pouvons distinguer les batailles médiatiques, livrées pour la conquête ou la conservation du pouvoir, en plusieurs sortes: L'une vise et attaque le rival politique pour dégrader son image aux yeux du public. L'autre est de susciter le désir d'un meilleur avenir par diverses promesses du candidat au pouvoir. Une autre encore est de crier à la menace que constituerait la prise de pouvoir par le rival. Tous les coups sont permis mais les résultats sont souvent imprévisibles en raison du contexte et du vécu des populations ciblées. Ainsi, l'attaque contre le rival peut se retourner contre son auteur.  Les résultats d'une campagne dépendent moins du sérieux des promesses que de la crédibilité de celui qui les faits ou, ce qui revient au même, de la crédulité de ceux qui y font foi.

Collin Powel, accusant Sadam Hussein de posseder les armes de destruction massives, à la veille de l'intervention criminelle occidentale. (2003)

La menace produit généralement son effet car de tous les sentiments humains, la peur plonge ses racines au plus profond des ténèbres animales de l'humanité  et plante ses mâchoires métalliques dans le cerveau de l'homme. Elle immobilise, paralyse, glace et ainsi empêche de réfléchir celui-là qui alors s'en remet corps et âme au premier sauveur providentiel venu. Fusse-t-il son futur bourreau! Si la menace a pris par définition et le plus souvent l'apparence de l'étranger, du « sans papiers » ou du rom, elle peut tout aussi bien se présenter sous la forme d'une terrible épidémie, d'un changement catastrophique du climat, d'une météorite fonçant sur la planète, d'une horde d'émigrés qui en veut à l'emploi et au pain de l'ouvrier ou de l'insurrection de jeunes basanés des banlieues troublant la paix et la tranquillité du bourgeois de la ville. La menace provoque par la peur l'union sacrée autour du prétendant au trône. Et surtout, elle empêche de réfléchir!

C'est ainsi depuis la nuits des temps. La recette de la soupe médiatique use des mêmes ingrédients: la peur et le désir! Les prêtres de toutes les religions en ont fait leur fond de commerce et leur fortune. Que de peintres, à l'image du talentueux Vinci, ont prêté leur talent à l'horrible propagande de l'église: Le désir du paradis et la peur de l'enfer peints sur la voûte de la Chapelle Sixtine. Ce sont là les Dieux communs qui règnent sur le cœur des hommes. Que font d'autre les chapelles politiques qui se les disputent sur terre?

AD

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot