Sur un Air de Campagne (23)

En regardant les derniers sondages Médiamétrie, relayés par Libération ce matin, je me suis aperçu que j'avais passé beaucoup de temps dans la lune. France Inter : première radio de France...

White Blue Balck Blues

Santangelo

A l'internat, les copains écoutaient NRJ. On avait enregistré un flash de 18h00 qu'on passait en avance au séminariste qui nous surveillait, pour lui faire croire que sa montre était déréglée et pouvoir sortir plus tôt du couloir des chambrettes d'études Aujourd'hui, c'est France Inter qui donne l'heure aux Français...

France Inter est une grande et belle radio. Une radio publique de qualité au service du grand- public cultivé. C'est la radio de Dolto, du « Tribunal des flagrants Délires » et du xylophone du « Jeu des mille Francs. » C'est la radio de l'impertinence, de la pertinence et de l'insolence. C'est la radio qui accompagne les jeunes curieux et l'Education Nationale depuis plus de 50 ans.

 

Je n'écoute plus France Inter. Je le regrette. Il faudrait que je m'y remette. Je lui dois bien ça. France Inter m'a sauvé la vie à de nombreuses reprises. Je me souviens d'un temps où je connaissais la grille par cœur. C'était Ma radio. Celle d'un studio en rez-de-chaussée d'une résidence étudiante à Bordeaux et du billet humaniste et sage de Jean-Luc Hees ; celle de la voix enchanteresse de Marie-Pierre Planchon lors de la très poétique météo marine lors d'un stage à Quimper ; celle des découvertes pointues des « Black Sessions » de Bernard Lenoir dans un appartement plus petit qu'un camping-car près de la Gare du Nord, alors que je promenais mon habitus de petit paysan à travers Paris pour tenter de trouver quelqu'un à qui parler ; celle du « Masque et la Plume » et de « l'hétéro-plouc » Jean-Louis Ezine qui m'aidait à lutter contre le cafard du dimanche soir dans mon appartement de la rue des Dentelles à Strasbourg ; celle des autoroutes de nuit avec les « sans-sommeil » de Macha Béranger ; celle des délires subtils de Philippe Meyer lorsque je traînais dans les rues de Rennes pour tenter de vaincre la tristesse du chômage... Celle de Foulquier et de la revue de presse du mercredi de José Artur aussi. Bref, c'est la radio de ma jeunesse ; Ma radio. Je l'écoutais même la nuit. Une radio peut sauver la vie lorsqu'on est seul.

 

France Inter : radio la plus écoutée de France ! Je n'en crois pas mes yeux. En croirai-je mes oreilles ? J'ai envie de me remettre à l'écouter, bien sûr. Mais ce n'est plus la radio de ma jeunesse. C'est la radio des jeunes curieux d'aujourd'hui. Je n'y retrouverais rien de ce que j'aimais. Cette radio collait à la peau, faisait chaud au cœur et du bien à l'âme. On l'aimait passionnément. Est-ce toujours le cas sous le règne de l'Internet tout-puissant ? France Inter continue-t-elle d'accompagner les jeunes qui cherchent à s'en sortir par la culture ? J'ai peur d'être déçu en l'écoutant... Bien sûr que je serais déçu ! France Inter a forcément changé ; les temps changent. Je me demande si Ma radio continue de sauver des gens et de construire des honnêtes hommes.

 

Mon Dieu, que c'est loin tout ça ! Où sont passées les voix amies ? Je les entends comme si c'était hier. La radio a décidément un sacré pouvoir... Quelle fierté aussi quand, déjà plus très jeune, une amie me regarda avec émerveillement en me disant qu'elle avait entendu ma voix, parmi toutes ces voix, un matin dans sa salle de bains ! Ma radio, c'est aussi un rendez-vous raté à la Maison Ronde et des concerts au « Divan du monde »...

 

Aujourd'hui, je n'écoute plus France Inter. Je regarde Le Figaro sur mon smartphone chaque matin avant d'aller caguer, et je chante avec MFM dans ma voiture. J'ai passé l'âge, sûrement. Mon Dieu ! France Inter : première radio de France ! Ça laisse rêveur... C'est assez pour faire travailler mon imagination aujourd'hui.

 

« - C'est pourquoi, Monsieur le Président, je vous demande de condamner l'accusé à la peine maximale ! 

- Caresse et bise à l'oeil

- Et à demain si vous le voulez bien ! » Cette fois-ci, je vous le chante.

 

 

 

Saul Santangelo des Regs

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.