Carnet de confinent - Jour 30 : Le blanc qui reste sur le papier

J'aime la brièveté poétique, l'élan, le message qui s'inscrit durablement dans nos mémoires. J'admire le talent de la traduction juste et précise des sentiments. La musique des paroles humbles et sincères.

Sur le bateau Marseille Porto Vecchio © Samia D. Sur le bateau Marseille Porto Vecchio © Samia D.
Jour 30 : c'est un cap mais nous n'avons pas atteint la péninsule, c'est simplement un joli chiffre rond, 30 jours. Trente jours dans une vie, autant de jours inutiles et précieux. Dans le ciel au-dessus de ma terrasse, trois immeubles aux mille yeux sont suspendus aux nuages. Un œil en particulier m'intrigue et m'observe, un œil rouge. Et si nous dédramatisions l'écriture ? Si nous cessions de planter des clous et que nous parvenions, par la grâce, à faire vivre l'espace blanc du papier où danseraient quelques traces écrites ...

 

"Le poème n'est point fait de ces lettres que je plante comme des clous,

mais du blanc qui reste sur le papier"

Paul Claudel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.