Sarah Plume
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juil. 2021

Des manifestants, à destination des gouvernants - Une tribune pour le dialogue

A ceux qui nous gouvernent, à Monsieur le Président de la République, comme tous les citoyens français nous souhaitons voir cette pandémie s'éteindre ou au moins perdre de sa virulence. Si nous sommes dans un Etat de droit et dans une démocratie, vous devez écouter les revendications de tous les français, sans séparer les vaccinés des non-vaccinés, sans ranger en deux cases les français qui seraient d'accord avec le déploiement de ce passe sanitaire, et ceux qui ne le seraient pas.

Sarah Plume
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A ceux qui nous gouvernent, à Monsieur le Président de la République,

Nous vous adressons ce message pour que vous preniez en compte nos revendications avant que vous ne donniez ordre à vos forces de police de vous en prendre aux manifestants pacifiques qui défilent dans la rue pour une raison simple : l'opposition au déploiement partout en France d'un passe sanitaire consistant en la présentation par QR Code d'un schéma vaccinal partiel ou complet, ou d'un test PCR de moins de 48h, sous peine de sanctions incompréhensibles ou d'une privation quasi-totale des libertés les plus fondamentales.

Nous ressentons l'urgence de contester une méthode qui est plus que discutable au niveau du droit, et que vous faites passer en force au mépris des voix dissonantes que nous tentons de faire entendre en manifestant dans les rues de très nombreuses villes de France, faute d'être entendus démocratiquement autrement.

Vous ne faites pas de véritable consultation populaire et ne laissez pas de réelle possibilité de dialogue avec tous les français. Etant donné que vous redoublez d'autoritarisme à l'égard de ces personnes qui vous interpellent et que vous les stigmatisez en les qualifiant d'irresponsables voire de criminelles, nous souhaitons d'abord apporter des précisions utiles par l'intermédiaire de cet écrit.

Nous ne sommes ni des "anti vax", c'est-à-dire des personnes qui seraient contre les vaccins en soi, ni des "capricieux", ni des "salopards", ni des citoyens de seconde zone, ni des perturbateurs inciviques ou des "casseurs". Nous sommes des jeunes et des vieux, des familles, des personnes souhaitant faire leur travail correctement, des soignants et des non-soignants, des salariés, des indépendants, des étudiants, des vaccinés et des non-vaccinés, là n'est pas la question.

Nous avons légitimement le droit d'émettre un avis et de réagir aux discours et mesures politiques qui affectent notre vie quotidienne. Vie qui est déjà fortement marquée, parfois détruite, réduite, endeuillée et déshumanisée, par plus de douze mois de restrictions sociales et de basculement dans un "monde d'après" qui ressemble à un "télé-monde". Quelle que soit l'instance politique qui émette des recommandations, préconisations, incitations, allocutions, nous sommes en droit d'avoir un libre-arbitre et de ne pas être menacés ou dénigrés du fait de l'expression d'un désaccord. L'état d'urgence sanitaire ne saurait justifier la fin du dialogue avec les français quelles que soient leurs opinions, et l'interdiction du débat.

A quoi nous opposons-nous réellement ? Au fait de faire l'objet de sanctions disproportionnées en cas de non-vaccination d'une part, ce qui divise la France en deux camps et revient à une obligation vaccinale qui ne dit pas son nom, et d'autre part au QR Code qui doit matérialiser l'attestation vaccinale. Nous doutons de l'efficacité de ces deux éléments dans la gestion de la crise sanitaire, et ils sont une grave atteinte au droit, à la responsabilisation, au respect du libre-arbitre, des opinions et des choix des personnes en ce qui concerne leur propre corps et leur propre santé, et ne sont pas sans conséquence sur le plan des libertés des français.

Il n'est pas juste de reprocher à ceux qui s'opposent au passe sanitaire et à ce qu'il comporte de fondamentalement dérangeant un manque de civisme, c'est tout le contraire : nous nous demandons comment lutter contre la pandémie en étant libres de choisir le vaccin qui nous sera administré, libres d'attendre qu'un vaccin d'un autre type que celui à ARN messager voie le jour, et aussi libres de ne pas avoir à présenter un QR code renvoyant à des données numérisées à chaque fois que nous sortons de chez nous ou pour tout acte de la vie quotidienne.

Nous souhaitons par ce message et nos propositions vous assurer de notre bonne foi, de notre volonté de réfléchir ensemble et de trouver un terrain d'entente plutôt que d'être dans la division. Nous ne trouvons pas "civique" ni "responsable" de courir à un vaccin qui n'inspire pas confiance à beaucoup d'entre nous (y compris des personnes qui se sont vaccinées) uniquement parce qu'on nous l'impose, et parce qu'on nous dit qu'il est un sésame pour tout ce qui relève des activités de la vie courante. Nous trouverions plus sain, plus sensé et moins autoritaire de nous faire vacciner par choix raisonné. Nous ne sommes donc pas contre le fait de se faire vacciner en soi.

