Sam La Touch
Âne à temps plein
Abonné·e de Mediapart

278 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2013

Pax Americana en Somalie : une catastrophe !

Sam La Touch
Âne à temps plein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici l'article d'un journaliste indépendant, Thomas C. Mountain, vivant en Erythrée, qui fait une très bonne synthèse de la politique menée par les USA et leurs sbires en Somalie depuis 2006.  En 2006, ce pays avait su se réunifier sous la bannière des tribunaux islamistes et mettre fin à la guerre civile qui ravageait la Somalie depuis  1991. L'administration Bush puis Obama ont alors relancé la guerre et semé le chaos en faisant entrer les tirailleurs éthiopiens assistés par leurs drones puis les tirailleurs kenyans pour renforcer un gouvernement acquis à leur cause et fait d'anciens chefs de guerre. C'est la Pax Americana. Résultat des courses: déplacement massif des populations augmentant leur vulnérabilité à la famine, une ONU incurique, des forces transatlantiques supplétives se livrant aux pires exactions et des centaines de milliers  de morts.
Crimes inhumains dans la corne de l'Afrique : l'ONU et 250.000 morts en Somalie par Thomas C. Mountain
L'ONU a annoncé qu'au moins 250 000 Somaliens étaient morts de faim entre 2010 et 2012, notamment au cours de la grande sécheresse qui a sévi dans de la corne de l'Afrique. 

Les victimes se comptent surtout parmi les déplacés internes, qui pour la plupart ont fui devant l'invasion militaire et l'occupation du sud de la Somalie par l'Armée éthiopienne, avec le soutien de l'ONU, puis par les "soldats de maintien de la paix" de l'Union africaine, actuellement au nombre de 25 000. 

Dans mon dernier article consacré à la famine en Somalie, j'ai mentionné les 10 cents par jour et par réfugié somalien prévus par l'ONU. C'est ce que l'on appelle une insuffisance budgétaire, synonyme de "nous souhaitons aider, mais n'en avons pas les moyens". 

Or, pendant la grande famine qui s'est abattue sur le peuple somalien, l'ONU et ses grands patrons occidentaux ont consacré plus d'un milliard de dollars aux opérations militaires de "maintien de la paix" dans ce qui reste du pays. 

Un milliard pour la guerre et 250 000 personnes qu'on laisse mourir de faim ? Pour mieux comprendre, peut-être faut-il savoir que l'UNICEF, la plus grande "ONG" d'aide alimentaire de l'ONU en Somalie, est dirigée par Anthony Lake, ancien conseiller américain à la sécurité nationale et candidat à la direction de la CIA. C'est lui qui a déclaré en 1994, alors qu'il était en charge du dossier en tant que bras droit de Bill Clinton, avoir entière connaissance des meurtres commis en masse au Rwanda, mais regretter de ne rien pouvoir y faire. De la CIA à l'UNICEF ? Doit-on s'étonner d'une grande famine en Somalie sous sa présidence ? 

Aujourd'hui, les médias occidentaux relaient la propagande en commentant que "la paix et de la démocratie réapparaissent pour la première fois depuis une génération en Somalie". Ils oublient que les Somaliens ont eux-mêmes ramené la paix à Mogadiscio en 2006 avant de voir l'invasion éthiopienne la faire voler en éclats avec le soutien de l'ONU. Les chaînes d'information télévisées focalisent sur quelques Somaliens rassurants qui débitent une rhétorique selon laquelle les Somaliens tiennent les rênes, mais si elles tournaient légèrement les caméras, on pourrait voir les "gardiens de la paix" armés jusqu'aux dents par une ONU, avec la collaboration d'Etats placés sous la dictature des banques. Le fait est qu'aucun pouvoir, aussi fort soit-il, ne peut ramener la paix en Somalie. Seuls les Somaliens eux-mêmes en sont capables, sans parler de leurs propres problèmes. 

En 2006, l'Union des tribunaux islamiques y est parvenue pour la première fois en 15 ans, bien en vain pourtant au vu de l'intervention armée ordonnée par les Etats-Unis et à leurs sbires de l'ONU. Financé et dirigé de l'extérieur, ce conflit armé continue à arracher des centaines de milliers de Somaliens à leurs terres pour les laisser mourir de faim avec les 10 cents par jour de l'ONU. 

Pendant ce temps, les armes en provenance de l'Occident continuent d'affluer en Somalie et la Pax Americana cherche même à faire lever toutes les restrictions au nom de la "guerre contre le terrorisme". Il s'agit plutôt d'une guerre de la terreur, une guerre contre le peuple somalien, dont la principale malchance est de vivre coincé à la point même de la Corne de l'Afrique, pile en face de la "porte des lamentations", Bab-el-Mandeb, où l'Océan Indien communique avec la Mer Rouge en un couloir de navigation à travers lequel les principales puissances économiques mondiales acheminent leurs marchandises. 

Relater les crimes massifs perpétrés par l'ONU en Afrique de l'Est devient insupportable. Pourtant, lorsque celle-ci envoie ses représentants annoncer au monde que 250 000 Somaliens sont morts de faim au cours des trois dernières années, il n'est plus possible de fermer les yeux et de ne rien dire. 

Thomas C. Mountain est l'un des journalistes indépendants les plus publiés en Afrique. Il vit en Érythrée, d'où il écrit ses articles depuis 2006. Il peut être contacté à l'adresse :thomascmountain@yahoo.com.


Source :
Counterpunch Inhuman Crimes in the Horn of Africa : The UN and 250,000 Dead Somalis

by THOMAS C. MOUNTAIN

The UN has announced that in 2010-2012, including the Great Horn of Africa Drought period, at least 250,000 Somalis starved to death.

Most of those who died from starvation were internally displaced persons, displaced in the main by the military invasion and occupation of southern Somalia by the UN backed Ethiopian Army and then the AU “peacekeepers”, today some 25,000 strong.

When I last wrote about starvation in Somalia I spoke of the UN budgeting 10 cents a day for food aid to feed each Somali refugee. Its called a “budget shortfall” as in “we want to help but we just don’t have the money”.

Yet during this period of mass starvation of the Somali people the UN and its western overlords spent over $1 billion funding its military “peacekeeping mission” in what’s left of the country.

$1 billion for war and 250,000 Somalis left to starve to death?

Maybe knowing that the head of the largest UN food aid “ngo” in Somalia, UNICEF, is Anthony “Tony” Lake, formerly National Security Advisor of the USA and once nominated to be Director of the CIA can help one understand why this happened.

Tony Lake is the one who so infamously stated he “regretted” not doing anything while knowing full well mass murder was going on in Rwanda on his watch as  Bill Clinton’s right hand man in 1994. CIA to UNICEF? Should one be suprised to find mass starvation under his watch in Somalia?

Today, while the propaganda machines in the western media speak of “peace and democracy coming to Somalia for the first time in a generation” they some how forget how Somalis themselves brought peace to Mogadishu in 2006 only to see the UN backed Ethiopian invasion send it all up in smoke.

The television news channels may trot out a few tame Somalis to spout rhetoric about “Somalis running the show” behind the cameras stand “peacekeepers” armed to the teeth by the UN backed by the banktatorships in the west.

The fact is no power no matter how strong can bring peace to Somalia from without, only the Somali people, left alone to sort out their own problems can do so. In 2006 the Union of Islamic Courts succeeded for the first time in 15 years to no avail due to armed intervention ordered by the USA and its minions in the UN. This externally funded and directed armed conflict continues to drive hundreds  of thousands of Somalis from their land and homes leaving them to starve on the UN’s bounty of 10 cents a day.

And all the while more arms pour into Somalia from the west with Pax Americana demanding that any and all paper restrictions on such be lifted, all in the name of the “war on terror”, really a “war of terror”, a war on the Somali people whose main misfortune turns out to be that they live smack in the middle of the Horn of Africa astride the “Gate of Tears”, Baab Al Mandeb, where the Indian Ocean meets the Red Sea through which the largest economies in the world depend on to ship their goods.

Writing about the enormous, inhuman crimes committed by the UN in the Horn of Africa has become almost to painful to continue to do. But when the UN sends its talking heads to tell the world that a quarter million more Somalis died these past two years, died by mass starvation what choice does one have but to once again raise a voice in protest for turning your head away from the television and pretending not to hear is simply not a decision I for one can live with.

Thomas C. Mountain is the most widely distributed independent journalist in Africa, living and reporting from Eritrea since 2006. He can be reached at thomascmountain_at_yahoo_dot_com.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss