Sur un Air de Campagne (59)

On a tous besoin de règles pour vivre. Des règles de vie. Si vous ne voulez pas subir les règles des autres, il faut essayer d'inventer les vôtres.... Et de les suivre.

La petite Boîte

Santangelo

La règle du monastère c'est huit heures de travail, huit heures de prière, huit heures de sommeil. C'est autre chose que des bonnes résolutions du premier de l'an.

Je crois que chez les Gitans, on brûle toutes les affaires personnelles de celui qui meurt. Quand on est confronté à une telle règle dès l'enfance, on n'a pas besoin d'en apprendre d'autres.

La marquise de Pompadour disait que, pour prouver sa droiture, elle ne s'était jamais adossée à une chaise de toute sa vie. Même assise, elle gardait le dos libre et droit.

Certains écrivains se forcent à écrire à heures fixes. Est-ce qu'on sait encore que l'écriture ne vaut que si elle est nécessaire ?

La plupart des artistes ont des rituels. S'ils les dévoilaient, ils se feraient enfermés.

La majorité des croyants se satisfont d'un office par semaine. D'autres sont obligés d'y ajouter des prières quotidiennes.

Les règles que l'on se donne valent mieux que celles qu'on vous impose. Encore faut-il se connaître assez pour savoir de quel bois se chauffer. Etre adulte, c'est savoir de quoi on a besoin. Devenir plus fort que les règles apprises, pour ne suivre que ce qui nous est fondamental.

Parmi les règles qu'on apprend dans l'enfance et dans l'adolescence, il y a celle-ci, essentielle : « ma liberté finit là où commence celle d'autrui. » Quand on a compris ça, on peut essayer de survivre seul en société.

 

Dans les couples actuels, dans les familles et, même, entre amis, beaucoup de gens ne comprennent plus ça, et cherchent leur petite vérité chez leurs proches. On ne fouille pas le sac d'une dame. On ne cherche pas à pirater le compte Google de son conjoint. On ne regarde pas en cachette le smartphone de sa petite amie. Chacun a droit à ses secrets. Quand on finit par comprendre que c'est sa propre vérité qu'on cherche dans la vie de ses voisins, on peut enfin vivre en paix. Les miens me menacent de mort chaque jour, et cherchent à en savoir plus sur moi. Je n'ai jamais regardé leur nom sur la boîte à lettres. Et je ne le ferai pas. Ils n'ont toujours pas compris qu'ils avaient besoin de règles. Moi, j'ai trouvé les miennes depuis longtemps.

 

Le Nec Plus Ultra  de la liberté, c'est d'être assez fort pour changer de règles de temps en temps. Nietzsche appelait ça « les courtes habitudes. » Quand on devient capable de changer ses règles pour s'adapter à de nouvelles contraintes extérieures, et pour brouiller les pistes des chiens, on est enfin libre.

 

Un jour, j'ai trouvé une petite boîte munie d'un ruban rouge sous le lit de ma petite amie. Des lettres d'amour, bien sûr. Je ne l'ai pas ouverte. L'histoire est finie depuis longtemps, mais cette femme me respecte toujours et n'a pas cherché à me nuire.

 

M'enfin, je dis tout ça, mais je sais bien que la première des règles c'est qu'il n'y a pas de règles....

 

 

Saul Santangelo des Regs

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.