Sauvons l'Université
Association d'enseignants-chercheurs et de chercheurs créée fin 2007 pour lutter contre la loi LRU et ses avatars.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2020

Après des propos indignes de sa fonction, M. Blanquer doit partir

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, a accusé l'Université d'être «ravagée» par des «islamo-gauchistes» et de faire le lit du terrorisme islamiste. Ses propos mensongers attaquent directement la construction de savoirs sur la société et le libre exercice de la raison. Ils passent toutes les bornes de ce qui peut être admis de quelqu'un exerçant cette fonction.

Sauvons l'Université
Association d'enseignants-chercheurs et de chercheurs créée fin 2007 pour lutter contre la loi LRU et ses avatars.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Il y a des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits. Et cela conduit à certains problèmes, que vous êtes en train de constater." J.-M. Blanquer devant le Sénat, 22 octobre 2020.

Le jeudi 22 octobre, à deux reprises, sur Europe 1 et devant les représentants de la Nation au Sénat, M. Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a mis en cause l’Université, laquelle serait selon lui « ravagée  » par des «  islamo-gauchistes  », une accusation qui relève de la seule invective politique, qui emprunte à une rhétorique dont l’origine se situe à l’extrême-droite et ne se fonde sur aucune preuve avérée. Jouant des amalgames, le Ministre stigmatise les universitaires comme des complices objectifs du terrorisme islamiste en les jetant à la vindicte publique.

Il ne s’agit pas là d’un dérapage : le Ministre lui-même a revendiqué ces mots comme un choix conscient et réfléchi. Dans le sillage d’Emmanuel Macron, qui, le 10 juin dernier, avait accusé les universitaires de sciences humaines et sociales d’encourager « l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon  » et de «  casser la République en deux », J.-M. Blanquer avait déjà dénoncé « la perméabilité du monde universitaire avec des théories qui sont aux antipodes des valeurs de la République et de la laïcité ».

Ainsi, depuis des mois, par petites touches, se met en place un discours officiel anti-universitaire, sans que jamais la ministre de l’Enseignement supérieur qui devrait être le premier rempart des universitaires contre ces attaques n’ait eu un mot pour les défendre. Un cap vient d’être franchi : en instrumentalisant le meurtre odieux de Samuel Paty pour de pures raisons politiciennes, en s’appuyant sur une propagande brutale, le ministre de l’Éducation nationale attaque le lieu de formation des enseignants du secondaire, le lieu par excellence de l’apprentissage et de l’exercice de la critique argumentée, le lieu de la construction des savoirs sur la société. Il va jusqu’à promettre d’intervenir sur le con-tenu des enseignements universitaires alors que ceux-ci ne relèvent pas d’une compétence ministérielle quelconque, et encore moins de la sienne. Sauf preuve du contraire, ce n’est pas à partir de contenus universitaires que se radicalisent les terroristes. En revanche, c’est bien sur les bancs de l’université que sont formés les professeurs de l’Éducation nationale, aujourd’hui très justement célébrés pour leur courage et leur dévouement aux valeurs de la République.

Il ne faut pas s’y tromper : de la dénonciation générale d’une institution clé de la République à l’annonce d’une mise sous contrôle du contenu des enseignements qui y sont dispensés, le discours de M. Blanquer s’oppose frontalement à deux piliers de notre démocratie : les libertés académiques, garantes de l’indépendance de la recherche et de la capacité d’une société à développer les savoirs ; la formation des citoyens au sens critique, une fonction sociale cruciale de l’université comme de l’école publiques, afin précisément de combattre les fanatismes et l’intolérance de tous les bords.

Aux antipodes des discours défendant la liberté d’expression et les Lumières, les paroles de certains ministres contribuent à répandre une ombre inquiétante sur notre pays. Par ses propos nauséabonds, M. Blanquer promeut la censure contre l’esprit critique, l’amalgame contre le débat rationnel, le refus du savoir contre l’analyse des sociétés. Cette faute est parmi les plus graves qu’un Ministre en charge de l’Éducation nationale puisse commettre. M. Blanquer a perdu toute légitimité à occuper sa fonction et rien ne pourra désormais rétablir la confiance. Nous exigeons sa démission immédiate.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier