Syrie: pas de pardon pour les salauds (ONU)

Syrie, chroniques de la guerre menée par les forces atlantistes (2) : pas de pardon pour les salauds (ONU)

A la veille de la réunion des chefs de guerre atlantistes soutenant le massacre en Syrie, au travers de leurs amis islamistes se revendiquant d'Al-Qaïda, ironiquement appelé "les amis de la Syrie", le président de la Commission d’enquête du Haut-Commissariat aux Droits de l’homme sur la Syrie, Paul Pinheiro, a déclaré que "la responsabilité des Etats fournissant des armes aux forces gouvernementales et rebelles pourrait être engagée en cas de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité".  En d'autres termes qu'il n'y aurait pas de pardon pour les salauds qu'ils soient de l'Est ou bien de l'Ouest. ( Reuters U.N. expert: More arms for Syria mean more war crimes). De plus Paul Sergio Pinheiro a ajouté qu'il n'était pas possible de discerner les bons rebelles syriens des mauvais et que leur envoyer des armes était dangereux ( No good guys among Syrian rebels – Paulo Sergio Pinheiro). En tous les cas l'Allemagne a bien compris à qui elle avait à faire et n'enverra pas d'armes aux rebelles syriens (Germany will not supply weapons to the Syrian opposition - Merkel).

Il y a une jurisprudence Charles Taylor en la matière. Celui-ci ne fut pas condamné devant la Cour Pénale Internationale pour les crimes commis par ses troupes au Libéria, à l'époque soutenus et armés par la France et les USA via leurs relais néocoloniaux burkinabé (Blaise Compaoré) et ivoirien (Houphouet Boigny), mais pour avoir armé la rebellion du RUF qui commettait les pires crimes en Sierra Leone.

Si Obama, Netanyahu, Hollande et Cameron venaient à perdre la guerre en Syrie, l'ONU sera t-elle toujours aussi clémente ? Pour mémoire, le 22 novembre 2005 Bush fils et Blair ont été reconnus coupable de crimes de guerre en Irak par un tribunal malaisien à Kuala Lumpur.
Les communiquants de l'OTAN ont très peu relayé ces informations mais Obama, Netanyahu et leurs cliques de chefs de guerre pourraient être un jour jugés par un tribunal pénal international soutenu par les BRICS qui pourrait avoir beaucoup plus de poids si le vent venait à tourner... Obama a déja été la cible d'une député irlandaise qui l'a accusé de crimes de guerre au Parlement  irandais (Syrie: Obama est-il un criminel de guerre ? (Parlement Irlandais)). Vont-ils "jouer" leur va-tout  pour ne pas se retrouver au TPI et plonger la Syrie dans un chaos total ou bien ont-ils une solution pacifique de rechange ? Next stop in Geneva II...


Autre billet de La Touch Syrie: chroniques de la guerre menée par l'OTAN (1)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.