SamuelR
Géographe
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2012

Bucarest, le test du Parti Socialiste Européen

 Les 28 et 29 septembre 2012, le Parti Socialiste Européen (PSE) tient son congrès à Bucarest. Mais après le référendum sur la destitution du Président de la République de la Roumanie, la Cour constitutionnelle a reporté de six semaines l'examen de la validité du scrutin. Les socialistes des 27 pays de l’UE ont pourtant besoin que l’ordre règne à nouveau à Bucarest. Full text in English: Bucharest, a test for the Party of European Socialists (PES)Romana: Bucureşti, testul Partidului Socialist European (PSE)

SamuelR
Géographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les 28 et 29 septembre 2012, le Parti Socialiste Européen (PSE) tient son congrès à Bucarest. Mais après le référendum sur la destitution du Président de la République de la Roumanie, la Cour constitutionnelle a reporté de six semaines l'examen de la validité du scrutin. Les socialistes des 27 pays de l’UE ont pourtant besoin que l’ordre règne à nouveau à Bucarest. 

Full text in English: Bucharest, a test for the Party of European Socialists (PES)

Romana: Bucureşti, testul Partidului Socialist European (PSE)

A Bucarest, les résultats du référendum du 29 juillet 2012 sur la destitution du Président de la République sont en suspens du fait de l’abstention qui fait suite à l’appel au boycott lancé par le centre droit, mais aussi de la contestation des listes électorales par les sociaux démocrates et les libéraux. La Cour constitutionnelle a demandé le 1er août un premier délai pour examiner les différentes contestations et les doutes exprimés par le Ministère de l’Intérieur sur la fiabilité des listes électorales. Le lendemain, elle a refusé de se prononcer avant la vérification complète des listes électorales en repoussant sa décision au 12 septembre prochain. Mais hier, le 3 août, la Cour constitutionnelle a finalement décidé d’avancer sa décision au 31 août 2012. Pourquoi ces hésitations et ces changements de calendrier ?

Les 28 et 29 septembre 2012, le Parti Socialiste Européen (PSE) tient son congrès à Bucarest. Ces congrès sont organisés tous les deux ans et demi, une fois l’année des élections européennes et une fois à mi-mandat. Le congrès de Bucarest en septembre prochain est destiné à choisir un nouveau leader et à préparer les élections de 2014. Ce congrès doit également adopter un processus que les socialistes présentent comme plus démocratique et transparent pour choisir leur candidat à la Présidence de la Commission européenne en 2014. Les socialistes espèrent pouvoir prendre la succession de Barroso en bénéficiant de l’échec des droites européennes à sortir l’Europe de la crise.

Il est capital pour les socialistes de tous les pays que le congrès de Bucarest soit un franc succès.

Les socialistes européens ont besoin que l’ordre règne à Bucarest tout en parlant d'une ethique irréprochable. Il est important que le Parti Social Démocrate du pays hôte ne perde ni le pouvoir ni la face à la veille du congrès. Les socialistes européens ont donc besoin que la Cour constitutionnelle roumaine parvienne à écarter tout doute sur la régularité du scrutin tout en arrivant à valider la destitution du Président de la République de centre droit alors que la participation au scrutin n’a pas été suffisante.

Le PSE a également besoin que l’ancien Premier Ministre, Adrian Nastase, condamné le 18 juin dernier à deux ans de prison pour corruption ne se mette pas à semer le trouble à la veille du congrès. Depuis sa prison, l’ancien Premier Ministre continue à commenter l’actualité politique sur son blog. Il semble indispensable aux socialistes européens qu’Adrian Nastase soit gracié avant l’ouverture du congrès de Bucarest. Le Président de la République destitué, Traian Basescu, n’était sûrement pas disposé à gracier son némésis qu’il a battu aux élections présidentielles de 2004.

Pourtant, cette destitution, cette mise en cause du scrutin et cette possible grâce, détournent les socialistes de la crise sévère qu'affronte la Roumanie. Le PSE est focalisé sur la réussite de son congrès, quitte à laisser la Roumanie sombrer vingt ans en arrière.

Il s’agit d’un véritable test pour le PSE qui se lance dans une campagne pour prendre la Commission européenne et s’assurer la majorité au Parlement européen : face à la crise, les socialistes européens préfèrent-ils le changement des listes électorales ou bien le changement de politique économique ? 

English version: Bucharest, a test for the Party of European Socialists (PES)

Versiunea in limba Romana: Bucureşti, testul Partidului Socialist European (PSE)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky