Savannah Anselme
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2016

Je dois me préparer pour la prochaine manif...

Je dois me préparer pour la prochaine manif. La dernière fois pour le 1er mai je pensais être bien préparée. J'ai pourtant été blessé. Mais j'y retournerais.

Savannah Anselme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je dois me préparer pour la prochaine manif. La dernière fois je pensais avoir bien anticipé : un masque de laboratoire pour protéger mon nez et ma bouche, doublé d'une écharpe pour protéger ma tête, un chapeau et des lunettes parce qu'en plus, il y avait du soleil. Une bouteille d'eau de deux litres dans mon sac, des gâteaux. Au cas où on se serait retrouvé nassé pendant des heures. On aurait eu de quoi partager quelques vivre et en rassurer certains.

Mais ça n'était pas encore assez...

Une grenade assourdissante a explosé dans le bas de mon dos. Je n'ai jamais insulté la police, je n'ai jamais rien lancé sur un policier. Je savais qu'en me plaçant à l'avant du cortège je prenais des risques. Mais en tant qu'étudiante, il est presque de mon devoir de prendre ce genre de risque à la place des autres : les plus âgés, les plus jeunes, les enfants présents dans ce cortège... Ce n'est pas à eux de risquer de se faire gazer par la police. Car jusqu'ici, tout ce que j'avais jamais reçu malgré mon pacifisme c'étaient les coups de matraque et les gaz lacrymogène. Ce jour du 1er mai ce fut une grenade.

Ma blessure n'est pas très grave. Je n'ai pas eu besoin d'aller à l'hôpital. Mais elle a été suffisamment douloureuse pour que je sois contrainte d'abandonner mes camarades avant la fin de la manif, contrainte de rentrer chez moi en boitant, terrorisée à l'idée qu'il y ait prochainement des morts, terrifiée par l'image de tous ces blessés graves ensanglantés auxquels les secours ne pouvaient accéder.

Je crois que si je ne parvenais pas à écrire depuis dimanche, c'est à cause de la culpabilité. Coupable de naïveté. Puis coupable de desertion. Je reviendrais. J'y retournerais. Je serais prête cette fois. Ni naïveté, ni desertion. Uniquement du calme et de la determination. Je ne suis pas violente, mais je ne suis pas non plus le Christ. Je ne tendrais pas la joue gauche.

Alors on en est là, en France. Avant d'aller manifester je me fabrique une pancarte blindée pour faire un bouclier, je cherche un casque plus sécurisant que celui de mon vélo, je me demande si je prends les protections pour les rollers... Tout laisse penser que je vais faire la guerre avec cet attirail ! Il n'en est rien. Je vais simplement défendre mes convictions et tenter de faire appliquer mes droits : liberté d'expression, liberté d'opinion, droit de manifester... Entre autres...

Qui donc continuera à prendre le risque de sa vie en battant le pavé à présent ? Nos convictions ne sont-elles pas plus fortes que leurs violences ? Oui, j'ai peur de retourner manifester, peur d'être à nouveau blessée, peur de mourir même parfois. Mais ma peur de voir la France sombrée dans un état d'urgence permanent où nos valeurs n'ont de sens que dans les livres d'Histoire, ma peur de voir notre patrie se transformer en Etat autoritaire et criminel construisant sa force sur la misère des plus faibles, ma peur de voir notre monde entier s'autodétruire pendant que nous restons spectateurs... Cette peur là est bien plus inquiétante. Plutôt mourir que de la laisser devenir réalité.

On vaut mieux que ça.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel