Sur un Air de Campagne (9)

Je me souviens d'un jeu idiot auquel jouaient les carabins, au début des années 90, pour faire rosir les joues des jeunes filles. Il s'agissait de prendre un proverbe au hasard dans les pages roses du « Petit Larousse » et de placer les locutions « entre les seins » et « entre les cuisses » au milieu et à la fin...

A l'Ancienne

Santangelo

Je me souviens d'un jeu idiot auquel jouaient les carabins, au début des années 90, pour faire rosir les joues des jeunes filles. Il s'agissait de prendre un proverbe au hasard dans les pages roses du « Petit Larousse » et de placer les locutions « entre les seins » et « entre les cuisses » au milieu et à la fin.

Pierre qui roule (entre les seins), n'amasse pas mousse (entre les cuisses)

Les quadras et les quinquas d'aujourd'hui n'ont pas eu peur de l'expérience soixante-huitarde de leurs parents, ni de leurs racines paysannes.

Un tien vaut mieux que deux tu l'auras

A présent, le puritanisme ambiant ne permet même plus d'échanger en tête-à-tête et les gendarmes d'un certain féminisme font réellement peur aux jeunes en manque d'affection. A la campagne, on ne roule plus dans les meules de foin quand arrive le temps des cerises, et les nouveaux tenants du militantisme LGBT, mal compris parce que mal relayés, ont fait des ravages sur la confiance en soi des oies blanches provinciales. Versant positif : les « petits PDs » n'ont plus besoin de monter à Paris pour survivre.

Il est loin le temps où un Président de la République, ancien Ministre de l'Agriculture, se faisait tancer par sa femme en public pour avoir fait de l'oeil à une jeune militante de l'assemblée. Dans les campagnes, le jean « slim » est partout et, trente ans après Koltès, Guibert ou Lagarce, les nouvelles icônes gays maintiennent les jeunes dans le « ni oui, ni non » jusqu'à l'entrée dans l'âge adulte.

Tant va la cruche à l'eau, qu'à la fin elle se casse

Les regards sont devenus pénibles à soutenir entre deux personnes de sexe différent, tant la morale puritaine est prégnante. Persuadés d'être progressistes, de jeunes hommes se laissent déviriliser en voulant ressembler à Christiano Ronaldo, tandis que des jeunes femmes blanchissent, au lieu de rougir, à la moindre tentative de séduction, voire à la suite d'un simple sourire trop appuyé.

Qui m'aime me suive

Sade, « Les onze mille Verges » et "L'Art d'Aimer" ne font plus partie de l'éducation des jeunes bourgeoises de province, et les « Young Adult Novels » maintiennent les lecteurs et les lectrices dans une innocence malheureuse.

Les campagnes de prévention du SIDA des vingt dernières années – alors que la situation française n'a jamais rien eu de comparable avec ce qui se passait en Afrique et dans le reste du monde – ont fait des ravages dans l'affirmation de l'identité sexuelle. Et, maintenant, les sites pornographiques tentent de catégoriser les jeunes gens et de leurs faire intégrer des schémas pré-établis, avant même la première expérience.Alors, c'est le retour de l'abstinence et plus personne ne joue plus « Le Jeu de l'Amour et du Hasard. »

Tel père, tel fils

Retour du refoulé ou abrutissement dû aux écrans, la vieille blague ; « Deux femmes se parlent. La première dit : - J'en ai marre, mon mari me fait partout. La seconde répond : - T'as de la chance, le mien me fait qu'au cul... » a toujours du succès à l'extrême-droite ; tandis que « Les Inrocks » continuent de proposer la même branchitude asexuée qu'il y a quinze ans.

Dans l'Hémicycle, les femmes quadragénaires ont presque la majorité, et on s'imagine, en jetant un œil au trombinoscope de l'Assemblée, qu'elles sont épanouies. (Certains esprits mesquins nous disent que c'est parce que les députés ont délégué leur pouvoir de décision à Bruxelles. Ça reste à prouver.) Elles seront nombreuses aussi sur les listes des élections européennes à venir. Quel féminisme défendent-elles ? Celui de la GPA, qui concerne une très petite frange de la population, ou celui, moins médiatique mais combien plus complexe, des relations entre les hommes et les femmes de ce pays ?

En attendant, en réaction, la violence redevient une manière de s'affirmer, en raison de la frustration et de la peur de l'Autre. A moins que l'emporte l'hystérie d'une séduction perpétuelle non assumée et jamais assouvie.

Il n'aura pas fallu vingt ans à la réalité décrite dans « La Tache » de Philip Roth pour devenir celle de nos provinces les plus reculées.

A bon chat, bon rat

 

Et Facebook d'interdire la diffusion de « L'Origine du Monde »...

Et M6 de continuer à prendre les paysans célibataires pour du bétail sentimental...

Et la police de devoir faire face à la déferlante de plaintes des MeToo...

Et ce pauvre ambassadeur du Vatican de se faire piéger comme un collégien...

 

Tel est pris, qui croyait prendre

 

En attendant les sectes évangéliques ?...

 

 

Saul Santangelo des Regs

 

 

(Plus de chansons ici : https://soundcloud.com/santangelosaul)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.