Samir BENBOUALIA
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2012

Samir BENBOUALIA
Abonné·e de Mediapart

Les éthylotests au cœur d'une combine ?

Samir BENBOUALIA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le lobbying dans les couloirs de l'assemblée ca marche bien. Fabricant d'ethylotest, le gars à réussit à faire passer une loi + faire partis du comité de norme NF... Et tout le monde devra s'équiper pour le plus grand bonheur de son chiffre d'affaire. Bravo M. Orgeval... (de Sabrina Ait -Matouk)

Le président de l'association à l'origine du décret est aussi un salarié de l'entreprise qui les fabrique !

L’éthylotest, l'accessoire indispensable de notre été est le jackpot commercial de l'année. Rendu obligatoire par un décret, il devra garnir, dès dimanche, toutes les boîtes à gants de l'Hexagone. Une PME de l'Hérault, Contralco, jubile.

Déjà leader mondial de ces ballons gonflables, Contralco devrait aussi devenir le fournisseur quasi exclusif des 46 millions d'automobilistes français. Au bord de la faillite voici à peine quelques saisons, l'entreprise familiale a depuis embauché à tour de bras pour satisfaire une demande désormais estimée à 5 millions d'éthylotests par mois. « 174 personnes travaillent chez nous, soit une grosse centaine de plus que l'an dernier », se réjouit Guillaume Neau, le responsable marketing de la société.

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes économiques si l'un de ses salariés n'était pas curieusement le président d'I-Test, l'association à l'origine du décret arraché au gouvernement Fillon. Créée il y a moins d'un an (le 26 juin 2011) par un certain Daniel Orgeval, cette petite structure a su convaincre très rapidement l'État de l'intérêt supérieur de sa démarche.

Le marché est juteux

De là à hurler au conflit d'intérêts, il n'y a qu'un pas que la Ligue de défense des conducteurs (LDC) n'a évidemment pas hésité à franchir. « C'est un scandale », assure sa secrétaire générale, Christiane Bayard. D’autant que le décret comporte une obligation de norme NF ... norme que cette entreprise est la seule à avoir !

Dominique Bussereau, ancien ministre des transport, trouve «  choquant que le président de l'association en faveur des éthylotests soit également employé de l'entreprise qui les fabrique. De toute façon, dit il, la vraie solution serait d'équiper en série les véhicules. Hélas, le conservatisme et la paresse intellectuelle des constructeurs automobiles pesaient lourds alors que je cherchais à les convaincre. »

Pigeons ou pas, petits Français, n’oubliez pas de garnir votre boite à gants… il serait bon aussi de vous équiper d’un climatiseur, car il parait que l’éthylotest et sa chimie ne supportent ni le chaud de l’été, ni le froid de l’hiver…..

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart