Séparatisme... un mot longtemps oublié mais revisité et remis à la carte

Séparatisme... Soit... on prétend vouloir lutter contre le repli communautaire... Mais avant tout, y’a-t-il eu une lutte sincère contre ce qui pousse au repli ? Ou encore une volonté politique d’agir pour accorder les cœurs et les esprits ?

Séparatisme... un mot longtemps oublié mais revisité et remis à la carte…

Le séparatisme serait la « Volonté attribuée à un groupe humain, géographiquement localisé et possédant une homogénéité ethnique, linguistique ou religieuse réelle ou supposée et une tradition historique commune, de se détacher de l'État dont il fait partie pour constituer une entité politique autonome. », c’est du moins la définition politique de l’Encyclopédie Universalis de 1972.... 

Notre nouveau chef du gouvernement a expliqué il y’a quelques jours qu’un futur texte sur les séparatismes viserait à "éviter que certains groupes ne se referment autour d'appartenances ethniques ou religieuses".

Cela bien entendu dans la foulée des propos de notre président Emmanuel Macron, qui  en février affirmait qu’il «est possible de se sentir des identités multiples" à condition de "respecter les lois de la République" et l'appartenance à la nation. 

L’ancienne porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye répondait également lors d’une interview sur LCI « Il y a un certain nombre d'endroits dans notre pays où il y a du repli communautaire, une volonté de se séparer de ce que sont les valeurs et les lois de la République".

Soit... on prétend vouloir lutter contre le repli communautaire... mais avant tout, y’a t’il une lutte sincère contre ce qui pousse au repli ? Ou une volonté politique d’agir pour accorder les cœurs et les esprits ? 

Les discriminations (à l’emploi, à l’école, à l’entrée d’un restaurant...) la banalisation de propos racistes, islamophobes... leur normalisation dans le paysage médiatique... Un CSA trop laxiste... Des condamnations clémentes ou quasi inexistantes.... Voilà ce qui pousse certains « au repli communautaire ».

MAIS… otez-moi d’un doute… Avant de lutter CONTRE... a-t-on cherché à oeuvrer POUR... ?

Faire évoluer les mentalités... travailler sur l’identité pour RASSEMBLER et non diviser.

Il y a quelques jours, j’ai été refoulée d’un restaurant sous prétexte qu’il était « complet »... Les clients me succédant... (n’ayant aucune réservation) ont bien entendu... eux... reçu un accueil chaleureux et une jolie table mise à leur disposition... Ce n’était point de la paranoïa

La gorge nouée... je suis partagée à ce moment-là, entre faire un esclandre, médiatisée « l’affaire » ou rebroussée chemin et penser à une autre réponse.... Laquelle ? Je ne le savais pas.

J’ai opté pour la seconde mais en veillant de suite, à mettre les commentaires nécessaires sur les réseaux sociaux de cet établissement, et ce afin que d’autres futurs clients sachent où ils mettraient les pieds...

Je me refusais à tenir un discours de victimisation, car ce n’était ni la première ni la dernière… et pourtant on ne s’y fait jamais.

Alors oui, à la seconde, la minute, l’heure qui suivent, nous avons envie de nous replier sur nous-mêmes Mr le Président, Mr le Premier Ministre, nous avons envie de nous retrouver avec ceux qui « nous ressemblent », avec ce dénominateur commun auquel nous avons été réduit un instant...

Ce sentiment est humain, il émane du cœur et de l’esprit de celui qui a « subi » une discrimination ethnique, religieuse ou autre.

Suis-je devenue une séparatiste un instant ?

Ou le serais-je si je décide d’instrumentaliser ce sentiment pour en faire l’étendard d’une lutte ?

L’exprimer, l’exposer ici en est peut-être le début pour vous ?  

Pourtant si je me détache de certaines de vos ambitions politiques, je ne me détache ni de ma patrie ni de l’Etat, je ne suis point séparatiste juste réaliste.

Lutter contre le séparatisme n’est que diversion, c’est ce qui provoque les divisions et sème la rancœur et la haine dans les cœurs qu’il faut cibler.

Il y’a quelques années, lors du débat sur l’identité nationale, en bon petit soldat de l’éducation nationale, mais curieuse de connaître les opinions de mes élèves, je décidais d’instaurer une table ronde autour de cette thématique.

Qu’elle a été, non pas ma surprise, mais ma tristesse, lorsqu’une élève prit la parole pour tenir les propos suivants : «  je veux me sentir française mais on ne me laisse pas l’être ou le ressentir ».

Je la comprenais… comme elle, j’ai été à l’école de la République, j’ai reçu une éducation exemplaire durant laquelle mes parents me rappelaient que je devais trouver ma place dans cette société en tant que française musulmane, fille d’immigrés marocains.

J’ai grandi et joué avec des camarades de toutes confessions, de toutes origines.

J’ai étudié, exercé, je me suis intégrée, assimilée (nommez cela comme vous le voulez) bien que tout au long de ce parcourscertains tenteront de me désintégrer, me décourager, me voir... m’effacer, renier ce que je suis ou encore même me replier... 

À l’aube de mes 40 ans, où je tente de contribuer au quotidien à l’éducation de la jeunesse de ma patrie, en une prise de conscience à assumer ses identités multiples, je ne peux me résigner à entendre un discours politique qui continue à tourner autour du pot.

Vous n’êtes point aveugle, ni sourd, vous êtes doués d’intelligence mais semblez confortés dans ce choix de la facilité...

Garder un bouc-émissaire en « isme » et ajourner ou simplement ignorer les plans d’actions qui résoudraient les vrais problèmes que chaque français rencontre au quotidien. 

Oui, il est possible de vivre avec ses identités multiples et pour cela il faut l’enseigner à nos enfants, car le poids de notre Histoire doit être assumé, le présent doit nous responsabiliser et le futur être observé à travers le regard de ceux-là même qui vont le porter et en être les acteurs.

Refusons que nos enfants soient la génération de « la lutte contre », aspirons et construisons AVEC EUX pour qu’ils soient la génération « La réflexion et l’action pour ».

C’est en cela, Mr le Président que nos énergies respectives doivent servir, l’avenir de notre pays c’est eux, regardez-les... leurs identités sont multiples, ils doivent en être fiers.

Nous sommes, nombreux, simples citoyens à nous investir au quotidien  pour eux, à AGIR POUR ... Nous avons choisi de tisser des liens forts avec ceux qui seront les bâtisseurs de demain pour qu’ils tissent eux-mêmes,  dès le plus jeune âge des liens forts avec leur pays.

Enfants de la patrie, un peu d’ici et d’ailleurs, ils sont contributeurs de la Nation car le temps de l’observation, l’acceptation et la résignation est révolu. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.