SamuelR
Géographe
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2012

Bucarest, victime collatérale de la bataille pour l’Europe de 2014

 C’est à Bucarest que le PPE et le PSE ont chacun décidé de lancer leur campagne pour les élections européennes de 2014. Les deux principaux partis européens se lancent dans la bataille pour le contrôle du Parlement européen et de la Commission européenne. Mais pourquoi avoir choisi Bucarest comme terrain d’affrontement ?Full text in English: Bucharest, a collateral victim in the 2014 battle for Europe

SamuelR
Géographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est à Bucarest que le PPE et le PSE ont chacun décidé de lancer leur campagne pour les élections européennes de 2014. Les deux principaux partis européens se lancent dans la bataille pour le contrôle du Parlement européen et de la Commission européenne. Mais pourquoi avoir choisi Bucarest comme terrain d’affrontement ?

Full text in English: Bucharest, a collateral victim in the 2014 battle for Europe

Le Parti Populaire Européen (PPE) organise à Bucarest son grand Congrès 2012 les 17 et 18 octobre prochains. C’est aussi à Bucarest que le Parti Socialiste Européen (PSE) fait son Congrès 2012, les 28 et 29 septembre prochains. Les deux principaux partis européens doivent présenter lors de leurs congrès leur vision pour l’Europe de 2014 et se prononcer sur la façon de désigner leur candidat à la succession de José Manuel Barroso qui terminera son deuxième mandat. 

PPE vs. PSE, le choc des titans

Ce sera le coup d’envoi pour la campagne des élections européennes de 2014, avec l’immense espoir pour le PSE de parvenir, enfin, à imposer une alternance politique à Bruxelles. 

Le PPE avait annoncé son choix d’organiser son Congrès 2012 à Bucarest à la fin de son Ecole d’été, qui se tenait déjà en Roumanie, le 24 septembre 2011. Le PPE avait choisi l’année dernière d’apporter son soutien à la droite roumaine en difficulté juste avant les élections législatives de novembre 2012. Le PSE a annoncé à la fin de son Conseil, organisé à Bruxelles le 24 novembre 2011, qu’il choisissait lui aussi de faire son Congrès 2012 à Bucarest, 3 semaines avant le Congrès du PPE. Les socialistes européens semblent donc avoir voulu défier le PPE aujourd’hui majoritaire en faisant de Bucarest le premier terrain d’affrontement pour l’Europe de 2014.

Depuis ce choix, la dynamique semble assez favorable aux sociaux démocrates en Europe, malgré leurs récentes défaites en Espagne, en Finlande, en Hongrie et en Grèce : la droite européenne a été sanctionnée pour sa gestion de la crise en Allemagne, en France, au Royaume Uni et en Roumanie. En Roumanie, après les protestations violentes contre la politique d’austérité, les sociaux démocrates se sont alliés aux nationalistes libéraux et ont largement remporté les élections municipales et locales de juin dernier. Mais « l’Union Sociale Libérale » n’est pas parvenue à s’accorder sur un programme de gouvernement, ni sur la relance, ni sur le social, ni sur la fiscalité et le Premier Ministre (affilié au PSE) a tenté de rendre le Président de la République (affilié au PPE) seul et unique responsable de leurs difficultés d’action. Puis ils ont brûlé les étapes pour le démettre.

Le PSE semble donc arriver en force à cette bataille des congrès qui se prépare à Bucarest. Pourtant, la condamnation à deux ans de prison ferme pour corruption de l’ancien Premier Ministre social démocrate roumain, qui continue à commenter l’actualité politique sur son blog, la remise en cause des listes électorales qui ont permis la victoire de juin en Roumanie, et l’impossibilité d’établir les résultats du référendum de juillet dernier montrent que Bucarest est sans doute un terrain miné pour le PSE. La Roumanie préfigure-t-elle le changement que les sociaux démocrates vont proposer pour l’Europe de 2014 ?

PPE : 2 vs. PSE : 3 vs. Bucarest : 0

Le PPE a gagné un premier point en choisissant le terrain de la bataille pour l’Europe de 2014. Puis un second, parce que les sociaux démocrates roumains ont montré qu’ils sont incapables de gouverner et qu’un piège semble se refermer à Bucarest sur le PSE. De leur côté, le PSE arrive avec trois points du fait de la dynamique qui est favorable aux socialistes au moins en France, en Allemagne et en Roumanie. 

Mais pour l’instant, les grands perdants de ce match des titans où tous les coups semblent permis pour prendre Bucarest avant la date des congrès, ce sont les Roumains. Les sociaux démocrates ont été incapables de proposer une nouvelle politique économique et leur entêtement à détrôner à tout prix le Président de la République affilié au PPE avant les congrès aggrave la plongée Bucarest dans la crise. Le choix du PPE et du PSE de lancer leur affrontement à Bucarest est donc en train de plonger un nouveau pays européen dans le précipice. C’est ce que révèlent les attaques spéculatives contre la monnaie locale (leu) après le refus de la Cour constitutionnelle roumaine de se prononcer sur les résultats du référendum. De plus, l’UE et le FMI attendent de savoir qui est désormais le chef de l’Etat avant d’accorder de nouveaux fonds à la Roumanie.

Gouffre financier, attaques spéculatives, pressions sur la justice et élections sans résultats, est-ce vraiment cela que le PPE et le PSE veulent nous proposer pour l’Europe de 2014 ?

English version: Bucharest, a collateral victim in the 2014 battle for Europe

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch