Viens à la préfecture, la police t'attend.

Dimanche, Mr Besson s'est dit pour le droit de vote des étrangers en situations régulières, pris au mot par le PS, qui a déposé une proposition de loi mardi allant dans ce sens. Seulement la majorité parlementaire est bien mal à l'aise car dans les rangs du gouvernement, tout le monde s'oppose à cette réforme. Disparitions n'est pas étonné, au vu de la façon dont on traite les immigrés irréguliers, que ceux qui ont leurs papiers ne soient pas traités d'égal à égal avec les autres citoyens de ce pays. Voici un nouveau témoignage pour rappeler la triste réalité de la France actuelle :

Dimanche, Mr Besson s'est dit pour le droit de vote des étrangers en situations régulières, pris au mot par le PS, qui a déposé une proposition de loi mardi allant dans ce sens. Seulement la majorité parlementaire est bien mal à l'aise car dans les rangs du gouvernement, tout le monde s'oppose à cette réforme. Disparitions n'est pas étonné, au vu de la façon dont on traite les immigrés irréguliers, que ceux qui ont leurs papiers ne soient pas traités d'égal à égal avec les autres citoyens de ce pays. Voici un nouveau témoignage pour rappeler la triste réalité de la France actuelle :

Amor, tunisien, vit avec Claire, française, depuis 2006. Le couple s'est marié en août 2008. Claire a trois petites filles dont le père est absent. Amor assume depuis plus de deux ans le rôle de père auprès de ces enfants. Amor n'a plus d'attaches familiales en Tunisie, l'ensemble de sa famille, qui possède la nationalité allemande, vit en Allemagne.

Le 24 septembre dernier Amor et Claire se sont rendus en préfecture. Amor souhaitait obtenir la régularisation de sa situation administrative. Sans avoir pu déposer son dossier, il a été interpellé au guichet puis conduit au centre de rétention pour être expulsé. Le 27 septembre, Amor a été libéré et assigné à résidence par le juge des Libertés. Mais son expulsion, toujours en vigueur, doit intervenir dans les prochains jours.

Comme tant d'autres, Claire et Amor font les frais d'une politique du chiffre absurde et inhumaine qui provoque la séparation d'un couple, d'une famille, au mépris du respect du droit fondamental de vivre en famille.

Signez la pétition :

http://placeauxdroits.net/petition2/?petition=4

http://amoureuxauban.net/

http://www.disparitions.eu/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.