Etudiant en école supérieur, cible de la politique d'expulsions massives

"Je ne laisserai pas la France désarmée face à un phénomène de migrants arrivant sur des barques". C’est par ces mots que le Président de la République a justifié l’action des autorités envers les 127 réfugiés qui ont débarqué sur une plage de Corse ce week end dans l’espoir de trouver refuge sur le sol français. Espérons que ceux qui réclament l’asile politique, à juste titre, seront régularisés et qu’on traitera ces gens avec humanité. Humanité, un mot bien rare dans la langage du ministère de l’immigration et de l’identité nationale, comme nous le rappelle ce nouveau témoignage.Hicham, marocain, et moi, française, sommes amoureux depuis plus d'un an maintenant. Nous sommes étudiants en école supérieure. Hicham est en France depuis 8 ans. Depuis avril 2008, la situation ne fait qu'empirer: refus de renouvellement pour motif injustifié, la peur de sortir, l'angoisse d'une reconduite à la frontière arbitraire. Nous voulons nous marier, mais le dossier a été refusé une première fois en octobre 2008. Nous l'avons refait avec les pièces manquantes. Nous attendions de pouvoir le redéposer tranquillement. Hicham a été arrêté à notre domicile début novembre 2008, de façon violente. Il a été traité comme le pire des criminels pendant l'arrestation et pendant sa garde à vue. Il a été relâché dans la soirée mais depuis il a reçu une OQTF (obligation de quitter le territoire français) Nous voulons toujours nous marier et ferons tout pour y arriver, mais cet évènement sensé être le plus heureux d'une vie revêt un caractère bien sombre...

http://www.disparitions.eu/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.