Sur un Air de Campagne (41)

Faire des enfants, ce n'est pas renoncer à ses rêves ; c'est en offrir de plus grands et de plus beaux en héritage...

Ton Défaut c'est ma Chance

Santangelo

Il y a une dizaine d'années, la mobilisation des habitants du Centre-Bretagne pour le maintien d'une maternité à Carhaix avait suscité l'engouement à travers le film « Bowling. » Il y en a une aussi à Morlaix. Pourtant, le « naître, vivre et mourir au pays » n'est plus vraiment à la mode. Comme partout, dans mes campagnes, la complexité du marché de l'emploi pousse les jeunes à la mobilité.

Entre les Allocations Familiales, les aides à la rentrée scolaire, les cours du soir et les bourses de l'Enseignement Supérieur, combien faut-il pour qu'un enfant né à Carhaix arrive à pied d'égalité à l'âge adulte avec un petit citadin des Beaux Quartiers ?

Combien faudra-t-il dépenser dans les dix ans à venir pour que l'enfant né en Transylvannie arrive à égalité avec celui né à Morlaix ?

C'est ça la solidarité ; c'est ça l'Europe sociale.

Aléxis Tsipras – révolutionnaire devenu gestionnaire avisé et juge de paix – a compris, et use de toute son influence pour faire entrer la Macédoine du Nord dans l'Union. C'est comme cela qu'on évite les conflits et les montées de fièvre nationaliste. En offrant leur chance à tous et en diversifiant les choix sur l'ensemble d'un territoire commun.

En 1992, la guerre faisait rage à deux heures d'avion de Paris. Aujourd'hui, la Croatie est un paradis touristique, et Skopje ne cesse de faire des appels du pied à Bruxelles.

Ça sert à ça les aides européennes ; c'est ça l'Europe de la paix.

A Carhaix, une usine chinoise s'est installée. Elle fabrique du lait en poudre pour nourrissons à partir de lait provenant des élevages de la région. En Roumanie, des jeunes Français étudient la médecine depuis longtemps, pour passer outre le numerus closus. Bientôt, Léa, née à Carhaix il y a une petite trentaine d'années, sera médecin au CHU de Bobigny, après avoir étudié à Bucarest et épousé Mircea, un psychiatre. Son cadet, Tristan, resté au pays, travaille dans l'usine chinoise qui maintient l'emploi local, tandis que l'aîné, Paul, fait travailler des Roumains périodiquement dans la ferme familiale.

C'est ça la diversité ; le plus grand choix pour tous. C'est ça l'Union ; ouvrir des portes et non pas faire claquer des drapeaux.

 

Que peut-on demander à des hommes politiques sinon qu'ils garantissent la liberté de choix et l'égalité de traitement sur l'ensemble du territoire ? Que peut-on attendre d'une élection à l'échelle d'un continent sinon qu'elle tricote pour nos enfants des rêves fraternels plus grands que les Marabouts-bouts-de-ficelles de leur enfance ?

 

 

 

 

Saul Santangelo des Regs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.