ODE A LAMPEDUSA

Il a débarqué sur ce gris  rocher escarpé Les yeux sombres, tristes, noircis et cernés de regret. En mémoire, la blancheur de son beau Ténéré Dans sa poche une poignée de sable dérobé Sur sa main, encore quelques traces de henné. ...

Adieu chants lancinants du muezzin Adieu mon  jasmin, mes hirondelles du matin Adieu mes  palmiers, ma djellaba de beau lin Bonjour les étranges regards de dédain Adieu les sourires promis du destin

Étrangers sentant bon la fleur d’oranger Il rêvait si fort d'un  Statut de  liberté Il laissé son lointain pays des tropiques Pour vivre désormais sur le périphérique Dans l’angoisse, la peur d’un contrôle de flic

Adieu les chants lancinants du muezzin Adieu mon jasmin, mes hirondelles du matin Adieu  mes palmiers ma djellaba de lin Bonjour les étranges regards de dédain Et adieu les sourires promis du destin

Tout seul à présent, il se débrouille comme il peut Un morceau de carton en duvet quand il pleut La chaleur d’un resto du coeur  les jours heureux Une fois par mois à la cabine téléphonique La joie au coeur, il trépigne pour appeler l’Afrique

Adieu le beaux chants lancinants du muezzin Adieu mon jasmin, mes hirondelles du matin Adieu mes palmiers ma djellaba de beau lin Bonjour les étranges regards de dédain Adieu les sourires promis du destin

Allo maman,je t'assure ici tout va bien Oui maman, je dors bien et mange à ma faim Dis bien à mes frères combien ici tout est beau Il y a plein de travail et un joli métro Je reviendrai bientôt avec plein de cadeaux

  Adieu les beaux chants lancinants du muezzin Adieu mon jasmin, mes hirondelles du matin Adieu mes palmiers ma djellaba de lin Bonjour les étranges regards de dédain Adieu les sourires promis du destin

Un  premier mai ensoleillé rue d' Rivoli Joli brin de muguet à une fille, il offrit Crânes rasés,  bombeurs, chaînes et batte de base ball Imbibés de bêtises le frappèrent au sol Et firent taire à jamais ce nomade si frivole

Adieu les beaux chants lancinants du muezzin Adieu mon jasmin, mes hirondelles du matin Adieu mes palmiers ma douce djellaba de lin Bonjour les étranges regards de dédain Adieu les sourires promis du destin

 

 

 

 

  •  

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.