Projet d’expulsion de Bushmen au Bostwana sur financement de fonds publics français ? (SURVIVAL).

Selon Survival International, des Bushmen seraient en passe d’être expulsés de leurs terres au Bostwana grâce à un financement du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM). Et cela afin de faire place nette aux hordes de touristes. Plus exactement il s’agirait de créer un couloir écologique pour touristes en mal d’expériences africaines. Ce projet intitulé Western Kgalagadi Conservation Corridor serait soutenu, selon Survival International, « par l’organisation américaine Conservation International et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) », ce dernier émanant du ministère de l’écologie et du développement durable français donc du gouvernement français. Le projet serait financé à hauteur de 3 millions d’euros et viserait à maintenir et à « restaurer l’accès aux ressources pour la faune sauvage dans un corridor écologique reliant le “Kgalagadi Transfrontier Park” (KTP) et la “Central Kalahari Game Reserve” (CKGR) et d’y promouvoir un développement communautaire, basé sur l’utilisation durable des ressources naturelles, en particulier le tourisme. » (http://www.ffem.fr/jahia/webdav/site/ffem/shared/ELEMENTS_COMMUNS/U_ADMINISTRATEUR/3-PROJETS/fiches-communication/FFEM-CBW1000-Kgalagadi-Conservation-Corridor-Botswana.pdf)

Ce fonds français avait pour but de « contribuer à la fois à la préservation de l’environnement (conservation de grands espaces protégés) et au développement local économique et social des communautés villageoises » mais visiblement le gouvernement du Bostwana aurait décidé que les Bushmen ne feraient pas partie du paysage et encore moins des communautés villageoises, selon Survival. Aboule la faune et les touristes, exit les Bushmen ?  De plus, seuls les Bushmen seraient expulsés tandis que fermiers et colons pourraient garder l’usufruit de leurs terres. Que dit le ministère de tout ça ? Est-ce possible ?
Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : "La destruction des peuples indigènes au nom de la ‘conservation’ a des relents de colonialisme. Cela ne devrait plus être admis de nos jours et les écologistes soucieux de la place de l’homme dans son environnement devraient s’en indigner".
Ecologie ou Humanité, faut-il choisir ?

Source :
SURVIVAL INTERNATIONAL 24.05.2013
Expulsion imminente des Bushmen pour faire place à un corridor biologique
http://www.survivalfrance.org/actu/9257

Survival International a reçu des informations inquiétantes concernant l’expulsion imminente de plusieurs centaines de Bushmen du sud du Botswana pour faire place à un corridor biologique.

Le gouvernement local aurait annoncé à la communauté bushman de Ranyane que des camions arriveraient lundi prochain pour les expulser du territoire qu’ils habitent depuis des générations et que leurs maisons seraient détruites.

Le territoire de ces Bushmen se situe au cœur du projet d’un corridor biologique que l’organisation américaine Conservation International, dont l’un des membres du conseil d’administration est le président botswanais Ian Khama, et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) avaient préparé depuis de nombreuses années. Ce territoire qui se trouve entre la Réserve du Kalahari central (CKGR) et le Parc transfrontalier de Kgalagadi est également habité par des colons et des fermiers.

Survival International s’est adressée au président Khama, à Conservation International, à l’Ambassadeur français au Botswana et au FFEM pour leur exprimer sa vive opposition à l’expulsion planifiée de la communauté bushman.

Un Bushman a déclaré à Survival : ‘Nous appelons la communauté internationale à soutenir les Bushmen de Ranyane dans leur lutte pour leur droit à rester sur leur terre ancestrale. L’opinion publique internationale doit savoir que le gouvernement agit mal avec nous’.

 L'expulsion des peuples indigènes de leurs terres anéantit leurs moyens de subsistance et leur auto-suffisance et a des impacts dévastateurs sur leur santé.

Ce n’est pas la première fois que les Bushmen du Botswana sont la cible du gouvernement au nom de la conservation. Lors de trois évictions brutales, entre 1997 et 2005, des milliers de Bushmen ont été expulsés de la CKGR, soi-disant au nom de la conservation de la faune. Les Bushmen expulsés de leur territoire en 2002 avaient poursuivi le gouvernement botswanais en justice et, dans un verdict historique, la Haute Cour botswanaise avait statué en 2006 que leur expulsion était ‘illégale et anticonstitutionnelle’.

L’expulsion forcée des peuples indigènes de leurs terres ancestrales a des impacts dévastateurs sur leur santé et anéantit leurs moyens de subsistance et leur auto-suffisance. Dans les camps dits de ‘relocalisation’ au Botswana, les Bushmen évincés de leur terre dépendent entièrement des aides gouvernementales et souffrent fréquemment d’alcoolisme, de dépression et de bien d’autres maladies.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘La destruction des peuples indigènes au nom de la ‘conservation’ a des relents de colonialisme. Cela ne devrait plus être admis de nos jours et les écologistes soucieux de la place de l’homme dans son environnement devraient s’en indigner’.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.