Saul Santangelo
Abonné·e de Mediapart

271 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2021

Sur un Air de Campagne (257)

Si Alfred Nobel a inventé la dynamite, voici un prix de littérature qui est loin d'être explosif....

Saul Santangelo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Assis Sur la DuneSantangelo

Lorsque l'on achète le dernier roman d'un prix Nobel de littérature que l'on n'a pas encore eu le temps de découvrir, on fait plus que lui donner sa chance ; on y plonge sans aucun mouvement de recul ; on attend, sinon un choc – puisqu'à notre âge on est difficilement bousculé – mais au moins trois ou quatre heures en très bonne compagnie. Je ne connaissais pas Kazuo Ishiguro, sauf à se souvenir du film anglais, comme lui, « Les Vestiges du Jour ». Je n'avais aucune envie de lire le roman dont est adapté ce film à grands costumes, puisque, en ce qui concerne les grands costumes, le cinéma est peut-être plus apte à provoquer l'émerveillement. Je n'avais lu qu'une vague critique évoquant une histoire de robot, d'ami artificiel et de soleil. Comme tout le monde, j'aime beaucoup le soleil et, comme tant d'internautes, qui découvrent des profils effrayants de réalisme dus aux algorithmes, je me questionne de plus en plus sur l'intelligence artificielle.

J'ai attendu d'être vraiment libre et en grande forme pour plonger dans « Klara et le Soleil », en toute confiance. En guise de robot, une amie artificielle qui fait office de narratrice. On sent bien qu'elle va être achetée et enlevée de sa vitrine, d'où elle découvre le monde, pour servir une adolescente et l'aider à grandir, puisqu'elle parle comme une adolescente – oui mais qui n'aurait pas oublié les règles de politesse et de savoir-vivre. Alors, on l'écoute évoquer sa boutique, sa vitrine, les autres AA (pour : 'Amie Artificielle') et le soleil qui baigne le magasin, ayant pignon sur la plus grande avenue d'une grande ville.

Cent pages plus loin, on en est toujours là. Rien. Alors, on se dit qu'il va se passer quelque chose, que la conscience basique de notre AA va s'aiguiser au fil du récit, ou qu'un autre narrateur va prendre le relais. Mais non. Un ronron naïf sans ironie aucune. Et puis, enfin, à la troisième ou quatrième visite d'une adolescente, elle est vendue. L'heureuse propriétaire se prénomme Josie et vit avec sa mère, à la campagne, dans une grande maison connectée. On poursuit la lecture, sans mal, puisque c'est aussi simpliste qu'un livre pour enfants mais, arrivé à la page 200 (déjà?) on en est toujours au même point. Fichtre !

Mais non, c'est un Nobel, ça va forcément s'améliorer, j'ai dû rater quelque chose ! Mais non. Même l'arrivée dans l'histoire d'un voisin qui sert de petit ami, ne relève pas le niveau. Nul. Chiant à mourir. Le vide sidéral. Alors on passe directement à la page 300 – puisqu'on a compris que ces cents pages-là ne tournent qu'autour d'une visite en ville de notre AA, de Josie et de sa mère. Et si Josie mourait, puisqu'elle est malade, et que son entourage la remplace par le robot ? Ça pourrait faire un sacré conte philosophique. Mais non. Même pas. Les deux dernières parties ne sont pas plus folichonnes. Et c'est la fin. Diantre ! Entre-temps, on a été prêter un œil aux critiques pour se rassurer sur notre ressenti, mais elles sont toutes élogieuses, et plusieurs d'entre-elles crient même au chef d'oeuvre. Bon. Ben, d'accord. Le coup du robot narrateur c'est pas mal. Et puis le portrait de la jeune adolescente est assez réussi. Et puis il y a l'amitié....

Mais pourquoi écrit-on des platitudes pareilles ? S'il avait été publié dans une collection 'jeunesse', à la rigueur... Mais non : « Du Monde Entier » chez Gallimard. On en vient à regretter de n'avoir pas relu, à la place, « Jonathan Livingstone le Goëland ». Mais Richard Bach n'a pas eu le prix Nobel. Alors quoi ? Tout le mode a droit de se tromper. Même moi. Mais, franchement, Bob Dylan c'est tout de même d'un tout autre niveau.

Santangelo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé