Sandrine Murcia
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2010

Sandrine Murcia
Abonné·e de Mediapart

10.000 signatures pour la libération d'Hossein Derakhshan

Un communiqué d'Internet sans frontières pour la libération du blogueur détenu en Iran et condamné à 19,5 ans de prison.

Sandrine Murcia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un communiqué d'Internet sans frontières pour la libération du blogueur détenu en Iran et condamné à 19,5 ans de prison.

«Alors que le cap des 10 000 signatures vient d'être franchi ce week-end pour la pétition en faveur de la libération d'Hossein Derakhshan, blogueur et journaliste, détenu à la prison de Evin, à Téhéran, en Iran depuis près de deux ans, Internet Sans Frontières, association oeuvrant pour la promotion de la liberté d'expression sur Internet, invite les gouvernements et les citoyens du monde entier à continuer à se mobiliser sans relâche pour faire entendre leur voix en faveur de sa remise en liberté.
L'appel à la mobilisation internationale a été lancé le 22 septembre (...) alors que la peine de mort venait d'être requise à l'encontre d'Hossein Derakhshan, accusé de collaboration avec des gouvernements hostiles au régime, d'actes de propagande à l‘encontre des intérêts de la République Islamique, d'insultes aux symboles religieux. Le 28 septembre, il a finalement été condamné à 19,5 ans de prison par une cour du tribunal révolutionnaire de Téhéran.
De nombreuses personnalités, en France et à l'étranger, se sont exprimées publiquement pour dénoncer fortement cette condamnation sans précédent, apportant ainsi leur voix aux côtés des citoyens et associations de défenses des droits de l'homme..
Ainsi, en France, dès le 23 septembre le Maire de Paris Bertrand Delanoé, "appelle solennellement les autorités judiciaires de Téhéran à ne pas condamner Hossein Derakhshan. Et invite à la mobilisation de toutes les énergies, pour sauver cette vie d'honneur, de courage et de dignité."
Le Quai d'Orsay en France le 28 septembre s'est déclaré pleinement concerné par ce combat pour la libération d'Hossein, sur le site du Ministère des Affaires Etrangères. "La France est très attachée à la défense des droits de l'Homme, et opposée à la peine de mort en toutes circonstances.
Elle condamne vivement la dégradation continue de la situation de la liberté d'information et d'expression en Iran, dont le cas d'Hossein Derakhshan est une nouvelle illustration."
Au Canada, le 29 septembre, le Ministre des Affaires Etrangères Lawrence Cannon, considère que "la sentence est absolument inacceptable et injustifiable. L'Iran doit le libérer ainsi que tous les prisonniers ayant la double nationalité irano-canadienne, injustement déténus."
En Angleterre, le 29 septembre, le ministre de l'Europe, David Lidington, s'exprime dans une vidéo publiée sur le site du gouvernement en faveur de la libération d'Hossein, considérant que "sa condamnation est une insulte aux valeurs de millions de citoyens iraniens"
En Allemagne, le 30 septembre, le Commissaire aux Droits de l'Homme du Gouvernement Fédéral Markus Loning "demande au gouvernement iranien de respecter ses obligations internationales, en particulier la mise en oeuvre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et à oeuvrer à la libération immédiate d'Hossein Derakhshan."
La pétition lancée et hébergée par Internet Sans Frontières, et soutenue par Reporters Sans Frontières et Amnesty International, a été relayée rapidement grâce aux réseaux sociaux, Facebook et Twitter, et a été signée à ce jour par plus de 10 800 personnes.
Parmi les signataires, on note, à titre indicatif, les personnalités suivantes : Jean-Paul Huchon, Président Région Ile-de-France, Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, Nathalie Kosziusco-Morizet, Secrétaire d'état au numérique, Matthieu Amaré, journaliste, Marie-Laure Augry, journaliste, Anne Dejean, Directrice de recherche à l'Inserm, Anne Le Fur, Rédactrice en chef de la revue Politique Internationale, Jean-Claude Barbier, Sociologue, Directeur de recherche à l'Inserm, Christophe Girard, Adjoint au maire de Paris chargé de la culture, Lyne Cohen-Solal, adjointe au Maire de Paris chargé du commerce, Juliette Binoche, actrice etc...
Le groupe de soutien sur Facebook "Free Hossein Derakhshan/Libérez Hossein Derakhshan" a été rejoint en quelques jours par plus de 3 000 citoyens du monde entier vivant en France, au Guatemala, en Chine, au Canada, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en Argentine, etc...
Internet Sans Frontières demande la relaxe immédiate d'Hossein Derakhshan et appelle à maintenir la mobilisation internationale pour ce dernier. Vous pouvez continuer à signer et relayer la pétition, qui est désormais disponible en anglais, en français et en persan. L'exécution de cette sentence signifierait qu'Hossein Derakhshan, emprisonné depuis 2 ans ne recouvrerait la liberté qu'à 55 ans.
Ceci n'est pas acceptable, Hossein Derakhshan n'ayant commis aucun crime.
Pour soutenir Hossein Derakhshan :
Groupe sur Facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=37459792838&v=info&ref=ts
Pétition :
http://freetheblogfather.org/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel