NDDL Une résistance contemporaine a réussi. Une victoire contre la résignation

Je m'étais dit que lorsque ce serait abandonné je ne dirais rien pour ne pas attiser la déception et donc la fierté et la colère des pro NDDL. Que ma responsabilité s'arrêtait là. Expliquer toujours et encore, dégonfler les caricatures, raconter les manif bon enfant (par quelqu'un qui y était), rappeler les chiffres, le bon sens, l'intérêt général tout ça. Mais la responsabilité ne s'arrête pas là

capture-d-e-cran-2018-01-17-a-16-58-49

Je m'étais dit que lorsque ce serait abandonné je ne dirais rien pour ne pas attiser la déception et donc la fierté et la colère des pro NDDL. Que ma responsabilité s'arrêtait là. Expliquer toujours et encore, dégonfler les caricatures, raconter les manif bon enfant (par quelqu'un qui y était), rappeler les chiffres, le bon sens, l'intérêt général tout ça. Mais la responsabilité ne s'arrête pas là. Elle est faite aussi de reconnaissance et de célébration. C'est une telle joie. Non pas d'avoir gagné. Je m'en serais passé de cette bataille, de ce temps perdu, de ces noms d'oiseaux qu'on a tous reçus, de ces débats teintés de mépris et de haine, de ces blacklists dans le milieu nantais.

Si j'ai envie de parler c'est pour remercier le courage de cette décision, malgré l'appel à la peur, à la violence et à la désinformation. Merci à ceux qui l'ont prise. Malgré la tactique "zone de non-droit", on bombe le torse, on va vous défendre braves gens. C'est une joie pour tous ces hommes, ces femmes, qui ont résisté dès la première heure, pour ces agriculteurs qui sont là depuis 46 ans pour certains, leur vie y est passé, pestiférés, et pour ceux qui les ont rejoints pour expérimenter une autre vie. Pour tous ceux qui n'ont rien lâché ... qui n'ont rien lâché pour leur terre, leur vision de la vie et pour nous... Reconnaissance éternelle.

Ma joie va à nos enfants, aux zones humides, aux animaux, au bon sens retrouvé. À l'argent non gaspillé, aux arbres non arrachés, aux terres non stérilisées.

Et elle va plus particulièrement à mes filles. Elles viennent d'apprendre qu'on ne se résigne pas quand on pense être dans le juste, quand on défend son cadre de vie, la nature, ses convictions, quand on défend l'humanité, la beauté. Qu'on peut gagner ! Malgré les pressions, malgré l'opprobre de la majorité que l'on vient "déranger" (ce qui n'est pas notre but évidemment). Elles viennent d'apprendre que des citoyens désobéissants pour une juste cause, minoritaires dans leur époque, peuvent à force de détermination et d'argumentation montrer la voie qui sera une évidence demain. Lire Luther King c'est bien, l'apprendre dans la vraie vie, dans le feu de l'époque, c'est imparable.

C'est une victoire sur le sentiment d'impuissance et la résignation, une victoire pour l'implication et le pouvoir citoyen. Je me rappelle de tous ces gens venus du monde entier pour la marche pour le climat à la COP21 et qui me parlaient de NDDL dans des langues différentes. Cela m'avait abasourdie: ils savaient... ils s'en préoccupaient... Je m'étais rendu compte à quel point nous étions liés par la même énergie et les mêmes exigences, dispersés mais liés. C'est donc un signe envoyé à tous ceux qui défendent un autre monde. Aujourd'hui le sentiment d'impuissance en a pris un coup partout dans le monde et l'espoir citoyen s'est renforcé.

Et la responsabilité ne s'arrête pas là. Il nous reste à protéger les vies humaines. À ce que la fierté blessée ne se transforme pas en démonstration de force. Ceux qui brandissaient la violence comme argument pour discréditer l'opposition, il me semble qu'aujourd'hui ceux-là sont en train de l'attiser. L'Histoire saluera l'abandon de NDDL, cela ne fait aucun doute ... Ne laissons pas entrer dans les livres d'Histoire d'autres noms après celui de Rémi Fraisse et celui de Malik Oussékine. La violence et la répression sont inutiles. Elles sont même contre-productives. S'il y a des casseurs ils ne seront là que tant qu'ils auront une occasion de s'affronter à la police. S'ils n'en ont pas ils partiront. Laissons tout cela se démêler naturellement. Avec du temps, de la concertation, elle est déjà en cours, et avec une curiosité bienveillante.

Le conflit NDDL est réglé, n'entamons pas un conflit ZAD...

Redécouvrons cette zone à défendre, débarassés du contexte, il y a des vidéos, des émissions, des articles qui enfin démystifient cette histoire et racontent cet incroyable laboratoire. Même si tout n'est pas parfait (mais notre système l'est-il ?) ce sont de belles idées, des expérimentations pour un autre monde, de nouvelles organisations. Là bas on tente des choses, on les vit. Tout le monde ne peut pas vivre sur la ZAD, et tout le monde n'a pas le tempérament d'expérimenter une vie différente, en marge, ni même l'envie. À chacun son endroit. Mais on devrait tous pouvoir manifester une curiosité bienveillante.

NDDL était un symbole de piétinement des générations futures, un de ces éléphants blancs connus de par le monde, les Grands Projets Inutiles Imposés. Demain NDDL pourrait signifier autre chose. Sortons-en par le haut. Par l'apaisement, par la construction. Par l'utopie

#peace #cestvraimentunesacreebonnenouvelle #next

Sandrine Roudaut, maman, engagée pour la préservation des écosytèmes de Notre Dame des Landes depuis plusieurs années, Nantaise, vivant sous la trajectoire d’atterrissage de l’aéroport actuel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.