Bucarest, le test du Parti Socialiste Européen

 Les 28 et 29 septembre 2012, le Parti Socialiste Européen (PSE) tient son congrès à Bucarest. Mais après le référendum sur la destitution du Président de la République de la Roumanie, la Cour constitutionnelle a reporté de six semaines l'examen de la validité du scrutin. Les socialistes des 27 pays de l’UE ont pourtant besoin que l’ordre règne à nouveau à Bucarest. Full text in English: Bucharest, a test for the Party of European Socialists (PES)Romana: Bucureşti, testul Partidului Socialist European (PSE)

PES_Congress_Bucharest_2012_detail.png Les 28 et 29 septembre 2012, le Parti Socialiste Européen (PSE) tient son congrès à Bucarest. Mais après le référendum sur la destitution du Président de la République de la Roumanie, la Cour constitutionnelle a reporté de six semaines l'examen de la validité du scrutin. Les socialistes des 27 pays de l’UE ont pourtant besoin que l’ordre règne à nouveau à Bucarest. 

Full text in English: Bucharest, a test for the Party of European Socialists (PES)

Romana: Bucureşti, testul Partidului Socialist European (PSE)

A Bucarest, les résultats du référendum du 29 juillet 2012 sur la destitution du Président de la République sont en suspens du fait de l’abstention qui fait suite à l’appel au boycott lancé par le centre droit, mais aussi de la contestation des listes électorales par les sociaux démocrates et les libéraux. La Cour constitutionnelle a demandé le 1er août un premier délai pour examiner les différentes contestations et les doutes exprimés par le Ministère de l’Intérieur sur la fiabilité des listes électorales. Le lendemain, elle a refusé de se prononcer avant la vérification complète des listes électorales en repoussant sa décision au 12 septembre prochain. Mais hier, le 3 août, la Cour constitutionnelle a finalement décidé d’avancer sa décision au 31 août 2012. Pourquoi ces hésitations et ces changements de calendrier ?

Les 28 et 29 septembre 2012, le Parti Socialiste Européen (PSE) tient son congrès à Bucarest. Ces congrès sont organisés tous les deux ans et demi, une fois l’année des élections européennes et une fois à mi-mandat. Le congrès de Bucarest en septembre prochain est destiné à choisir un nouveau leader et à préparer les élections de 2014. Ce congrès doit également adopter un processus que les socialistes présentent comme plus démocratique et transparent pour choisir leur candidat à la Présidence de la Commission européenne en 2014. Les socialistes espèrent pouvoir prendre la succession de Barroso en bénéficiant de l’échec des droites européennes à sortir l’Europe de la crise.

Il est capital pour les socialistes de tous les pays que le congrès de Bucarest soit un franc succès.

Les socialistes européens ont besoin que l’ordre règne à Bucarest tout en parlant d'une ethique irréprochable. Il est important que le Parti Social Démocrate du pays hôte ne perde ni le pouvoir ni la face à la veille du congrès. Les socialistes européens ont donc besoin que la Cour constitutionnelle roumaine parvienne à écarter tout doute sur la régularité du scrutin tout en arrivant à valider la destitution du Président de la République de centre droit alors que la participation au scrutin n’a pas été suffisante.

Le PSE a également besoin que l’ancien Premier Ministre, Adrian Nastase, condamné le 18 juin dernier à deux ans de prison pour corruption ne se mette pas à semer le trouble à la veille du congrès. Depuis sa prison, l’ancien Premier Ministre continue à commenter l’actualité politique sur son blog. Il semble indispensable aux socialistes européens qu’Adrian Nastase soit gracié avant l’ouverture du congrès de Bucarest. Le Président de la République destitué, Traian Basescu, n’était sûrement pas disposé à gracier son némésis qu’il a battu aux élections présidentielles de 2004.

Pourtant, cette destitution, cette mise en cause du scrutin et cette possible grâce, détournent les socialistes de la crise sévère qu'affronte la Roumanie. Le PSE est focalisé sur la réussite de son congrès, quitte à laisser la Roumanie sombrer vingt ans en arrière.

Il s’agit d’un véritable test pour le PSE qui se lance dans une campagne pour prendre la Commission européenne et s’assurer la majorité au Parlement européen : face à la crise, les socialistes européens préfèrent-ils le changement des listes électorales ou bien le changement de politique économique ? 


English version: Bucharest, a test for the Party of European Socialists (PES)

Versiunea in limba Romana: Bucureşti, testul Partidului Socialist European (PSE)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.