Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Quel que soit le bien fondé de votre proposition d’interner tous les individus fichés « S », je la crains irréalisable. Aussi je vous fais la proposition suivante qui me semble bien plus efficace.

Monsieur le Président,

Quel que soit le bien fondé de votre proposition d’interner tous les individus fichés « S », je la crains irréalisable. Pour deux raisons au moins :

1- Les « droits-de-l’hommistes » du Conseil d’État jugeront que la privation de liberté sans jugement formel est inconstitutionnelle,

2- Mais surtout le coût d’une telle mesure (quelques centaines de millions d’euros) nécessaire à l’hébergement, la nourriture (même spartiate) et le gardiennage de quelques milliers de suspects (souvent étrangers) apparaîtrait exorbitant à nos concitoyens français déjà bien démunis dans leur vie quotidienne. 

Aussi je vous fais la proposition suivante qui me semble bien plus efficace. 

1- On munira tous les fichés « S » d’une petite marque  jaune avec la lettre « S » bien visible qu’ils devront coudre sur leur vêtements.

2- Ces individus devront voyager dans le dernier wagon du métro et seront interdits dans  les jardins publics, stades et lieux de spectacle.

3- Certaines professions leur seront fermées, comme celles d’enseignants, d’imams , de services de sécurité. 

Ces mesures de coût nul visent à faire participer toute la société à sa propre sécurité : qui viendra s’asseoir en train ou au café à côté d’un individu marqué « S » ?

On verra bien sûr encore les « droits-de-l’hommistes » hurler que ces propositions en rappellent d’autres. Mais qu’avons-nous à craindre : si les mesures prises pour contrer la main mise juive sur la société française n’ont pas suscité un tel tollé, celles que je propose destinées à contrer l’influence islamique en susciteront encore moins.

Recevez, Monsieur le Président...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.