Prism US et Prism français collaborent-ils?

"François Hollande a affirmé lundi à propos des soupçons d'espionnage américain visant l'UE que la France ne pouvait "pas accepter ce type de comportement" et demandé que "cela cesse immédiatement". "On ne peut avoir de négociations qu’une fois obtenu ces garanties", a-t-il affirmé. BFM TV

On savait que les grandes oreilles de la NSA (National Security Agency) espionnaient à tout va les internautes du monde entier ainsi que les communications téléphoniques notamment des Etats-Unis et d'Europe au travers d'un programme nommé PRISM. Les fournisseurs d'accès US et Microsoft, Google, Facebook, Apple, Twitter...communiquent directement leurs données à la NSA ce qui permet de surveiller les communications internet de millions de personnes en Europe et aux USA. D'après les documents divulgués par Edward Snowden, le système d'espionnage britannique serait tout aussi intrusif et surveillerait tout courrier électronique, fichier ou texte expédié d'Europe par un système de surveillance dont le nom de code est "Tempora". On savait que des documents confidentiels obtenus par le Guardian révèlent que le centre d'espionnage de la Grande-Bretagne, le Government Communications Headquarters (GCHQ), a intercepté des communications de politiciens étrangers lors de sommets internationaux, en travaillant étroitement avec la National Security Agency (NSA) américaine. Cette entente internationale sur les écoutes téléphoniques remonte à la fin de la seconde guerre mondiale par des traités secrets entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni où NSA et GCHQ colaborent activement. L'organisation de ces écoutes est connue sous le nom de "Five Eyes" ("cinq yeux"). Elle regroupe les agences de renseignement électromagnétique des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, d'Australie et de la Nouvelle-Zélande.  Selon le Guardian, les conversations téléphoniques, le contenu de courriels, de messages sur Facebook, l’historique de l’activité en ligne d’un internaute seraient enregistrées. L'agence pourrait traiter 600 millions de communications téléphoniques chaque jour.

On savait grâce à Snowden qu'il y avait un PRISM états-unien, un PRISM britannique en étroite collaboration et on est en passe de découvrir qu'il y a aussi un PRISM à la française.

Ainsi, selon le quotidien Le Monde, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) procèderait de même "en collectant systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l'étranger : la totalité de nos communications sont donc espionnées. L'ensemble des mails, des SMS, des relevés d'appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter, sont ensuite stockés pendant des années".
Ce Big Brother à la française pourrait être connecté lui aussi à l'instar des services britaniques du GCHQ au réseaux de la NSA. Hollande a feint la plus grande surprise face aux révélations de Snowden en déclarant qu'il voulait que "cela cesse et dans les meilleurs délais" tout en sachant qu'il en était de même par les services spéciaux français. Qu'en est-il du lien avec la NSA dans le cadre de la coopération atlantiste ?

Comment la France intercepte les communications © Le Monde Comment la France intercepte les communications © Le Monde


A côté des mesures de surveillance des signaux éllectroniques non légales, il existe aussi d'autres plateformes de surveillance du web et d'écoute, dites légales.  Selon L'Express 7 juin 2013Internet, SMS : comment Thales va mettre les réseaux français sur écoute, les conversations téléphoniques, SMS, MMS, Internet... dès cet été seraient sur surveillance (en cas de commission rogatoire). Les opérateurs privés ont déja signé : Orange, Bouygues, Free, SFR...

Dès cet été, les écoutes autorisées par la justice vont être centralisées au sein de la plate-forme nationale des interceptions  © L'Express Dès cet été, les écoutes autorisées par la justice vont être centralisées au sein de la plate-forme nationale des interceptions © L'Express
Le projet de Big Brother à la française dans sa version dite légale aurait pour objectif de "permettre de centraliser en un seul point plus de 5 millions de réquisitions judiciaires (liste des appels téléphoniques, identité d'un abonné derrière un numéro...) et près de 40 000 écoutes autorisées par les juges dans le cadre de leurs enquêtes." Néanmoins en dépit des garanties affichées par le gouvernement quant à cette plateforme d'écoute, les prérogatives de l'Etat en matière de surveillance du web "sont désormais tombées entre les mains d'une société privée (même si "l'Etat est actionnaire")". La multinationale Thalès échapperait pour grande partie au contrôle de l'Etat.

La question reste donc posée : quelles sont les liens de coopération entre la NSA, le GCHQ et la DGSE mais aussi la société privée Thalès dans le cadre de l'OTAN ? La France communique t-elle déja ses données aux agences anglo-saxonnes ? Et si oui dans quel cadre ? Pour la simple lutte anti-terroriste ?

 

Suite au communiqué du ministère de l'intérieur français : « La France a reçu, comme beaucoup d’autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d’asile de Edward Snowden. Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite. », l'hypocrisie du "chef de guerre" Hollande apparaît donc de plus en plus tangible. Snowden est interdit de séjour en France (ainsi qu'en Grande-Bretagne, ou en Allemagne), l'avion du président Moralès soupçonné à tort d'embarquer l'ancien agent de la NSA a été interdit de survoler le territoire français. La France est-elle une simple néocolonie états-unienne ?

Peut-on croire sérieusement que le PRISM à la française n'est pas en étroite collaboration avec celui des USA ?
En Allemagne c'est ce qui se passe et la collaboration entre NSA et BND est très efficace. On se demande donc pourquoi la France n'aurait pas été au courant et encore plus son président ?
"Les services de renseignement allemand (BND) espionnent eux aussi intensivement sur internet, et sont en train d’étendre massivement leurs capacités à le faire. Le service de renseignement étranger était également informé – au moins en partie – des programmes d’espionnage américain et britannique, et il en a bénéficié. Le BND espionne déjà systématiquement les appels téléphoniques et autres communications depuis au moins 1968, date où il a officiellement reçu la responsabilité du renseignement stratégique. Dans le contexte de la Guerre froide, pratiquement chaque coup de téléphone entre l’Allemagne de l’Est et celle de l’Ouest était surveillé par les services secrets des deux côtés du mur de Berlin." Mondialisation.ca La manière dont les services secrets allemands surveillent internet

N'était-ce point les autorités françaises qui escomptaient tout comme leurs homologues allemandes pouvoir travailler la main dans la main avec la NSA au nom de la prétendue lutte contre le terrorisme ?
Dans un rapport parlementaire français daté de 2004, la mission d'information sur la coopération internationale pour lutter contre le terrorisme constatait que les USA "ont des capacités en matière de renseignement technique qui sont sans commune mesure avec celles des Européen", mais que "le partage des renseignements « captés » par les capacités techniques américaines (...) semble très satisfaisant".
Après avoir feint de découvrir le vaste réseau d'espionnage états-unien et son champs d'investigation européen, Hollande a proposé de dénoncer les accords transatlantiques mais s'agit t-il d'une réelle volonté ou bien d'un simple discours démagogique pour rassurer le bas peuple ?
Au travers de l'accord transatlantique allons-nous vers un "Six-eyes" comprenant la France ? Ou plus probablement l'ensemble des pays de l'alliance atlantique susceptibles de renforcer la surveillance et le contrôle de leurs propres concitoyens ?

Pour ceux qui pensent pouvoir résister aux grandes oreilles, quelques conseils :

- Le Monde Comment vous protégez vos données sur Internet

- PRISM - Astuces contre le cyberespionnage

 

 -----------------------------------------------------

Jérémie Zimmermann, est le porte-parole et le co-fondateur de La Quadrature du Net, une organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet. Thinkerview l’a rencontré lors de la "Nuit Du Hack" 2013 pour lui demander ce qu’il pense

Thinkerview - Interview de Jérémie Zimmermann © thinkerview

 

 

 Autres billets La Touch sur le sujet :

- L'accord transatlantique: le pouvoir aux multinationales
- La NSA copie vos données et crée des fiches pour chaque internaute
- PRISM - Astuces contre le cyberespionnage
- Big Brother et le contrôle du web

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.