Nous sommes en revanche fermement opposés à la présentation d'un QR Code pour prouver notre statut de santé et la validité de notre vaccin pour nous déplacer, prendre les transports, aller dans des lieux de culture, nous soigner, nous alimenter, faire nos courses, boire un verre entre amis, travailler, en d'autres termes, vivre dans la France que nous aimons. Nous refusons ce dispositif car il consiste en une "trace" informatique et géolocalisable de notre passage dans tous les lieux de vie, de travail ou de loisir que nous fréquentons, et nous estimons être en droit de refuser ce système et d'aller et venir sans que nos mouvements soient enregistrés dans une base informatique et numérique qui nous surplombe.

Pour autant, nous voulons vous aider à lutter efficacement contre le Covid, à ce que les hospitalisations ne reprennent pas à la hausse, et sortir, comme tout le monde, de la crise que nous connaissons. Nous vous proposons donc d'aller au bout de la logique d'obligation vaccinale sans pour autant créer deux catégories de citoyens, les "bons" et les "mauvais", ceux qui seraient pour la vaccination, ceux qui seraient contre, ça n'a pas de sens.

Rendez la vaccination obligatoire si vous estimez qu'elle réduit le nombre de morts du Covid19, mais premièrement :

-Laissez aux Français qui le souhaitent la possibilité d'attendre un vaccin correspondant à leur choix éclairé et assumé.

-Permettez aux Français qui le souhaitent d'avoir un justificatif de vaccination au format papier, infalsifiable à l'instar de l'actuelle carte d'identité sans QR Code (nous parlons des cartes actuelles et pas celles à venir avec le format numérisé), certifié par un médecin, un sésame d'une autre nature donc, qui soit contrôlable par les forces de l'ordre partout où vous le jugerez nécessaire, mais qui ne renvoie pas à une base de données en ligne et qui n'ouvre pas la porte à un contrôle généralisé de nos habitudes de vie, de consommation, de déplacement.

C'est cela qui constitue une entrave à notre liberté fondamentale, et c'est contre cela que nous nous élevons. Puisque le but est que tout le monde soit vacciné (sauf impossibilité d'ordre médical), et que le passe sanitaire doit consister en la présentation d'un schéma vaccinal (ou d'une dérogation), la notion de secret médical est déjà compromise par votre stratégie d'endiguement du virus.

Cela ne représenterait donc aucun changement que de notifier sur un document que le vaccin de la personne est à jour, ou que celle-ci ne peut recevoir sa dose. Nous vous demandons donc d'établir une preuve sanitaire qui soit contrôlable par un agent de l'Etat, mais qui soit lisible par nous en termes d'informations contenues. Le fait que seule une machine puisse décoder les informations d'un "sésame" pour notre vie de tous les jours pose problème, et rien ne vous empêche de créer cet autre format d'attestation, de certificat vaccinal, sans passer par QRCode.

Nous remarquons par ailleurs que vous n'avez organisé aucun référendum ou Grand débat autour du lancement en France de la carte d'identité "numérique" pourvue d'un QRCode, ce nouveau format étant déployé à partir d'août 2021 dans une discrétion médiatique assez surprenante et sans concertation avec les français. Si nous sommes dans un Etat de droit et dans un démocratie, nous avons "droit au chapitre" et vous devez écouter les revendications de tous les français, sans séparer les vaccinés des non-vaccinés, sans ranger en deux cases les français qui seraient d'accord avec le déploiement de ce passe sanitaire, et ceux qui ne le seraient pas.

Comme tous les citoyens français nous souhaitons voir cette pandémie s'éteindre ou au moins perdre de sa virulence. Nous vous remercions donc d'apporter une réponse claire sur ces deux revendications sus-citées, car nous faisons l'effort, après les insultes que de nombreux politiques ont proféré à notre égard, d'exprimer notre point de vue et nos requêtes de manière pacifique et respectueuse, et ce afin que vous nous répondiez. Dans le cas où vous ne donneriez pas suite à cette requête collective, nous continuerons de manifester dans la paix, de mener des actions dans la non-violence, et d'informer au mieux la population. Si vous voulez nous faire la guerre, assumez-le, nous ferons ce qui nous apparaît juste, dans la paix.

Français et solidaires, vaccinés et non-vaccinés, civiques et responsables, de tous âges et tout milieu social, soignants et travailleurs de bien d'autres secteurs, résolument désireux de préserver et de cultiver le libre-arbitre, le dialogue et l'écoute, tout en luttant efficacement contre le Covid-19.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques