Sur un Air de Campagne (35)

Dans mon école de campagne, à la fin des années 70, il y avait deux classes, comme dans « Etre et Avoir », mais tenues par un couple. On apprenait à compter avec des ronéotypés et on se chauffait avec un poële à mazout. On écrivait aux ambassades étrangères pour apprendre à rédiger, on lisait « le petit Nicolas » et on chantait des Fabulettes. Au printemps, on allait en classes de mer. Hommage...

Qu'as-tu Appris à l'Ecole mon Fils ?

Santangelo

 

Mon cher Papa, ma chair Maman,

 

J'espère que tout va bien. Ici, ça va comme je veux. Il fait beau à l'île de Batz. Le maître est gentil et Danièle a mis ses couettes. Hier, nous avons été visiter le far après le repas. Il ne clignote pas dans la journée mais seulement la nuit. Je ne peux pas le voire car la nuit je dors. Loïc a volé des bonbons et il a fait dans sa culotte. Mon vélo a crevé, j'ai dû marcher et moi aussi j'étais crevé. L'autre jour il a plu et on en a eu plein les bottes. Jérôme a failli se faire mordre par un gros chien.

 

Sur la plage, on a ramassé des bigornos et des berniques parmi les grandes laminaires dégueulasses. Le maître a dit que ça se fait quand la marée est grande et la lune ronde. On a appris des choses en classe avec les ronéos, mais je ne me souviens plus. C'est peut-être l'alcool. Au Jardin des Plantes, j'ai vu du chèvrefeuille. Je ne sais pas si c'est pour donner à manger aux chèvres mais ça sentait drôlement bon. J'en ai mis une dans mon herbier. Alain a donné un bisou à Martine en lui offrant un bouquet de boutons d'or et elle a pleuré. Moi, je ne donne pas de bisous à Corinne, c'est elle qui m'en donne.

Il y a une balançoire derrière le bâtiment et j'ai fait le tour complet sans tomber. Danièle était toute blanche. Demain, on ira voir les chevaux qui tirent les charrettes des îliens. J'ai hâte que l'on soit à la kermesse pour que maman fasse des crêpes. Vous m'avez promis que cette année je pourrai jouer au casse-têtes ; marre de la pêche à la ligne ! Mais avant il faut apprendre à faire du bateau ; c'est optimiste. Les petits font la sieste sur la mousse mais je ne vais plus les embêter car le maître a dit que le sommeil c'est important pour la forme. Lui, il fait pourtant du bruit avec ses sabots dans le dortoir le soir, mais je fais de beaux rêves.

Le ballon va tout le temps dans le jardin des vieux et ils sont rudement gentils de nous le rendre. Danièle tutoie le maître depuis qu'elle a mis ses couettes et elle ne se fait plus engueuler. Moi, je ne le tutoierai jamais. La barbe !

Vous me manquez un peu mais pas plus que les copains et les copines et personne ne pleure. Le maître va nous apprendre à écrire des lettres à l'étranger. Il dit qu'ils sont à Paris et j'ai choisi l'Australie et la RDA parce qu'il y a des kangourous, des surfeurs et des mûres. On va recevoir des papiers sur les pays. J'aimerais bien apprendre le surf mais avant il faut faire l'optimiste.

Je sais maintenant pourquoi j'ai mal aux dents à l'école. C'est à cause de la craie sur le tableau. Je me souviens du flim qu'on a vu l'année dernière. C'était la guerre des moutons et ici c'est un peu pareil. Une grande de l'île m'a dit que j'avais la classe.

 

Je vous embrasse tous les deux car je dois y aller. Puisque tout doit se terminer en chanson, je vous apprendrai Jean Petit qui Danse.

 

 

Nicolas.

 

PS/ J'ai acheté un gros coquillage au magasin avec l'argent de ma poche. Comme ça on pourra entendre la mer à la maison.

 

PS2./ Le maître a dit qu'il fallait se relire plusieurs fois pour corriger mais je ne peux pas, c'est pas ma faute.

 

 

Saul Santangelo des Regs

 

 

 

Les Enfants du Rock

Santangelo

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.